Est-il possible de mourir de diarrhée (diarrhée)?

Le phénomène de la diarrhée est le plus courant dans la vie d'une personne, à partir de la petite enfance et se terminant avec une vieillesse profonde. Les raisons peuvent être très diverses, allant de l'empoisonnement à une réaction à des informations stressantes. Parfois, le corps souhaite se débarrasser d'un produit inhabituel, et parfois la diarrhée est le signe d'une maladie très grave..

Le mécanisme de développement de la diarrhée est associé à l'incapacité, pour une raison ou une autre, d'absorber de la nourriture pendant le passage du gros intestin autant d'eau que nécessaire pour former des matières fécales normales. Les symptômes varient en fonction de la cause de la diarrhée. L'infection intestinale aiguë est caractérisée par:

  • selles exceptionnellement molles, apparition soudainement, avec une forte odeur;
  • douleurs abdominales et nausées;
  • fièvre, fièvre, frissons;
  • manque d'appétit, perte de poids.

La diarrhée sanglante peut être un signe de néoplasmes malins, de colite ulcéreuse. Généralement, la diarrhée est considérée par beaucoup comme une maladie non dangereuse qui peut être guérie à la maison. Cependant, dans certains cas, la mort par diarrhée peut survenir si des soins médicaux ne sont pas recherchés rapidement..

Tu meurs de diarrhée?

La diarrhée est principalement dangereuse en raison de complications telles que la déshydratation. La mort par diarrhée est plus probable dans les groupes d'âge tels que les nourrissons ou les personnes âgées. L'eau est un milieu nutritif pour les cellules. Une diminution du volume de liquide cellulaire et extracellulaire, ainsi que l'extraction d'eau du système hématopoïétique et une perte d'eau particulièrement sensible dans le cerveau peuvent entraîner le coma et la mort.

Mourir de diarrhée est possible en raison d'une violation de l'équilibre eau-sel causée par un choc, une arythmie et une déshydratation. Le diagnostic de «mort de diarrhée» peut être posé avec la soi-disant «diarrhée du voyageur» si vous commencez cette maladie. Cela se produit lorsque vous mangez des aliments de mauvaise qualité ou de l'eau contaminée, contaminée par des bactéries ou une infection.

La diarrhée accompagne des maladies aussi terribles que la dysenterie causée par la bactérie Shigella, dans laquelle les intestins perdent leur capacité à absorber les liquides. De plus, l'intoxication du corps commence. Une perte excessive d'eau et un empoisonnement du corps, en particulier des enfants, peuvent entraîner un risque de décès pour cette raison. En répondant à la question de savoir s'ils meurent de diarrhée, vous pouvez donner une réponse positive si vous ne prenez pas de mesures en temps opportun pour rétablir l'équilibre eau-sel.

La diarrhée

Avec la diarrhée, le processus de réexcrétion des matières fécales liquides se produit. À la suite de diverses maladies. Il y a un passage accéléré des masses alimentaires à travers les intestins.

Dans l'intestin, la fonction sécrétoire et motrice est améliorée. En cas d'entérocolite, un exsudat inflammatoire et du mucus sont libérés. Ce qui aggrave considérablement l'image de la maladie.

Souvent, la diarrhée est le résultat d'un fonctionnement inapproprié et pathologique du tractus gastro-intestinal. Dans le même temps, l'intestin se liquéfie. La diarrhée est l'écoulement des selles plus de deux fois par jour..

Il existe des stades chroniques et aigus de diarrhée. Au stade aigu de la diarrhée, le processus pathologique dure deux semaines. Au stade chronique, la diarrhée dure plus de deux semaines. Le stade chronique contribue à l'établissement de conséquences graves, allant jusqu'à la déshydratation du corps.

Ce que c'est?

La diarrhée est un processus pathologique grave résultant de troubles du fonctionnement du tractus gastro-intestinal. Il y a un autre nom pour ce processus pathologique. D'une autre manière, la diarrhée est appelée diarrhée..

En fonction de l'âge du patient, les conséquences sont distinguées. Les conséquences les plus graves surviennent chez les enfants et les personnes âgées. Puisque la déshydratation est courante.

La symptomatologie de la maladie compte. Si la maladie s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, une condition préalable est de consulter un médecin. Sinon, le processus inflammatoire peut entraîner de graves conséquences..

Les raisons

Quelle est l'étiologie principale de la maladie? Les principales causes de diarrhée comprennent la pathologie du tractus gastro-intestinal. Par exemple, avec la maladie de Crohn. Ou à la suite du syndrome du côlon irritable.

La colite ulcéreuse peut également être une cause fréquente de diarrhée. De plus, l'ulcère peut être localisé dans le rectum. Y compris dans le côlon, le cancer rectal peut être important.

Les causes de la diarrhée peuvent être divers facteurs externes. Par exemple, les causes les plus courantes de diarrhée comprennent:

  • boire de l'eau non bouillie;
  • allergie alimentaire;
  • intolérance à certains produits;
  • infection intestinale virale;
  • stress;
  • empoisonnement.

Lorsque de l'eau non bouillie est consommée, la diarrhée survient à la suite d'un empoisonnement du corps avec diverses substances nocives. En effet, l'eau brute contient des particules nocives.

Les allergies peuvent déclencher la diarrhée. Réaction allergique aux aliments due à diverses substances nocives. L'intolérance peut être associée à la consommation de lactose.

Une infection virale cause les dommages les plus importants à l'estomac et aux intestins. Le virus qui vit dans le tractus est capable de libérer des toxines et des poisons. Ce qui perturbe considérablement la sécrétion et la motilité intestinales.

