Cancer du cécum

Une tumeur bénigne du caecum est une formation pathologique, qui est causée par une violation du contrôle de la division et de la croissance des cellules intestinales. La coloscopie et d'autres méthodes instrumentales sont utilisées pour détecter la maladie. Si elles ne sont pas traitées rapidement, les néoplasies bénignes entraînent de graves complications.

Causes d'occurrence

Une tumeur bénigne du caecum est localisée dans le premier site et est souvent asymptomatique tout au long de la vie. Les causes de l'événement ne sont pas toujours possibles à établir. Des études épidémiologiques suggèrent que les causes environnementales sont responsables des différences de fréquence d'occurrence dans des populations géographiquement différentes. Les différences dans l'apport en fibres alimentaires et en antioxydants ont été émises comme déterminants du développement des polypes du côlon. Causes génétiques rares:

  • polypose adénomateuse familiale;
  • cancer du côlon héréditaire sans polypose.

Il existe des preuves indirectes que la consommation de viande rouge, de graisse et d'alcool augmente le risque de développer des néoplasmes bénins. Inversement, une supplémentation en calcium et en acide folique peut avoir des effets protecteurs légers, en particulier chez les patients atteints de polypes du côlon..

Classification

Classification par origine de la tumeur:

  • épithélium;
  • tissu conjonctif;
  • neuroendocrinien.

Les polypes sont des excroissances bénignes qui proviennent des cellules épithéliales qui tapissent le côlon. Ils sont traditionnellement divisés en 3 groupes: hyperplasique, adénomateux et polypose. Les tumeurs du tissu conjonctif (fibromes, lipomes, fibromes, angiomes, etc.) sont extrêmement rares dans le tractus gastro-intestinal. Les tumeurs les plus courantes sont les tissus musculaires gras et lisses, ainsi que les vaisseaux lymphatiques. Les tumeurs neuroendocrines sont divisées en hormones actives et inactives. Environ la moitié d'entre eux libèrent des hormones dans la circulation sanguine. Les tumeurs neuroendocrines inactives ne produisent aucune hormone et passent souvent inaperçues pendant longtemps.

Comment se développe une tumeur bénigne?

L'épithélium glandulaire du côlon dans la forme épithéliale dégénère en un processus en plusieurs étapes à la suite de changements génétiques. Tout d'abord, une tumeur bénigne se produit - un adénome, qui est visible sous forme de polype du côlon lors de la coloscopie. Cependant, les cellules d'adénome sont sensibles à d'autres mutations génétiques, de sorte que les cellules cancéreuses finissent par émerger qui se divisent rapidement et se développent dans les tissus environnants. Plus de 90% des carcinomes colorectaux sont causés par des adénomes, leur élimination est donc la principale préoccupation du médecin. Les tumeurs neuroendocrines sont un groupe rare de néoplasmes qui proviennent de cellules du système neuroendocrinien diffus. La localisation la plus courante de la néoplasie est le caecum et le rectum ampullaire inférieur.

Polypes hyperplastiques

Ils représentent environ 90% de tous les polypes et sont des protubérances bénignes qui ont généralement moins de 0,5 cm de diamètre. Le plus souvent trouvé dans la région rectosigmoïde à l'âge adulte. Auparavant, on pensait que les formes hyperplasiques étaient considérées comme totalement insignifiantes cliniquement et n'avaient un certain potentiel malin que dans le syndrome de polypose hyperplasique. Cependant, des données cliniques récentes ont montré qu'ils présentent un risque pour les patients.

Adénomes

Les adénomes représentent environ 10% de tous les polypes. La plupart (environ 90%) sont de petite taille, généralement moins de 1 cm de diamètre, et ont une faible probabilité de néoplasmes malins. Les 10% d'adénomes restants mesurent plus de 1 cm et ont 10% de chances de développer un cancer invasif. Les tumeurs de plus de 1 cm, avec une composante villeuse significative (> 25%) ou avec une dysplasie sévère, sont généralement appelées néoplasmes progressifs et comportent un risque accru de cancer. Ces formations sont traditionnellement divisées par histologie en trois types.

Adénomes tubulaires. Ce sont les plus courants des trois types qui peuvent être trouvés n'importe où dans le côlon. Ils dégénèrent rarement en tumeurs malignes..

Tumeur villeuse du caecum. Il est associé aux taux de morbidité et de mortalité les plus élevés de tous les polypes. Ce type de formation provoque des syndromes d'hypersécrétion caractérisés par une hypokaliémie et une production abondante de mucus, ainsi que des cancers in situ plus souvent que les autres adénomes.

Adénomes dentelés. Ils démontrent une combinaison de caractéristiques adénomateuses et hyperplasiques avec des sites d'épithélium denté. Ils ont un potentiel relativement élevé de dégénérescence en tissu malin. Le risque d'évolution vers un carcinome est lié à la fois à la taille et à l'histologie de l'adénome.

Autres types de polypes

La forme ou la structure rugueuse est également cliniquement significative. Les polypes avec une tige sont appelés «jambe», et sans elle - «sessiles». Certaines lésions précancéreuses sont désormais reconnues comme plates plutôt que convexes. Cette néoplasie non polypoïde est plus fréquente dans le cadre de la colite chronique et peut être plus facilement détectée par des techniques d'imagerie endoscopique non conventionnelles. Les syndromes de polypose sont des conditions héréditaires qui comprennent:

  • polypose adénomateuse familiale hyperplasique;
  • cancer colorectal héréditaire sans polypose;
  • Syndrome de Gardner;
  • Turkota;
  • Singer-Yegers;
  • Polypose associée à MutYH;
  • Maladie de Cowden.

Des progrès ont été réalisés dans la compréhension de certains des facteurs génétiques qui contribuent aux conditions ci-dessus. Certains d'entre eux ont des caractéristiques extra-intestinales. La polypose adénomateuse familiale est mieux comprise en termes de sa constitution génétique. Les polypes gamaromateux, constitués d'un mélange de tissu normal et de polypes inflammatoires, sont plus fréquents dans le contexte de la colite.

Néoplasmes neuroendocriniens actifs et inactifs

On trouve des tumeurs neuroendocrines hormonalement actives et inactives dans toutes les parties du tractus gastro-intestinal.

  • Les insulinomes libèrent de l'insuline dans la circulation sanguine et abaissent la glycémie. 95% de toute l'insuline insuline est bénigne.
  • Les gastrinomes augmentent la production de gastrine. Ils se trouvent principalement dans le duodénum et le pancréas..
  • Les glucagonomes sont des néoplasmes très rares qui émergent du pancréas. Ils produisent du glucagon, un «antagoniste» de l'insuline.