Le stress ou les expériences émotionnelles les plus intenses conduisent à la diarrhée, basée sur une motilité et une sécrétion altérées. La nourriture est digérée et liquéfiée assez rapidement. Avec des phénomènes pathologiques.

L'empoisonnement contribue à l'intoxication du corps. De plus, l'intoxication est distribuée dans les intestins. L'intestin empoisonné commence à fonctionner de manière pathologique.

Symptômes

Quels sont les principaux symptômes de la diarrhée? Les symptômes les plus courants de la diarrhée sont les selles fréquentes et les selles molles. Parfois combiné avec du mucus. Y compris la température corporelle peut augmenter.

Avec une augmentation de la température corporelle, la diarrhée s'accompagne de réactions inflammatoires. Et ces réactions inflammatoires entraînent de graves troubles. Le bien-être général peut s'aggraver ou, au contraire, l'état de santé reste le même.

Cependant, la diarrhée entraîne également des troubles psychologiques. Le patient peut être irrité, excitable. Et aussi montrer de la nervosité et de l'anxiété. Après tout, des selles fréquentes contribuent au développement de l'inconfort..

Les symptômes les plus graves surviennent lorsqu'il y a du sang dans les selles. Et aussi les principaux signes de diarrhée comprennent:

  • la nausée;
  • vomissement;
  • douleur abdominale.

Il convient de noter qu'avec des symptômes accompagnés de nausées et de vomissements, un empoisonnement ou une infection virale est noté. Les douleurs abdominales accompagnées de diarrhée peuvent être intenses. De plus, il faut beaucoup de temps pour se manifester.

Si la douleur dans l'abdomen dure deux heures, il est urgent de consulter un médecin. Sinon, il peut y avoir une complication grave. Certaines complications de la diarrhée comprennent:

  • déshydratation;
  • diarrhée chronique.

La déshydratation peut également présenter certains symptômes. Par exemple, les signes courants de déshydratation comprennent:

  • lèvres sèches;
  • langue sèche;
  • sensation de soif;
  • augmentation de la respiration;
  • mictions peu fréquentes.

En savoir plus sur la maladie sur le site: bolit.info

Assurez-vous de consulter un spécialiste!

Diagnostique

Comment diagnostiquer la diarrhée? Le diagnostic de la diarrhée comprend une étude du corps pour identifier diverses maladies. Comprend des diagnostics corporels de routine.

L'anamnèse compte. Avec une histoire, étudie non seulement les symptômes, mais également les causes possibles de la diarrhée. Les plaintes du patient sont également importantes. Le patient se plaint souvent de douleur et de fièvre.

Une pathologie héréditaire est également diagnostiquée. Dans ce cas, la présence de la maladie dans une histoire héréditaire est révélée. Les proches peuvent avoir cette pathologie.

Des tests de laboratoire en présence de diverses maladies révèlent des réactions inflammatoires. Les réactions inflammatoires peuvent être associées à des anomalies du tractus gastro-intestinal. Les méthodes de recherche instrumentale sont également très pertinentes dans le diagnostic de la diarrhée..

Parfois, un test sanguin occulte fécal est nécessaire. Ceci est important pour les maladies accompagnées de saignements. Si une infection bactérienne est importante, la présence d'un agent pathogène est attribuée à l'ensemencement d'une loutre de mer.

Le coprogramme est largement utilisé dans le diagnostic. Cette étude évalue la valeur des matières fécales en termes de présence d'aliments gras non digérés. Analyse des parasites. Après tout, la diarrhée peut être associée à la présence de parasites dans les intestins..

Des méthodes supplémentaires de diagnostic de la diarrhée sont des études instrumentales associées aux méthodes suivantes:

  • coloscopie;
  • examens endoscopiques;
  • examen du gros intestin;
  • diagnostic échographique de la cavité abdominale;
  • sigmoïdoscopie.
monter

La prévention

Pour prévenir la diarrhée, il est nécessaire de guérir les maladies du tractus gastro-intestinal à temps. En outre, la prévention vise à traiter les hémorroïdes. En effet, les hémorroïdes entraînent souvent une détérioration du fonctionnement du tractus gastro-intestinal. Vous devez également suivre les activités suivantes:

  • nutrition adéquat;
  • mode de vie sain;
  • exclusion des allergènes;
  • exclusion des aliments intolérables;
  • exclusion d'empoisonnement.

Une bonne nutrition comprend un équilibre d'aliments sains. Il est nécessaire d'utiliser des vitamines et des minéraux. Il est impératif de suivre le régime. Les repas doivent être fractionnés.

Il faut éviter de trop manger. Y compris bien mâcher les aliments. Il existe quelques principes de nutrition: «Plus vous mâchez longtemps, plus vous vivez longtemps». Par conséquent, mâcher lentement les aliments aide à améliorer le processus de digestion..

Les allergènes doivent être évités. Surtout si vous savez qu'il y a une réaction allergique à des produits spécifiques. Y compris en cas d'intolérance, il est nécessaire d'exclure certaines substances de l'alimentation.

L'empoisonnement doit être évité. Depuis l'intoxication du corps à la suite d'un empoisonnement peut provoquer des réactions secondaires du corps. Sous forme de diarrhée.

En outre, dans la prévention de la diarrhée, il est nécessaire d'exclure les maladies parasitaires. L'exclusion des parasites contribue à améliorer les processus de digestion. En outre, les intestins doivent être reconstitués avec une microflore bénéfique. Après tout, la cause de la diarrhée peut être une dysbiose.

Il est également nécessaire de ne pas consommer de drogues de manière incontrôlable. Prendre les médicaments uniquement comme indiqué! L'automédication doit être exclue.

Mener une vie active contribue à améliorer la fonction sécrétoire et motrice des intestins. Cela signifie que le processus de digestion s'améliore. La libération naturelle des aliments digérés aide à nettoyer le corps des toxines et des toxines.

Traitement

Comment guérir la diarrhée? Le traitement de la diarrhée est complexe. Il ne vise pas seulement à guérir la maladie sous-jacente, mais également à réduire les symptômes indésirables. Ainsi que le traitement visant à éliminer les complications.

Le traitement vise à éliminer l'infection. Et aussi des médicaments sont utilisés pour réguler la motilité intestinale. Les analgésiques sont largement utilisés. Aussi des médicaments antispasmodiques.

Les sorbants et les probiotiques sont efficaces. Y compris les prébiotiques. Ils sont nécessaires à la restauration de la microflore intestinale. Dans certains cas, l'administration parentérale de solutions électrolytiques aqueuses est nécessaire.

S'il y a une infection bactérienne, des médicaments antibactériens sont utilisés. En cas d'infection virale, des agents antiviraux sont utilisés. Dans certains cas, des agents cholérétiques sont utilisés.

Afin d'éviter les complications. Dont la déshydratation est, il est conseillé d'appliquer les recommandations suivantes:

  • boisson abondante;
  • boire une quantité importante de liquide;
  • solutions salines;
  • régime.

Boire beaucoup de liquides et boire beaucoup de liquides aide à prévenir la déshydratation. Ces mesures sont nécessaires en thérapie médicale. Le régime comprend l'utilisation des aliments suivants:

  • banane;
  • riz;
  • une pomme;
  • craquelins.

En outre, le traitement de la diarrhée consiste à éviter certains aliments. Y compris la viande grasse, les épices chaudes. L'hygiène est une condition préalable. Il est également très nécessaire d'observer la méthode de traitement suivante:

  • régime numéro 4;
  • laver les légumes et les fruits;
  • élimination du stress.
monter

Chez les adultes

Comment la diarrhée se manifeste-t-elle chez les adultes? Il convient de noter que cette condition pathologique peut être observée à différents âges. Cela pourrait être un âge moyen. Et aussi la diarrhée est observée chez les personnes âgées..

Quant aux femmes, la diarrhée peut survenir pendant la grossesse. Par exemple, la diarrhée au début de la grossesse peut être le résultat d'une toxicose. Cependant, si la diarrhée chez une femme enceinte est le résultat d'une intoxication, il s'agit d'un facteur pathologique grave..

La diarrhée pendant la grossesse contribue au développement de diverses complications. Ces complications sont associées aux phénomènes suivants:

  • fausse couche;
  • abaisser la pression;
  • insuffisance rénale;
  • anomalies congénitales chez le fœtus.

Chez les personnes âgées, la diarrhée peut entraîner des complications. Dans ce cas, la déshydratation est une complication. Les signes de déshydratation sont:

  • la faiblesse;
  • la soif;
  • muqueuses sèches;
  • vertiges;
  • tachycardie;
  • évanouissement;
  • "Vole" devant les yeux.

En présence de ces symptômes chez les adultes et les personnes âgées, un besoin urgent de consulter un médecin. Sinon, de graves complications surviennent. Jusqu'à la mort. La déshydratation est toujours un processus assez sérieux..

Chez les hommes, la diarrhée peut être causée par des maladies du tractus gastro-intestinal. Et aussi une conséquence de l'intoxication alcoolique. L'alcool provoque non seulement une intoxication du corps, mais entraîne également une violation de la microflore intestinale. La conséquence est la dysbiose et la diarrhée.

Chez les enfants

La diarrhée chez les enfants est généralement associée à une mauvaise nutrition. Et aussi avec les infections intestinales. Quelles sont les principales causes de diarrhée chez les enfants? Les principales causes de diarrhée chez les enfants comprennent:

  • réaction allergique aux aliments;
  • infections intestinales;
  • diarrhée en voyage;
  • troubles fonctionnels;
  • les médicaments;
  • trop manger;
  • intolérance alimentaire.

Dans certains cas, le corps de l'enfant ne peut pas tolérer certains aliments. En conséquence, le processus de digestion est interrompu. Il est difficile pour le corps d'un enfant de digérer certains aliments.

Mais chez les nourrissons, la diarrhée est causée par certains troubles associés à l'introduction tardive d'aliments complémentaires. Les circonstances suivantes peuvent également jouer un rôle:

  • alimentation artificielle;
  • infections intestinales;
  • manger de la nourriture par une mère qui allaite;
  • fibrose kystique;
  • infection aiguë à rotavirus.

Dans ce dernier cas, l'infection à rotavirus est associée au contact de l'enfant avec des substances nocives. Il peut s'agir de légumes et de fruits sales. Ainsi que le contact avec des articles ménagers, des jouets. Après tout, les jeunes enfants apprennent le monde à leur goût!

Dans tous les cas, un besoin urgent de consulter un médecin. Sinon, l'enfant peut souffrir de déshydratation. S'il y a des signes de déshydratation, vous devez prendre des mesures urgentes..

Prévoir

Avec la diarrhée, le pronostic peut être favorable ou défavorable. Dans ce cas, le stade et la nature de la diarrhée sont importants. Ainsi que la présence de certaines complications.