Les tumeurs neuroendocrines hormonalement inactives se produisent dans tout le tractus gastro-intestinal et se trouvent le plus souvent dans l'estomac, l'appendice et le rectum. Les tumeurs inactives sont souvent détectées tardivement car elles se développent lentement et dans de nombreux cas ne causent pas d'inconfort.

Diagnostique

La plupart des polypes du côlon sont détectés accidentellement lors d'un examen de l'intestin - une coloscopie. Les polypes qui ne saignent pas, sont compacts et lisses, et sont généralement bénins - comme en témoigne l'examen histologique. Comme les polypes réapparaissent, un contrôle endoscopique tous les 3 ans est recommandé par mesure de précaution. Les patients avec suspicion de tissus conjonctifs ou de tumeurs neuroendocrines sont référés pour l'analyse des marqueurs tumoraux ou des hormones. Dans d'autres diagnostics, diverses méthodes d'imagerie sont également utilisées:

  • coloscopie;
  • gastroscopie;
  • Ultrason;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • angiographie;
  • tomographie par émission de positons (TEP).

Parfois, une scintigraphie des récepteurs de la somatostatine est effectuée, dans laquelle une substance radiomarquée est injectée au patient. L'accumulation du produit chimique aide à visualiser le tissu tumoral avec une caméra spéciale.

Comment est-il traité

Si des polypes sont découverts lors d'une coloscopie, le médecin les enlève en une seule séance et envoie le matériel pour examen histologique. S'il est impossible d'éliminer tous les polypes en une seule étape du traitement, une autre intervention est effectuée. Les grands polypes peuvent nécessiter une intervention chirurgicale, voire une ablation partielle du côlon. La décision finale concernant le traitement est prise par le médecin traitant sur la base des données de diagnostic reçues..

Médicaments. Des études cliniques ont montré que l'utilisation des AINS dans la polypose adénomateuse familiale aide à réduire la taille des néoplasmes bénins. Il a été démontré que l'activité de la COX-2 augmente de 2 à 50 fois dans la plupart des adénocarcinomes (85 à 90%). Le rôle des AINS (y compris les nouveaux inhibiteurs de la COX-2) dans les lésions adénomateuses non familiales n'est pas clair. Pour les polypes sporadiques, il n'a pas été prouvé que l'utilisation des AINS provoque une régression dans des néoplasmes déjà développés. Il existe des preuves d'une diminution de l'incidence des polypes chez les personnes prenant déjà des AINS. Les tumeurs neuroendocrines qui sécrètent des hormones sont traitées de manière symptomatique. Le traitement médical par la somatostatine s'est avéré efficace dans les essais cliniques, tout comme l'administration d'interféron. Selon le cas particulier, les deux groupes de substances actives peuvent également ralentir la croissance des tumeurs neuroendocrines..

Autres méthodes non opérationnelles. Si le traitement médicamenteux ne donne pas un résultat satisfaisant, la chimioembolisation et la thérapie aux radionucléides sont utilisées pour réduire la croissance tumorale. Les nouvelles thérapies - thermothérapie par radiofréquence, thérapie au laser, chimiothérapie transartérielle, cytothérapie ou radiothérapie interne sélective - réduisent les symptômes de la maladie.

Chirurgie. Pour les grands polypes sédentaires, pour lesquels le risque de perforation est plus élevé, l'injection de 1 ml ou plus de solution saline dans la sous-muqueuse est une technique qui éloigne le polype plat de la couche musculaire, créant un effet de tige. Quelques gouttes de bleu de méthylène ajoutées à une solution saline permettent également au médecin de déterminer si une perforation s'est produite dans la couche musculaire. Les petits polypes sessiles doivent être retirés ou biopsiés avec une pince. Après le retrait d'un grand polype (> 2 cm), une deuxième coloscopie est recommandée dans les 3-4 mois. Si une tumeur neuroendocrine est diagnostiquée à un stade précoce, elle peut souvent être complètement éliminée par chirurgie. Le patient blessé est guéri dans ce cas le plus favorable et ne nécessite aucun traitement supplémentaire, sauf pour les examens.

Contrôle. Si la tumeur neuroendocrine ne progresse pas après un traitement chirurgical et ne libère pas d'hormones (tumeur fonctionnellement inactive), il est justifié de limiter le traitement à une surveillance régulière. Plus tard, des mesures supplémentaires ne sont nécessaires que s'il laisse un état stable, c'est-à-dire qu'il commence à se développer ou à sécréter des hormones.

Complications

Les complications des polypes du côlon peuvent inclure des saignements, une obstruction, une diarrhée et un cancer. Lors d'une intervention chirurgicale pour enlever des tumeurs bénignes, des conséquences parfois désagréables se produisent - saignements et (extrêmement rarement) même perforation intestinale.

Prévoir

Les polypes du côlon sont guérissables lorsqu'ils sont retirés. Si un traitement rapide n'est pas effectué, le patient développera des complications - des saignements. La condition peut même être mortelle en cas de transformation cellulaire maligne. Les polypes du côlon se développent lentement; le développement du cancer survient généralement environ 10 ans après la formation d'une petite tumeur. Le cancer rectal héréditaire sans polypose est une exception. La progression vers le cancer est probablement plus rapide en raison d'une instabilité génétique accrue. Les patients doivent être dépistés pour les polypes du côlon à des intervalles plus fréquents (tous les 1 à 2 ans) que les patients à risque moyen. Les excroissances non traitées évoluent parfois vers un carcinome sur plusieurs années. L'incidence est associée à des complications telles que des saignements, de la diarrhée et une occlusion intestinale. Le saignement est souvent chronique et passe inaperçu du patient.

Les premiers symptômes du cancer du caecum et les caractéristiques diagnostiques

Le caecum fait partie du côlon, par conséquent, le processus oncologique n'est pas classé dans un groupe séparé et ne se distingue pas de toutes les tumeurs colorectales. Le cancer du caecum représente 8 à 10% de tous les cancers des régions intestinales, appartient à une pathologie oncologique assez rare.

Les premiers symptômes du cancer du caecum sont difficiles à distinguer parmi les autres maladies intestinales, cependant, c'est le diagnostic et le traitement précoces qui déterminent en grande partie le pronostic..

  1. Description de la pathologie
  2. Classification et types de cancer du caecum
  3. Causes et facteurs de risque
  4. Premiers signes
  5. Symptômes généraux d'intoxication tumorale
  6. Comment se distinguer des autres types de cancer
  7. Diagnostique
  8. Caractéristiques de l'évolution de la maladie, en fonction du stade
  9. Méthodes de traitement
  10. Intervention chirurgicale
  11. Chimiothérapie
  12. Radiothérapie
  13. Période postopératoire
  14. Complications et pronostic
  15. Que disent les médecins
  16. La prévention est-elle possible
  17. Conclusion

Description de la pathologie

Le cancer du cécum est une tumeur maligne localisée à la jonction du gros et du petit intestin, dans le segment du côlon. Le principal danger réside dans le diagnostic difficile en raison de la spécificité et de l'absence de manifestations cliniques claires à un stade précoce..

Au fur et à mesure que le néoplasme se développe, la condition est compliquée par des saignements, une distension et des douleurs dans la région pelvienne et des troubles des selles. Code de la maladie selon la CIM-10 - C18 - néoplasme malin du côlon.

Classification et types de cancer du caecum

La classification principale, qui est importante dans le traitement et le pronostic ultérieurs, est basée sur la structure histologique et la structure morphologique de la tumeur..

Les types suivants de cancer du caecum sont distingués:

  • adénocarcinome - un type commun de tumeur, basé sur les cellules épithéliales des membranes de la muqueuse;
  • carcinome à cellules cricoïdes - une tumeur qui ressemble à plusieurs vésicules en apparence;
  • indifférencié - une forme agressive du processus pathologique, caractérisée par une propagation rapide aux tissus voisins;
  • non classé - la tumeur ne peut être attribuée à des formes histologiques connues de cancer;
  • squameux - la structure du néoplasme se compose exclusivement d'épithélium squameux;
  • squameux glandulaire - la structure morphologique comprend à la fois l'épithélium glandulaire et squameux.

C'est grâce au type de tumeur oncologique que les tactiques de traitement peuvent être déterminées. Il existe une classification selon la présence de métastases, le nombre de foyers primaires.

Causes et facteurs de risque

Compte tenu de la nature de l'apparition du cancer colorectal, il existe plusieurs raisons principales à la dégénérescence oncologique de l'épithélium du caecum:

  • facteur héréditaire - la présence d'un cancer chez des parents proches augmente le risque de tumeur;
  • facteur alimentaire - manque de discipline et de régime alimentaire, famine et suralimentation, aliments et boissons de mauvaise qualité;
  • maladie intestinale chronique;
  • kystes, polypes et autres néoplasmes bénins du caecum.

Les facteurs contributifs comprennent le surpoids, l'inactivité physique, les hémorroïdes, les invasions parasitaires, les conditions de travail et de vie négatives, l'âge.

Premiers signes

Malheureusement, les manifestations cliniques du cancer du caecum à un stade précoce sont trop floues, c'est pourquoi il est si difficile de distinguer ses symptômes des autres maladies du tractus gastro-intestinal. C'est ce qui détermine la visite tardive chez le médecin et le diagnostic du processus malin aux stades ultérieurs..

Malgré la difficulté de la vérification précoce du diagnostic, vous pouvez toujours faire attention aux caractéristiques et modifications suivantes:

  • violation des selles;
  • impuretés de sang et de mucus dans les selles;
  • ballonnements, ballonnements;
  • douleur récurrente;
  • changements de la peau: sécheresse, desquamation, pâleur.

Remarque! L'apparition de certains symptômes persistants nécessite une visite obligatoire chez un proctologue ou un gastro-entérologue. Sur la base des résultats de la recherche, des consultations avec un oncologue, un chirurgien peuvent être nécessaires.

Symptômes généraux d'intoxication tumorale

Au fur et à mesure que le processus tumoral et le cancer du caecum se développent, les manifestations symptomatiques progressent, le spectre des signes s'élargit et l'intoxication tumorale augmente.

Les patients font des plaintes très réelles:

  • apathie, fatigue, diminution des performances;
  • instabilité psycho-émotionnelle;
  • perte de poids, suppression de l'appétit;
  • pâleur de la peau.

Un autre symptôme caractéristique d'une tumeur progressive est la douleur. Les douleurs deviennent constantes, les patients sont obligés de prendre des anti-inflammatoires et analgésiques non stéroïdiens.

Avec la progression de la tumeur ou le développement de métastases, la douleur devient intense, le néoplasme croissant comprime les organes et les tissus adjacents et la qualité de vie est perturbée. La peau acquiert une teinte ictérique en raison d'une circulation altérée et d'une sortie de lymphe dans les organes du système hépatobiliaire.

Comment se distinguer des autres types de cancer

Le cancer Cecum ne diffère pas beaucoup des autres types de cancer colorectal en termes de symptômes et de structure morphologique. C'est pourquoi il est important de consulter un médecin et de réaliser un diagnostic différentiel de haute qualité.

Diagnostique

Le diagnostic du caecum consiste à réaliser un certain nombre d'études en laboratoire et instrumentales:

  • les matières fécales et les tests sanguins;
  • irrigoscopie avec un agent de contraste;
  • imagerie par résonance magnétique et tomodensitométrie;
  • sigmoïdoscopie et coloscopie - méthodes endoscopiques;
  • Échographie des organes abdominaux.

Les méthodes de diagnostic endoscopique aident non seulement à identifier la tumeur elle-même, mais également à effectuer un certain nombre de procédures chirurgicales simples, une biopsie pour un examen histologique plus approfondi.

Le cancer du caecum se différencie du syndrome du côlon irritable, de la colite érosive ulcéreuse, de la diverticulose, de la colite ischémique, des polypes, des hémorroïdes, ainsi que de l'appendicite dans la douleur aiguë.

Caractéristiques de l'évolution de la maladie, en fonction du stade

Les symptômes du cancer du caecum dépendent de la progression de la pathologie. Le processus oncologique dans le caecum comporte plusieurs étapes successives:

  1. Stade 0 - une tumeur de petite taille, seule la surface de la couche épithéliale est affectée, les métastases sont absentes.
  2. Stade 1 - les contours de la tumeur sont clairement délimités, délimités du tissu sain, les foyers métastatiques ne sont pas observés.
  3. Stade 2 - la tumeur se développe progressivement dans l'épaisseur du caecum et du côlon, recouvre la couche musculaire, les premières métastases apparaissent.
  4. Stade 3-4 - le néoplasme entre au stade terminal, la tumeur est difficile à séparer des tissus sains, il y a plusieurs métastases, y compris des foyers distants.

Le cancer du cécum est également classé selon les critères TNM, où T est la taille du néoplasme, N est le degré de lésion des ganglions lymphatiques, M est la présence de métastases, y compris distantes.

Méthodes de traitement

Le traitement dépend de la nature du processus oncologique, cependant, avec un diagnostic et une thérapie rapides, le cancer du caecum est guérissable dans la plupart des cas cliniques. Les rechutes après une intervention médicale complète sont rares. La situation change lorsque le cancer progresse et qu'il n'y a pas de traitement.