Le pronostic de la diarrhée est favorable si le traitement est prescrit en temps opportun. Et il n'y a pas de maladies pathologiques graves. Par exemple, le cancer rectal.

Le pronostic est mauvais si la diarrhée s'accompagne d'une déshydratation. De plus, la personne n'a pas demandé d'aide en temps opportun. Et il y a des maladies graves du tractus gastro-intestinal.

Exode

Souvent, l'issue de la diarrhée, avec un traitement inapproprié et inopportun, est un stade chronique de la diarrhée. Cette étape est caractérisée par une diarrhée prolongée. Cela conduit à la déshydratation..

Si la diarrhée est mélangée avec du sang et du mucus, cela indique une hémorragie interne. Dans ce cas, il est nécessaire de consulter d'urgence un médecin. Sinon, la maladie peut avoir de graves conséquences pour le corps..

La guérison de la diarrhée est possible, en particulier dans le cas d'un traitement correct et rapide. Quand une personne malade a guéri la maladie sous-jacente. Ou exclu les facteurs externes d'impact négatif.

Durée de vie

Avec la diarrhée, l'espérance de vie est généralement maintenue. Autrement dit, l'espérance de vie n'est pas réduite. Uniquement en cas de pathologie grave.

L'espérance de vie dans la diarrhée peut être influencée par la pathologie du tractus gastro-intestinal. Y compris les virus et les bactéries. La qualité de vie change considérablement. Surtout à la suite de symptômes sévères.

Si la diarrhée s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, il est urgent de consulter un médecin. Sinon, la réaction inflammatoire peut provoquer des effets irréversibles. Ces phénomènes sont souvent importants pour l'espérance de vie et l'évolution de la maladie..

Diarrhée (diarrhée). Symptômes, causes et traitement de la diarrhée

La diarrhée (nom populaire - diarrhée) est une affection douloureuse du corps humain, accompagnée de selles liquides (aqueuses) fréquentes et, dans la plupart des cas, de douleurs dans l'abdomen, d'une forte fièvre et de vomissements.

La diarrhée (diarrhée) est un symptôme qui provoque une déshydratation du corps, elle est donc assez dangereuse pour les enfants et les personnes âgées, qui, si elles ne reçoivent pas une attention appropriée, peuvent entraîner des conséquences graves, pouvant aller jusqu'à la mort..

Selon les statistiques de 2009, plus de 1,5 million d'enfants (de moins de 5 ans) sont morts de diarrhée dans les pays du tiers monde.

Types de diarrhée

La médecine distingue deux types de diarrhée (diarrhée) - aiguë et chronique, dont les symptômes sont généralement similaires. La différence est principalement la durée des autres symptômes d'accompagnement.

Diarrhée aiguë

La durée est généralement courte, 1 à 14 jours. Les causes des selles molles dans la diarrhée aiguë peuvent être: réactions allergiques aux médicaments, intoxication alimentaire, ainsi que diverses infections (virus, bactéries).

Diarrhée chronique

La diarrhée chronique (diarrhée) est une diarrhée persistante et prolongée (diarrhée) avec des périodes possibles de rémission. La diarrhée chronique (diarrhée) peut entraîner un affaiblissement et une déshydratation du corps, ainsi qu'être un symptôme d'une maladie latente, vous devez donc absolument consulter un médecin afin qu'il vous prescrive un traitement pour un trouble intestinal.

Causes possibles de diarrhée chronique (diarrhée) en tant que maladie intestinale: colite ulcéreuse, maladie de Crohn, IBS (syndrome du côlon irritable), pharmacothérapie, maladies endocriniennes, etc..

Symptômes de la diarrhée

Les symptômes accompagnant la diarrhée (diarrhée) sont les suivants:

Consultez d'urgence un médecin si:

  • la diarrhée persiste chez un enfant pendant plus de 2 jours, chez un adulte pendant plus de 5 jours;
  • température corporelle élevée;
  • matières fécales sombres, sanglantes ou mucus;
  • il y a des douleurs abdominales sévères et prolongées (plus de 2 heures);
  • il y avait des nausées et des vomissements;
  • la diarrhée a commencé après un voyage en Afrique, en Asie et dans d'autres coins exotiques de la planète;
  • il y a des signes de déshydratation.

Causes de la diarrhée

Causes de la diarrhée aiguë:

- utilisation d'eau contaminée de qualité inférieure;
- allergie alimentaire;
- manger de la nourriture qu'une personne n'a pas mangée auparavant (nourriture exotique).
- allergie médicamenteuse (en particulier antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et antidépresseurs);
- une infection de l'intestin (virale, bactérienne ou parasitaire, par exemple - amibiase, grippe intestinale);
- stress;

Les causes de la diarrhée chronique:

- syndrome du côlon irritable (IBS);
- rectocolite hémorragique;
- La maladie de Crohn;
- cancer rectal;
- syndrome de malabsorption (malabsorption).

Diagnostiquer la diarrhée

Pour établir la cause de la diarrhée, en fonction de la symptomatologie, les tests suivants peuvent être prescrits (la liste est construite des tests les plus fréquents aux tests les plus rares):

- analyse des matières fécales;
- Examen aux rayons X de l'intestin;
- endoscopie;
- biopsie;
- test respiratoire à l'hydrogène;
- mesurer le niveau d'hormones dans le sang;
- test sanguin.

Traitement de la diarrhée

Dans la plupart des cas, la diarrhée disparaît d'elle-même en 2 jours. L'essentiel de nos jours est de suivre un régime alimentaire et également d'éviter la déshydratation. C'est pourquoi les experts prescrivent aux patients une boisson abondante et d'autres moyens qui empêchent le corps de perdre la quantité de liquide nécessaire à son fonctionnement normal..