Intervention chirurgicale

L'opération chirurgicale est une méthode radicale de traitement d'une tumeur du caecum, la seule manière correcte de thérapie. Convient pour éliminer les tumeurs de stade 1-2 sans métastases, y compris les tumeurs distantes. L'opération est réalisée méthode laparoscopique, endoscopique ou abdominale.

Dans les derniers stades, une chirurgie palliative est prescrite, ce qui implique l'imposition d'une anastomose pour l'élimination sans entrave des matières fécales et la prévention des complications. Le volume d'intervention chirurgicale augmente considérablement en fonction de la prévalence du processus oncologique.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est une méthode non invasive qui peut être utilisée en association avec la chirurgie ou en monothérapie pour le cancer du caecum. Cela implique l'introduction de médicaments spéciaux qui ont un puissant effet toxique sur les cellules cancéreuses, les foyers métastatiques. En Russie et dans la CEI, «Fluorouracil», «UFT», «Raltitrexid», «Tegafur», «Irinotecan» sont utilisés.

Le seul inconvénient de la méthode est sa forte toxicité non seulement vis-à-vis des cellules malignes, mais également saines. C'est pour cette raison qu'un certain nombre de complications graves surviennent du côté des organes et des systèmes internes. La chimiothérapie est efficace à tout stade du processus oncologique.

Radiothérapie

La radiothérapie est rarement prescrite comme traitement indépendant car les cellules cancéreuses sont pratiquement insensibles aux radiations. Mais au stade terminal du processus oncologique, vous pouvez améliorer considérablement l'état et le pronostic, arrêter les symptômes, augmenter le pourcentage de survie à cinq ans.

La radiothérapie conduit au développement d'effets secondaires, ce qui nécessite le respect obligatoire de toutes les règles de la période de rééducation, en prenant des médicaments «de couverture» pour minimiser les complications potentiellement mortelles.

Période postopératoire

Après la chirurgie, les patients ont besoin d'une rééducation à long terme, qui comprend un large éventail de recommandations. La durée de la récupération est déterminée par le montant de l'intervention chirurgicale.

Habituellement, la période postopératoire comprend les étapes suivantes:

  • pansements réguliers lors de l'installation de drains et colostomie temporaire;
  • contrôle de l'état de la couture pendant la chirurgie abdominale;
  • respect d'un régime alimentaire strict avec restriction d'alcool, aliments agressifs, produits gazeux.

La récupération exclut les visites aux saunas, aux bains, aux bains chauds et au sexe anal. Quelques mois plus tard, vous devriez subir un examen pour évaluer l'état du caecum et exclure la rechute..

Complications et pronostic

La principale complication d'une tumeur cancéreuse du caecum est son développement ultérieur, la formation de foyers métastatiques secondaires. Le cancer entraîne un blocage de la lumière du caecum et une obstruction intestinale, des saignements à la suite d'une rupture, de la constipation, du syndrome du côlon irritable. La tumeur en croissance comprime les organes et les tissus adjacents, par conséquent, le foie, les reins et la rate sont les premiers à en souffrir..

Le pronostic du cancer du caecum est favorable, sous réserve d'une vérification précoce et d'un traitement adéquat. Si un volume complet d'intervention médicale a été effectué aux stades 1 et 2 d'une tumeur cancéreuse, on peut compter sur une guérison sans rechute. Dans la plupart des cas, cela réussit. Si le traitement n'est pas effectué, la tumeur progresse et métastase, le pronostic est mauvais.

Remarque! Le taux de survie à cinq ans pour le cancer de stade 1-2 est de 95 à 100%, le stade 3 est de 45%, le stade 4 est inférieur à 10%. Lorsque le processus métastatique commence, les chances de guérison sont réduites.

Que disent les médecins

Avec la détection rapide de la maladie, les médecins donnent des prévisions optimistes. Les experts conseillent vivement de consulter un médecin au moindre soupçon de développement de la maladie..

Médecin-oncologue-proctologue de la catégorie la plus élevée, Tyumen: «Aujourd'hui, le cancer du caecum est traité avec succès à un stade précoce et vous pouvez obtenir des résultats sans rechute. Le temps est un critère important pour prédire la qualité de vie d'un patient atteint de cancer ".

Chirurgien-oncologue, Moscou: «Les cliniques métropolitaines proposent les dernières méthodes de traitement du cancer colorectal. C'est grâce à un équipement de haute qualité et à des spécialistes compétents que vous pouvez obtenir des résultats thérapeutiques élevés, réduire le risque de complications après le traitement ".

Oncologue, Stavropol: «Plus le traitement de la maladie est commencé tôt, plus les chances de préserver la vie et sa qualité sont élevées. Les derniers protocoles de chimiothérapie avec des médicaments sont disponibles en Russie, ce qui réduit considérablement le degré d'intoxication du corps. ".

La prévention est-elle possible

La prévention du cancer du caecum consiste en un examen médical régulier, la visite d'un médecin lorsque des symptômes spécifiques apparaissent, le respect des règles diététiques, la limitation de l'alcool et du tabagisme. Les mesures préventives sont particulièrement importantes en cas d'hérédité oncologique accablée.

Conclusion

Le cancer du caecum est une maladie oncologique grave avec une tendance à une croissance rapide, la formation de métastases. La rapidité est un critère déterminant lors de l'établissement d'un pronostic et du choix des tactiques de traitement d'un patient.

Selon les statistiques, jusqu'à 85% des patients qui demandent l'aide d'un proctologue à temps vivent une longue vie sans rechutes.

Les informations sur notre site Web sont fournies par des médecins qualifiés et sont à titre informatif uniquement. Ne vous soignez pas! Assurez-vous de contacter un spécialiste!

Auteur: Rumyantsev V.G. Experience 34 ans.

Gastro-entérologue, professeur, docteur en sciences médicales. Nomme le diagnostic et le traitement. Expert du groupe sur les maladies inflammatoires. Auteur de plus de 300 articles scientifiques.

Cecum: inflammation. Cancer du cécum, pronostic

Le caecum est la première partie du gros intestin, il est situé par voie intrapéritonéale et est situé immédiatement après la valvule iléocæcale.

Structure

En termes de paramètres externes, le caecum ressemble à un sac et est situé dans la zone de l'iléon droit. La surface antérieure est recouverte d'un épiploon la séparant de la paroi abdominale. À la frontière entre l'appendice et l'intestin lui-même, il y a un sphincter, qui agit comme une valve. La valve de Gerlach empêche la pénétration du chyme (contenu intestinal) dans la lumière de l'appendice.

appendice

À partir du caecum, il y a un processus - l'appendice, dont la longueur peut atteindre 15 cm, mais le diamètre ne dépasse pas 5 mm. En règle générale, il se situe dans la zone de la cavité iliaque droite. À l'intérieur du processus est tapissé d'une membrane muqueuse, où il y a de grandes zones d'accumulation de tissu lymphoïde.

Il est généralement admis que le processus produit des micro-organismes nécessaires au fonctionnement normal de l'intestin. L'appendice réalise également une fonction protectrice, faisant partie du système d'immunité muqueuse..

Maladies

Le caecum devient souvent un endroit où diverses maladies sont localisées. Cela est dû aux caractéristiques physiologiques et anatomiques de sa structure..

Inflammation. Les causes de l'inflammation

Lorsque le caecum est affecté par un processus inflammatoire, les symptômes sont très similaires à ceux de l'appendicite aiguë. Une personne peut se plaindre de nausées, de vomissements fréquents, de développement de diarrhée, de fièvre. Des sensations douloureuses peuvent se développer immédiatement après avoir mangé.

Les causes du processus inflammatoire:

  • La maladie de Crohn;
  • état septique;
  • appendicite aiguë accompagnant;
  • tuberculose intestinale;
  • la fièvre typhoïde.

Lorsqu'ils font référence au processus inflammatoire du caecum, les médecins utilisent un terme tel que typhlite. Lorsqu'une personne ressent les manifestations d'une telle maladie, il est recommandé d'effectuer un diagnostic différentiel.

Si l'examen a montré que le foyer inflammatoire est localisé dans le caecum, le médecin prescrit un traitement conservateur. Le patient reçoit un traitement antibiotique, une thérapie par perfusion est effectuée. Une alimentation douce et un repos au lit sont une condition préalable à la mise en œuvre des mesures thérapeutiques.

Complications après la typhlite:

  • mésentère;
  • paratyphlite.

Si la zone touchée n'a pas été complètement guérie, une inflammation peut se développer au point où une intervention chirurgicale est nécessaire. En outre, il existe un autre facteur de risque auquel le caecum est sensible: l'inflammation, qui n'est pas correctement traitée, conduit au développement d'un cancer..

Tumeur Cecum

Les formations bénignes et malignes, ainsi que la typhlite, affectent assez souvent le caecum. Cette partie de l'intestin représente 40% des cas signalés d'initiation tumorale..

Les manifestations du cancer sont diverses, elles dépendent de la taille de la formation pathologique, de la présence de complications qui peuvent se manifester avec des maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal.

  • étourdissements fréquents et prolongés;
  • faiblesse et faiblesse générales;
  • tachycardie;
  • changement de couleur des matières fécales;
  • saignement de l'anus;
  • douleurs douloureuses dans le péritoine inférieur droit;
  • perte de poids rapide inexpliquée par d'autres facteurs.

Formations malignes. Les prévisions

Le carcinome du cecum ou tumeur maligne du caecum fait référence à des maladies oncopathologiques du gros intestin. Le cancer survient dans le système digestif inférieur.

Dans la plupart des cas, une tumeur cancéreuse commence par la formation de polypes bénins dans le tractus gastro-intestinal, qui sont des excroissances pathologiques sur la paroi interne de l'intestin. Pendant plusieurs années, la polypose peut ne pas se manifester de manière symptomatique et la formation se transforme en une forme maligne. Si le cancer n'est pas détecté à temps, ses cellules peuvent se propager au foie et aux ganglions lymphatiques.

Si un patient reçoit un diagnostic de cancer du caecum, le pronostic du succès du traitement dépend de nombreux facteurs, notamment:

  1. Âge.
  2. Localisation de la tumeur.
  3. Le degré de dommage aux organes adjacents.
  4. Stade de développement de la maladie.

Le pronostic le plus favorable accompagne les stades zéro, premier et deuxième du développement du cancer. Dans 95% des cas, les personnes de moins de 50 ans obtiennent une guérison complète si elles consultent un médecin à temps. Par conséquent, il est si important de consulter un médecin, même à la moindre manifestation d'inconfort..

Si le diagnostic a confirmé que la tumeur est aux troisième et quatrième stades avec des métastases étendues dans les organes adjacents, le pronostic devient décevant.

La thérapie se résume à trois options principales: la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie. La méthode de traitement est développée en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient. L'exposition aux radiations et l'utilisation de produits chimiques sont nécessaires pour détruire les cellules cancéreuses résiduelles après la chirurgie, réduire la taille de la tumeur avant la résection ou soulager les symptômes dans le cadre d'un traitement palliatif.

Au lieu d'une conclusion

La guérison du cancer du caecum est obtenue dans la plupart des cas si le patient demande une aide médicale à temps. C'est l'un des principaux facteurs affectant le succès et l'efficacité du traitement. Le temps est le seul ennemi qui puisse enlever même l'espoir de guérison. Une assistance médicale opportune et le désir de guérison aideront à surmonter la maladie.

Cancer du cécum

Le caecum est la section initiale du gros intestin. Il est situé dans la région iliaque droite (en bas à droite dans la cavité abdominale) et en raison de sa structure, il est comparé à un sac vertical. Dans la partie inférieure du caecum, il y a un appendice vermiforme.

L'hôpital Yusupov a toutes les conditions pour le traitement des patients atteints d'un cancer du caecum:

  • Les salles sont équipées d'une ventilation par traction et de climatiseurs pour offrir aux patients un régime de température confortable;
  • Les médecins examinent les patients à l'aide des derniers appareils des principaux fabricants européens et américains;
  • Pour les opérations sur le caecum, les chirurgiens utilisent des instruments et des équipements modernes;
  • Les oncologues exécutent avec brio toute la gamme des interventions chirurgicales connues aujourd'hui;
  • Le personnel médical fournit des soins professionnels avant et après la chirurgie;
  • Les médecins pratiquent une thérapie anticancéreuse avec les derniers médicaments de chimiothérapie enregistrés en Fédération de Russie.

Les patients dans le cadre de la recherche scientifique menée dans la clinique ont la possibilité de recevoir les derniers médicaments. La croissance d'un néoplasme malin peut commencer dans n'importe quelle partie du tractus gastro-intestinal. Le cancer du cécum représente environ un cinquième de tous les cancers du côlon.