Si la diarrhée ne disparaît pas dans les 2 jours chez un enfant, 5 jours chez un adulte, consultez un médecin qui, sur la base de l'examen, peut vous prescrire des médicaments et, si nécessaire, vous envoyer à l'hôpital pour des tests et un traitement..

Fondamentalement, le traitement de la diarrhée comprend l'ensemble de mesures suivant:

- régime;
- soutien de l'équilibre hydrique du corps;
- traitement médical à domicile;
- traitement à l'hôpital (si le médecin a des inquiétudes ou si la diarrhée ne disparaît pas pendant une longue période).

Régime alimentaire pour la diarrhée

Que manger pour la diarrhée? Voici quelques conseils utiles:

- En cas de diarrhée, il est nécessaire de consommer une quantité abondante de liquide (eau, eau minérale plate, bouillon), de préférence tiède ou à température ambiante.

- Si vous n'avez pas d'appétit, des crampes abdominales se font sentir, il est préférable de ne pas manger;

- Mangez de la nourriture à petites doses;

- Si le nourrisson a la diarrhée, continuez à allaiter, en cas d'alimentation artificielle. S'il est nourri artificiellement, remplacez le lait de vache par de l'eau propre.

Avec la diarrhée, vous devez renoncer aux aliments suivants:

  • aliments gras et frits;
  • café;
  • de l'alcool;
  • lait et produits laitiers fermentés (yaourts, lait cuit fermenté);
  • jus de fruits (à l'exception du jus de pomme);
  • raisins, prunes et la plupart des autres fruits frais;
  • légumineuses, betteraves, radis, radis, concombres et autres légumes verts;
  • bonbons;
  • sauces, ketchups, mayonnaises et épices;
  • pain noir

Que manger pour la diarrhée:

  • riz bouilli, flocons d'avoine et autres céréales;
  • craquelins de pain blanc;
  • pommes de terre et autres légumes bouillis ou cuits au four;
  • viande maigre, peut être sous forme de côtelettes ou de boulettes de viande, mais toujours cuite à la vapeur ou bouillie;
  • Compote de pommes;
  • bananes.

Médicaments contre la diarrhée

Les médicaments sont mieux pris après un rendez-vous chez le médecin. Si, néanmoins, il y a un tel besoin, ils peuvent être pris, mais suivez strictement les instructions d'utilisation et rappelez-vous que si des médicaments antidiarrhéiques en vente libre sont pris pendant une longue période, la diarrhée peut devenir chronique et provoquer des troubles plus graves dans le corps..

Groupe antidiarrhéique: Penzital est un médicament à base de pancréatine qui améliore l'état du tractus gastro-intestinal et normalise la digestion humaine. Le Penzital est un bon remède pour la prévention de la diarrhée, car il régule la sécrétion du pancréas, et les enzymes qui composent la pancréatine favorisent la décomposition des protéines, des graisses et des glucides en composants plus simples, ce qui leur permet d'être absorbés plus facilement..

Il restitue une sensation de légèreté après avoir trop mangé, et en plus, compense d'autres inexactitudes en nutrition: l'utilisation d'aliments gras, épicés, exotiques, une alimentation irrégulière, etc..

En outre, dans la composition de Penzital, il n'y a pas de composants biliaires, il ne provoque donc pas d'augmentation de la sécrétion du pancréas et peut être utilisé pour les maladies du foie et de la vésicule biliaire.

Il peut être utilisé après la résection de l'estomac et de l'intestin grêle; les personnes qui ont subi la procédure d'irradiation; avec des violations de la fonction de mastication dans la vieillesse, un mode de vie sédentaire, une immobilisation prolongée; en préparation pour les rayons X. examen et échographie des organes abdominaux.

Les autres médicaments contre la diarrhée comprennent: «Enterol», «Eubikor», «Mezim Forte», «Smecta», «Enterosgel», «Imodium», «Hilak Forte», «Loperamide Acri», «Panzinorm Forte», «Lopedium "," Regidron "," Polysorb MP "," Linex "," Polyphepan "," Diosmektit "," Coapektat "," Enterosorb ".

Pour éviter la déshydratation du corps: "Regidron", "Hydrovit".

Antiseptiques intestinaux: Nifuroxazide (Enterofuril, Ersefuril, Stopdiar), Rifaximin (Alpha Normix), Intetrix.

Pour la diarrhée infectieuse: "Galavit".

La diarrhée colite est traitée avec des médicaments qui soulagent l'inflammation.

Antibiotiques pour la diarrhée

Les antibiotiques pour la diarrhée ne sont prescrits que par un médecin, et seulement après avoir diagnostiqué le corps et identifié la cause «infectieuse» de la diarrhée.

Prévention de la diarrhée

Pour prévenir la diarrhée, les règles suivantes doivent être suivies:

- se laver toujours les mains, surtout après la rue, les toilettes, le contact avec de l'argent, avant de manger, avant le contact avec les aliments pour cuisiner. Les mains doivent être lavées à l'eau tiède et au savon..

- avant utilisation, les fruits et légumes doivent être soigneusement lavés;

- la diarrhée et d'autres problèmes du tractus gastro-intestinal peuvent provoquer: des produits laitiers non pasteurisés, de la viande, des œufs;

- ne mangez pas d'aliments périmés;

- la viande, avant d'être consommée, doit subir un traitement thermique complet;

- dans la cuisine, y compris les lieux et les éléments de cuisson des aliments doivent être propres (tables, couteaux, planches, assiettes, etc.);

- ne laissez pas les aliments cuits au chaud pendant longtemps, car c'est un excellent terreau pour les bactéries nocives pour l'organisme.

- essayez de ne pas boire d'eau brute ni d'eau non traitée, surtout d'origine inconnue. Pour purifier l'eau, faites-la bouillir pendant 15 minutes, puis utilisez-la. L'eau peut également être purifiée à l'aide de filtres spéciaux, ainsi qu'en y ajoutant des comprimés ou des gouttes d'iode et de chlore..

- ne mangez pas de fruits ou de légumes non encore mûrs, par exemple: fraises, melons, pastèques. Souvent, des producteurs peu scrupuleux injectent à ces baies et fruits une "chimie", ce qui provoque leur maturation rapide et l'empoisonnement naturellement fréquent de leurs clients.

Auparavant, ils écrivaient simplement «mort de diarrhée». Cela signifie staphylococcus aureus. Et dans les villages, il a fauché les enfants à travers un

Vous vous trompez ici. Ce qui abattait les enfants dans les villages à travers l'un d'entre eux n'est pas du tout une propriété innée du village lui-même, ou l'absence de médecine moderne; ou staphylocoque en colère. Et une combinaison de conditions de détention non naturelles, d'une alimentation irrégulière et insuffisante, de conditions générales d'insalubrité. Le bébé se trouve juste dans un chiffon humide et sale, personne ne lave les couches pour lui. En cas de faim (qui se répète dans la Russie pré-révolutionnaire toutes les quelques années), la mère perd simplement du lait à cause de la malnutrition. Dans de tels cas, s'il y avait une opportunité, l'enfant a été nourri avec du lait de vache, auquel il n'est absolument pas adapté. Et même s'il y a du lait, elle le nourrit la nuit, et le jour elle part pour le champ, en prenant un chiffon sale, en prenant du pain, le vieil homme le mâche avec ses dents pourries, le chewing-gum enveloppé dans un chiffon, et tout cela pique dans la bouche du bébé. Toute la journée. Pain. Mâché. Fermenté, moisi à la chaleur. Un nouveau-né qui n'est pas conçu pour autre chose que le lait maternel. De quoi d'autre a-t-il besoin pour mourir de diarrhée?

Soit dit en passant, puisque nous parlons de cela - l'une des erreurs les plus typiques et les plus stupides dans les discussions est d'attribuer le blâme pour le taux élevé de mortalité infantile des siècles passés - le manque de médicaments, y compris (mon Dieu) vaccinations. J'ai vu de nombreux arguments de ce genre - «s'il n'y a pas de médicaments / si vous abandonnez les médicaments, la mortalité infantile sera comme il y a 100 ans.» La considération la plus simple des conditions de vie il y a 100 ans suffit pour comprendre que la cause première de la mortalité infantile à cette époque était les conditions sociales et de vie monstrueuses causées, à leur tour, par le plus haut niveau d'exploitation de la classe paysanne d'alors, qui constituait la majorité de la population, en plus d'une ignorance dense. (Oui, après tout, la famine dans l'Empire russe jusqu'au XXe siècle se répétait régulièrement tous les 3-4 ans. Pensez-vous que les enfants qui sont morts de faim étaient en quelque sorte séparés dans les statistiques "fauchés à travers un" des enfants qui sont morts "comme ça" ?) Pour une compréhension claire de la façon dont les gens vivaient alors, il y a une masse de littérature, pour commencer, vous pouvez prendre au moins "Letters from the Village" d'Engelhardt.

Littérature recommandée (tout se trouve facilement sur Internet).

I. Arshavsky. Votre petit n'est peut-être pas malade.

Tolkachev. Barrière de culture physique ARI.

E. Komarovsky. La santé de l'enfant et le bon sens de ses proches.

Nikitin. Les réserves de santé de nos enfants.

R. Mendelssohn. Comment élever un enfant en bonne santé malgré les médecins.

À propos de la grossesse.

La principale chose que l'on peut dire à propos de la grossesse est que de nombreuses personnes commencent à faire des erreurs pendant cette période..

L'erreur principale est de considérer la grossesse comme une condition de la maladie et d'en commencer un traitement intensif. L'ensemble de la société, l'environnement, les parents et les médecins poussent les femmes à cela. Cette pression doit être résistée, une position passive conduira au fait que vous perdrez du temps, de l'argent, des nerfs en procédures médicales inutiles et nuisibles. Il est extrêmement important de comprendre que la prise de tout médicament pour les femmes enceintes est beaucoup plus nocive que pour les autres personnes. Sans même se souvenir de l'histoire du manuel avec la thalidomide, tous les médicaments habituels sont également très dangereux. Regardez les contre-indications - la moitié des médicaments indiquaient une grossesse là-bas, et la seconde moitié ne pense pas que quelque chose soit beaucoup mieux. Par conséquent, la règle générale est de ne pas prendre de pilules. Sauf peut-être pour les cas qui menacent directement la vie, mais ces cas ne sont certainement pas massifs.

Il est moins évident que les vitamines prénatales soient également des pilules. Je suis convaincu qu'avec une bonne nutrition, il n'y a pas besoin de vitamines; mais leur innocuité est hautement discutable. Ils ne doivent pas être pris «au cas où», comme c'est généralement le cas; concentrez-vous plutôt sur la nutrition.