Les raisons

La cause immédiate du cancer du caecum est une mutation cellulaire non reconnue par le système immunitaire et non détruite à temps, à la suite de quoi un cycle sans fin de division et de croissance des cellules tumorales commence. Les néoplasmes malins du caecum, selon les experts de l'Organisation mondiale de la santé, peuvent se développer sous l'influence des facteurs provoquants suivants:

  • Utilisation excessive de viande rouge cuite;
  • Modifications tissulaires liées à l'âge et affaiblissement du péristaltisme intestinal;
  • Prédisposition héréditaire;
  • Maladies chroniques et états pathologiques du tractus gastro-intestinal (processus inflammatoires, ulcéreux, dyskinétiques, néoplasiques bénins);
  • Facteurs environnementaux;
  • La présence et l'activité dans l'organisme de virus oncogènes (virus du papillome humain et certains sous-types du virus de l'herpès);
  • Fumeur.

Les scientifiques n'ont pas établi une seule raison pour le développement d'une tumeur du caecum..

Pour le cancer du caecum, la classification TNM est appliquée. Dans celui-ci, T désigne la taille de la tumeur, N - la présence de lésions des ganglions lymphatiques, M - la présence de métastases à distance. La maladie se produit en 4 étapes:

  • Le stade 0 est caractérisé par une très petite taille de la tumeur, des lésions de la couche supérieure de la paroi caecum uniquement et l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux;
  • Au premier stade du cancer du caecum, le processus pathologique se propage aux deuxième et troisième couches du gros intestin, mais ne se développe pas sur le côté externe de l'intestin, il n'y a pas de métastases dans les ganglions lymphatiques;
  • Au stade II, la tumeur maligne se développe sur la paroi externe du caecum, les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés et les métastases ne sont pas observées;
  • Au troisième stade de la maladie, la tumeur commence à se développer sur les organes et les tissus voisins, les ganglions lymphatiques sont touchés, mais les médecins ne détectent pas de métastases à distance;
  • Au quatrième stade terminal du cancer du caecum, la tumeur maligne commence à se développer dans les tissus et organes adjacents, tandis que les ganglions lymphatiques sont touchés et que des métastases à distance sont détectées.

Les types histologiques suivants de cancer du caecum sont distingués:

  • L'adénocarcinome se développe à partir des cellules épithéliales de la muqueuse intestinale;
  • Le carcinome à cellules cricoïdes a l'apparence de vésicules;
  • Le cancer indifférencié est considéré comme la forme la plus agressive de néoplasme malin;
  • Le cancer non classé est une tumeur maligne qui n'appartient à aucune des formes histologiques;
  • Le carcinome épidermoïde est une tumeur du caecum, qui se compose de cellules épithéliales squameuses;
  • Carcinome épidermoïde glandulaire - un néoplasme composé d'épithélium squameux et glandulaire.

L'adénocarcinome du caecum est une tumeur exophytique ou endophytique. Il peut se développer dans la lumière du caecum ou se développer dans toutes les couches de la paroi intestinale. La tumeur se développe souvent dans la vessie, l'utérus, les appendices, la prostate chez l'homme, l'intestin grêle et la paroi abdominale. L'adénocarcinome métastase le plus souvent au foie, rarement aux poumons, au système osseux et au cerveau. L'adénocarcinome est très différencié et mal différencié. Les cellules d'une tumeur hautement différenciée sont proches des cellules saines et sont capables de remplir leurs fonctions. Une tumeur mal différenciée est constituée de cellules dégénérées incapables de remplir leurs fonctions. Pronostic favorable chez les patients atteints de tumeurs hautement différenciées. Les oncologues de l'hôpital Yusupov établissent un diagnostic et prescrivent un traitement, en tenant compte des résultats d'un examen histologique du matériel biologique obtenu lors d'une biopsie.

Symptômes et signes

Les tumeurs malignes localisées dans le caecum sont caractérisées par une évolution asymptomatique prolongée. Un inconfort subjectif rapidement progressif est noté dans les derniers stades de la maladie et n'a pas de spécificité pathognomonique, ce qui indiquerait précisément la localisation de la tumeur dans le caecum. Les patients présentent les plaintes suivantes:

  • Nausées, manque d'appétit, éructations;
  • Flatulence, alternance extérieurement inexplicable de diarrhée et de constipation;
  • Douleur dans le côté droit de l'abdomen.

Au fur et à mesure que la tumeur grossit et est endommagée par les matières fécales, le saignement progresse. Pendant un certain temps, il peut rester caché, se manifester par des symptômes croissants d'anémie et d'asthénie:

  • Apathie;
  • Tremblement;
  • Faiblesse, fatigabilité rapide;
  • Couleur de peau pâle;
  • Émaciation.

Un écoulement fréquent ou régulier de sang écarlate pendant les selles est l'un des symptômes typiques du cancer colorectal de n'importe quel endroit. Au stade terminal de la maladie, les signes suivants de cancer du caecum se rejoignent généralement:

  • Syndrome douloureux intense causé par la croissance tumorale dans les structures environnantes et la pression sur les organes voisins;
  • Phénomènes d'obstruction intestinale partielle ou chevauchement complet de la lumière intestinale;
  • Jaunisse et insuffisance hépatique, car la structure du système intestinal de la circulation lymphatique et de l'apport sanguin détermine la métastase du processus tumoral au foie.

Diagnostique

Le diagnostic préliminaire de «cancer du caecum» est établi par les spécialistes de la clinique d'oncologie lors de la collecte des plaintes et de l'anamnèse, et d'un examen clinique. Une grosse tumeur peut être détectée lors de la palpation de l'abdomen. Aux fins du diagnostic différentiel, pour clarifier l'emplacement, la forme et la taille de la tumeur, pour identifier les métastases, des méthodes de recherche supplémentaires sont effectuées:

  • Coloscopie;
  • Irrigoscopie;
  • Tomodensitométrie;
  • Dépistage par ultrasons;
  • Laparoscopie diagnostique.

Lors d'un examen endoscopique ou laparoscopique, les médecins doivent sélectionner du matériel pour l'analyse histologique, ce qui leur permet de tirer des conclusions diagnostiques sans ambiguïté. La méthode la plus informative pour diagnostiquer le cancer du côlon sigmoïde est la rectoscopie. La sigmoïdoscopie examine jusqu'à 25 cm du côlon distal.

L'utilisation d'un sigmoïdoscope et d'un coloscope flexibles permet un diagnostic préopératoire plus précis du cancer du caecum. La méthode aux rayons X utilisant un lavement à double contraste est très sensible. Il vous permet d'identifier les petites tumeurs. Un néoplasme malin se manifeste par un rétrécissement ou une induration caractéristique, situé dans la zone de contraste. En cas de doute, les médecins de l'hôpital Yusupov répètent l'examen ou effectuent une coloscopie.