La nutrition pendant la grossesse doit répondre à deux critères. Premièrement, un peu, et deuxièmement - qualitativement. Un peu - cela ne signifie rien de plus que vous avez mangé avant la grossesse, en gardant votre poids au même niveau. Non "vous devez maintenant manger pour deux" grands-mères bienveillantes! L'enfant grandit lentement et n'a pas besoin de nourriture supplémentaire. Le gain de poids optimal pendant la grossesse, au moment de l'accouchement, est de 8 à 10 kg, et plus de 12 kg est clairement superflu. Manger «pour deux» entraînera une prise de poids de 20 à 25 kg, ce qui arrive très souvent. Le corps d'une femme enceinte augmente la tendance à prendre du poids pour des raisons purement biologiques - après la naissance d'un enfant, une femme doit encore le nourrir, et si la faim? Cela signifie que même s'il y a abondance, nous devons mettre de côté la graisse (et nous vivons, selon les normes biologiques, dans une période d'abondance permanente). Cependant, ce mécanisme, bien qu'approprié dans des conditions primitives - l'abondance était alors un phénomène rare et éphémère - est désormais redondant et doit être maîtrisé..

Une question complètement différente est la qualité de la nourriture. Eh bien, en général, il serait nécessaire de manger de haute qualité toute la vie, et pas seulement les femmes enceintes; mais les femmes enceintes ont la raison la plus directe de prêter attention à ce problème. Comment devriez-vous manger exactement? Eh bien, sur le fait qu'il est nécessaire d'éliminer complètement l'alcool et le tabagisme, tout le monde le sait probablement (bien que tout le monde ne le fasse pas); un nombre beaucoup plus restreint de personnes savent que ce qu'elles mangent habituellement est inutile pour une personne non enceinte et que les femmes enceintes ne devraient pas du tout. Presque tous les aliments «civilisés» (un terme presque de «Stuart Zabuzhko» de Kharitonov) contiennent beaucoup de chimie désagréable qui a un effet extrêmement néfaste sur la santé des humains et des enfants. Pas de boissons gazeuses, pas de chips, pas de bonbons ni de gâteaux, etc. - la liste est presque infinie. Aujourd'hui, en ville, il est généralement difficile d'acheter des produits qui ne seraient pas nocifs. Poulet? c'est plein d'hormones et d'antibiotiques. Pommes et oranges? Savez-vous avec quoi ils sont pulvérisés là où ils poussent? Des pommes de terre du marché? Acheté à une grand-mère rurale? Parfois, cela peut être une bonne option, mais ayant vu assez ici comment ces mamies cultivent leurs pommes de terre, je ne serais pas heureux non plus. Toutes les pommes de terre rurales sont aspergées de poisons du doryphore de la pomme de terre, et les mamies le versent sans regret, car elles n'ont aucune idée du dosage et du moment d'utilisation.

Que faire, où courir? Je ne sais pas. La façon dont les citadins résolvent le problème de la nutrition est un mystère pour moi. Nous, vivant dans le village, mangeons entièrement de nos propres sources, ce dont nous sommes sûrs. Une gamme complète de légumes de votre jardin (sans aucun produit chimique); pommes, poires et abricots des arbres environnants (également sans produits chimiques); œufs et poulet (les poulets se nourrissent sur notre propre site, sans aliments achetés); lait de chèvre et viande de chèvre (les chèvres se nourrissent d'herbe propre sur le site). Donc pour nous, une bonne nutrition n'était pas un problème. Mais même en ville, vous pouvez au moins tendre dans la bonne direction et exclure les produits les plus idiots. En règle générale, plus les aliments transformés sont, plus ils sont éloignés de leur état naturel, plus ils sont nocifs. Achetez des aliments normaux et faites des repas normaux avec eux; rompre l’habitude de «manger un hamburger - arrosé de Coca-Cola», si vous avez une si mauvaise habitude.

L'exercice est un autre aspect essentiel d'une grossesse saine. Une femme enceinte doit absolument bouger autant et activement que possible. Les mouvements brusques doivent être évités, surtout vers la fin du trimestre; faire du vélo, des chevaux, courir - pas besoin. La meilleure option est des promenades relaxantes au grand air. Avec le temps - au moins 2-3 heures par jour, plus c'est mieux. Je ne connais pas le mécanisme exact expliquant pourquoi il en est ainsi, mais à en juger par les nombreux exemples dont je dispose, une activité physique maximale et un manque de surpoids sont la clé d'un accouchement facile et sain..

A. Akin, D. Streltsova. Neuf mois et une vie entière.

À propos de l'accouchement.

Beaucoup de bonne littérature intelligible a été écrite sur l'accouchement. Par conséquent, je vais essayer d'éviter d'entrer dans les détails, afin de ne pas faire un résumé de livres que vous pouvez simplement aller lire (voir la littérature recommandée).

L'accouchement à l'hôpital moderne - est maintenant passé de «l'obstétrique» à «l'obstruction». De nombreuses données indiquent que le pourcentage de décès et le pourcentage de complications (et le montant des dommages causés) chez les femmes enceintes en bonne santé qui accouchent dans les maternités sont inacceptables et excessivement élevés. Dans le cas de l'accouchement, la particularité de la médecine actuelle est particulièrement clairement visible - qu'elle n'a rien à voir avec le vrai bien de ses clientes..