La tomodensitométrie à balayage avec contraste aérien est de plus en plus répandue. Cette méthode est utilisée lors de la décision finale sur la nécessité d'une intervention chirurgicale. À l'hôpital de Yusupov, la tomodensitométrie en spirale avec une faible épaisseur de tranche, la soi-disant «coloscopie virtuelle», est largement utilisée pour détecter le cancer du caecum..

Les cellules de carcinome du côlon produisent un antigène embryonnaire du cancer (CEA), un marqueur tumoral du cancer. Cependant, il n'est pas suffisamment spécifique pour servir d'indicateur fiable de l'existence d'une tumeur. L'antigène embryonnaire du cancer se trouve également dans la pancréatite, les processus inflammatoires de l'intestin, chez les fumeurs et chez les personnes qui abusent de l'alcool. Le test CEA est utilisé chez les patients présentant un taux initialement élevé de ce marqueur tumoral après chirurgie. Son niveau après une opération réussie diminue, et une augmentation de la concentration de CEA dans la période postopératoire peut être le premier signe de récidive du néoplasme..

Les médecins de l'hôpital Yusupov effectuent un diagnostic différentiel du cancer du caecum avec les maladies suivantes:

  • Diverticulose du côlon;
  • Colite ulcéreuse et ischémique;
  • Syndrome du côlon irritable.

D'autres maladies se manifestant par des saignements rectaux (hémorroïdes, polypose) compliquent le diagnostic. Une douleur dans la moitié droite de l'abdomen peut indiquer le développement d'une appendicite aiguë. Si un patient présente des symptômes positifs d'un «abdomen aigu», il subit une opération urgente au cours de laquelle la véritable cause du syndrome douloureux est déterminée.

L'adénome tubulaire du caecum fait référence à des néoplasmes bénins. Il peut présenter des symptômes de type cancer.

Traitement

L'une des principales caractéristiques du cancer du caecum est qu'il est complètement et sans rechute dans près de 93 à 97% des cas. Cela ne s'applique qu'aux stades initiaux de la maladie. Le diagnostic précoce d'une tumeur maligne est une question vitale. Pour cette raison, les médecins de l'hôpital Yusupov, en présence de symptômes de maladies intestinales, excluent tout d'abord le cancer..

Le traitement d'une tumeur du caecum a toujours un caractère combiné intensif. Les oncologues de l'hôpital Yusupov utilisent les trois principaux domaines de l'oncologie moderne - chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

L'ablation chirurgicale de la tumeur est considérée comme le traitement prioritaire de ce type de cancer. À l'aide de la laparoscopie, des opérations sont effectuées aux stades initiaux des tumeurs. Pendant les opérations endoscopiques, les tissus environnants sont peu endommagés.

Avec les tumeurs en croissance, une large résection du caecum et du mésentère affectés est effectuée et l'appareil lymphatique est retiré. Une hémicolectomie droite est réalisée: le chirurgien enlève jusqu'à 20 cm de l'iléon terminal, la moitié droite du côlon, y compris le tiers ascendant, aveugle, droit du côlon transverse et la courbure hépatique.

En cas de lésions multiples d'organes et de tissus avec métastases, l'opération d'élimination des tumeurs n'est pas effectuée, l'élimination des symptômes graves - une obstruction intestinale est effectuée, une antibiothérapie, une chimiothérapie et un traitement palliatif sont prescrits. Bon pronostic chez les patients sans métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.

Un traitement conservateur du cancer du caecum à l'hôpital Yusupov est effectué s'il est impossible de pratiquer une intervention chirurgicale. Les médecins de la clinique d'oncologie utilisent les derniers équipements des principaux fabricants mondiaux pour la radiothérapie et la dernière génération de médicaments anticancéreux. Ils sont efficaces et ont un spectre minimal d'effets secondaires..

L'exposition à des médicaments cytostatiques peut réduire la taille de la tumeur, ce qui augmente les chances de succès de l'élimination. La chimiothérapie systémique détruit les plus petits foyers de cancer et empêche le développement d'une récidive tumorale après la chirurgie. En fonction de la nature histologique du néoplasme, de la réponse du patient aux médicaments de chimiothérapie, les médecins de l'hôpital de Yusupov utilisent la monochimiothérapie (prescrire 1 médicament cytostatique qui affecte efficacement ce type de cellules cancéreuses) ou la polychimiothérapie - une combinaison de plusieurs types de médicaments qui ont un effet destructeur sur la tumeur.

Les techniques de radiothérapie sont utilisées en préparation à la chirurgie comme moyen de réduire la masse tumorale. À l'hôpital Yusupov, la radiothérapie est réalisée à l'aide d'un équipement moderne. Les accélérateurs linéaires génèrent des rayonnements qui, avec une extrême précision, ne ciblent que les tissus mutés sans affecter les cellules saines. La puissance de l'équipement vous permet de raccourcir le temps de la séance, ainsi, l'effet sur tout le corps est plus doux.

Le traitement du cancer du caecum comprend des méthodes radiochirurgicales, en particulier l'utilisation d'un Cyber ​​Knife. L'installation vous permet de focaliser 150 à 300 faisceaux minces en un seul point. Ils atteignent la cible souhaitée sous différents angles sans avoir d'effet néfaste sur les tissus sains. Là où les rayons se croisent (dans la tumeur caecum), un niveau élevé de rayonnement est créé. Grâce à une irradiation précise à haute dose, le nombre de séances peut être réduit à 2-5.

Dans certains cas, les médecins utilisent des méthodes spécialisées de radiothérapie, telles que la radiothérapie peropératoire ou la curiethérapie. Ces types de radiothérapie aident à se débarrasser des petites tumeurs qui ne peuvent être éliminées par chirurgie. La radiothérapie peropératoire est effectuée pendant la chirurgie. Dans ce cas, une dose unique élevée de radiothérapie est utilisée pour détruire une tumeur difficile à atteindre du caecum..

La curiethérapie est réalisée avec de minuscules sphères SIR remplies d'une substance radioactive appelée yttrium-90. Il est utilisé pour le cancer secondaire du foie qui survient dans le contexte d'une tumeur maligne du caecum, lorsque la chirurgie n'est pas une option. La méthode vous permet de ralentir la croissance des cellules cancéreuses.

Si le cancer du caecum est au premier stade de développement, il n'y a pas de croissance de la tumeur vers les organes voisins et les métastases, l'ablation laparoscopique de la tumeur est effectuée à l'hôpital Yusupov. Cette méthode mini-invasive est la plus douce pour le patient. Le chirurgien n'a pas besoin de faire de grandes incisions. L'intervention chirurgicale est réalisée par plusieurs ponctions de la paroi abdominale antérieure.

Avec des lésions plus étendues, les oncologues excisent la section endommagée de l'intestin avec les tissus adjacents et imposent une anastomose - rétablissant l'intégrité de l'intestin, créant un chemin de dérivation pour la nourriture, cousant deux sections de l'intestin. Dans certains cas de cancer du caecum, afin d'éviter la propagation de la tumeur aux organes voisins, les chirurgiens effectuent une résection des vaisseaux lymphatiques régionaux et des ganglions avec le néoplasme, un seul bloc. S'il n'est pas possible de sauver l'organe, les chirurgiens enlèvent non seulement le caecum, mais également une section du petit ou du gros intestin. Ensuite, une colostomie est formée - une ouverture pour le retrait du contenu intestinal. À travers elle, les matières fécales pénètrent dans le sac de colostomie que porte le patient.

Dans certains cas, la colostomie est appliquée pendant une courte période pour optimiser le traitement intestinal. Cela peut être permanent. Avec les méthodes chirurgicales modernes utilisées par les oncologues de l'hôpital Yusupov et l'utilisation de la radiothérapie, du traitement avec des médicaments de chimiothérapie modernes avant la chirurgie, la plupart des patients atteints d'un cancer du caecum n'ont pas besoin d'une colostomie permanente. L'utilisation compétente des techniques antiblastiques par les chirurgiens de la clinique d'oncologie, nettoyant le site d'élimination de la tumeur des plus petites cellules atypiques restantes, réduit considérablement le risque de rechute chez les patients de l'hôpital Yusupov.

Pronostic du cancer du caecum

Le pronostic des néoplasmes malins du caecum dépend de la profondeur de germination de la tumeur primaire, de la présence de métastases régionales et distantes. Le taux de survie à cinq ans est directement lié au stade du cancer du caecum. Ce chiffre a augmenté au cours des dernières décennies. Cela est dû à des diagnostics approfondis et à des méthodes de traitement modernes, utilisées par les oncologues de l'hôpital Yusupov.

Le pronostic d'un patient après une excision tumorale dépend non seulement de la présence ou de l'absence de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux, mais aussi du nombre de ganglions lymphatiques affectés. Les facteurs indésirables qui aggravent le pronostic du cancer du caecum comprennent la croissance du néoplasme dans le tissu adipeux, la perforation du côlon, un faible degré de différenciation des cellules cancéreuses, la transition du cancer vers les tissus et organes voisins, la transition tumorale dans la lumière des grosses veines.

Le taux de survie à cinq ans pour le cancer du caecum de stade II est de 85%. Si le diagnostic est "cancer du caecum stade 3", le pronostic pour un taux de survie à cinq ans est de 74%, et au quatrième stade du processus tumoral, 6% des patients survivent jusqu'à cinq ans. Pour cette raison, les oncologues de l'hôpital Yusupov ne recommandent pas de reporter une visite chez le médecin si des signes d'inconfort intestinal apparaissent. Appelez à tout moment de la journée. Le centre de contact de l'hôpital Yusupov est ouvert sept jours sur sept et une pause déjeuner.

Tout sur la tumeur du caecum

Le caecum dans la littérature médicale est appelé la première section du gros intestin, où se déroule le traitement des produits de l'intestin grêle. Sa tâche principale est l'assimilation des nutriments, ainsi que la protection contre les bactéries nocives. La longueur de l'organe est d'environ 10 cm et la largeur dans la partie inférieure peut atteindre 9 cm.Il est situé dans la cavité iliaque droite, par conséquent, les symptômes du patient apparaissent de ce côté.

Contenu
  1. Les raisons
  2. Symptômes
  3. Classification et types
    1. Étapes et projections
      1. Étape zéro
      2. Première étape
      3. Deuxième étape
      4. Troisième étape
      5. Quatrième étape
    2. Types de tumeurs
  4. Diagnostique
    1. Rectoromanoscopie
    2. Coloscopie
    3. Irrigoscopie
    4. Ultrason
    5. Biopsie et test sanguin
    6. CT et IRM
  5. Traitement
    1. Intervention chirurgicale
    2. Radiothérapie
    3. Chimiothérapie
  6. Complications possibles et prévention

En cas de dysfonctionnement du caecum ou de redémarrage constant, il y a une forte probabilité d'apparition de néoplasmes bénins (polypes) ou de caractère malin dessus.

Les polypes poussent sur la membrane muqueuse, ont une tige fine ou une base bien définie. Ils peuvent être à la fois simples et nombreux..

Le risque de développer une tumeur augmente avec l'âge. Selon les statistiques, une personne sur deux après 60 ans a au moins un polype. Le danger de tels néoplasmes est que lorsqu'ils atteignent de grandes tailles, ils renaissent dans une tumeur cancéreuse..

Les adénomes sont diagnostiqués avec la même fréquence chez les femmes et les hommes. Le plus souvent, les personnes de plus de 45 ans demandent une aide médicale pour un tel problème..

Les raisons

Les principales raisons contribuant à l'apparition de tumeurs du caecum continuent d'être étudiées par des spécialistes aujourd'hui. Cependant, il convient de distinguer un certain nombre de facteurs qui affectent le développement du processus pathologique:

  • Prédisposition héréditaire, qui consiste en des maladies familiales qui provoquent des conditions précancéreuses. Parfois, les polypes commencent à se former chez les enfants à un âge précoce sans maladies concomitantes.
  • Inflammation du caecum (p. Ex. Colite ulcéreuse). Ce problème devient la cause d'une violation de l'intégrité de la membrane muqueuse, entraînant la croissance de néoplasmes.
  • Alimentation déséquilibrée avec beaucoup d'aliments épicés et gras.
  • Les maladies virales (papillomavirus humain, grippe ou herpès) entraînent une diminution de l'immunité.
  • Maladies parasitaires humaines qui causent des lésions muqueuses. Ce processus prédispose à sa renaissance..
  • Tabagisme, consommation excessive d'alcool, produits contenant des produits chimiques nocifs.
  • Un mode de vie sédentaire, un problème avec l'écologie de l'environnement, le travail en production dangereuse.
  • Troubles du développement intra-utérin de la muqueuse intestinale qui augmentent la probabilité d'une tumeur.

Symptômes

Une tumeur du caecum se développe lentement. Le patient ne montre aucun signe au début. La maladie peut se manifester de différentes manières et les symptômes dépendent de la localisation de la formation de la tumeur, de sa taille, de la présence de complications possibles causées par des maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal.

Assez souvent, cette pathologie est confondue avec une appendicite aiguë en raison de la similitude des symptômes.

Le symptôme le plus courant indiquant la formation d'une tumeur est la présence d'un écoulement sanglant dans les selles. À l'avenir, cela conduit à la pâleur et à la sécheresse de la peau..