Ne nous débarrassant pas de toutes les peurs, nous avons tout de même donné naissance à notre premier enfant à l'hôpital. Nous avons accouché ensemble, j'étais là tout le temps. Nous avons essayé de choisir une option de compromis afin de nous rapprocher le plus possible de l'accouchement à domicile - nous avons choisi l'hôpital et le médecin qui favorisent l'accouchement naturel, convenu à l'avance que nous aurions une chambre séparée, et personne ne nous interférerait. En fait, nous avons essayé d'organiser un accouchement à domicile, mais pour que la maternité ne soit pas à quelques kilomètres, mais derrière le mur. Et avec tous ces facteurs favorables, nous avons quand même reçu une certaine négativité de l'hôpital. Nous avons accouché presque seuls, mais à la toute fin du processus, nous ne pouvions toujours pas nous passer d'une petite incision et d'une couture. En analysant plus tard les événements, nous sommes arrivés à la conclusion que si nous accouchions à la maison, tout irait bien et aucune incision ne serait nécessaire. Nous donnerons probablement naissance aux prochains enfants à la maison. (Ajout de la dernière édition. Nous avons donné naissance à notre deuxième enfant à la maison, en toute sécurité).

Après avoir étudié de nombreuses informations sur l'accouchement et une participation pratique à ce processus, je suis arrivé à la ferme conclusion qu'une maternité n'est pas seulement inutile pour une femme en bonne santé avec une grossesse en bonne santé, mais en plus, elle est le plus souvent nocive et dangereuse. Dangereuse pour ces complications qui ne se seraient pas produites si elle n'était pas arrivée. Le plus souvent, il est généralement impossible d'accoucher normalement dans une maternité - les médecins transforment systématiquement tout accouchement en accouchement pathologique, puis résolvent vaillamment les problèmes qui se sont posés. Faire le mal voulu, bien sûr.

Une note importante - nous parlons d'une femme en bonne santé avec une grossesse en bonne santé. Il existe un certain nombre de conditions, telles que le placenta praevia, dans lesquelles il est nécessaire d'accoucher dans une maternité sans alternative. Toutes ces conditions sont diagnostiquées avec confiance lors des examens de routine des femmes enceintes, les exceptions sont extrêmement rares. C'est pourquoi, en passant, je ne vous exhorte en aucun cas à éviter ces examens - si vous avez une présentation ou l'une des conditions qui empêchent un accouchement en bonne santé - vous devez le savoir à l'avance. L'essentiel est de subir des examens sans fanatisme, sans prendre de médicaments, sans essayer de faire de vous un patient sans raison.

Ma position est donc que dans la maternité, il est préférable de donner naissance à des femmes présentant certaines pathologies de grossesse et de santé qui interfèrent avec un accouchement normal. Pour les femmes en bonne santé avec des grossesses saines, il est préférable d'accoucher à domicile.

La principale chose à comprendre à propos de l'accouchement est qu'il ne s'agit pas d'une maladie grave, ni d'une maladie potentiellement mortelle qui ne disparaîtra pas sans intervention médicale - il s'agit d'un processus physiologique normal pour lequel toute femme est naturellement prête. Par conséquent, comme dans tout processus naturel, le plus important est de ne pas interférer avec lui, de ne pas permettre une interférence qui perturbe le cours naturel du processus..

Les principales erreurs ou actions délibérément incorrectes commises lors de l'accouchement à l'hôpital sont les suivantes.

1) L'accouchement est un processus au cours duquel une femme est vulnérable. Par conséquent, la nature a voulu qu'elle cherche un lieu protégé, un repaire pour l'accouchement. Le cerveau d'une femme en travail est à l'écoute du fait que la pièce doit être semi-sombre, qu'il ne doit pas y avoir de sons durs, de facteurs effrayants, d'inconnus. La règle générale est que lors de l'accouchement, une femme ne doit pas être stressée, elle doit se sentir calme et protégée..

Que se passe-t-il à l'hôpital? Une femme arrive dans la pièce qui résonne de quelqu'un d'autre, aux murs carrelés blancs, avec une lumière vive. Des sons forts sont entendus (les médecins ont l'habitude de crier après les femmes en travail, car la perception des femmes en travail change - elles sont partiellement "déconnectées" de l'environnement extérieur, et pour leur faire entendre et répondre, vous devez élever la voix). Des inconnus effrayants courent partout. Ils lui ordonnent, lui disent quoi faire. Ils passent son examen et ses manipulations désagréables et douloureux dans des lieux intimes. Dois-je expliquer que cela ressemble faiblement à un sentiment de sécurité et de calme.?

À la même question, nous allons stimuler la présence d'une personne familière à proximité en qui elle a confiance et sur la protection de laquelle elle s'appuie. L'absence d'une telle personne fait peur - et donc l'endroit est stupide, il n'y a donc pas non plus de défenseur à proximité. Le candidat le plus naturel pour ce rôle est le mari. Bien sûr, si la famille a la bonne relation et que le mari est un protecteur, pas un homme piqué. Une autre option est maman, quelqu'un d'autre proche, mais vous devez avoir quelqu'un sur qui vous pouvez compter. La femme elle-même est psychologiquement vulnérable pendant l'accouchement - puisque les hormones dans le processus changent considérablement la conscience, la femme est partiellement déconnectée de la réalité. Ce phénomène s'appelle le «courant de naissance». D'un point de vue purement pratique, la présence de son mari est extrêmement importante, car une femme pendant l'accouchement est incapable de prendre des décisions éclairées - de demander son consentement à quelque chose - une action purement formelle, elle acceptera tout ce qu'on lui dit. Avoir une personne à proximité qui contrôle est plus que souhaitable.

Une autre bonne raison d'être dans les parages est qu'une femme doit être soignée pendant l'accouchement. Lorsque les contractions battent déjà leur plein, la femme est tout à fait impuissante et en même temps elle a besoin d'une sorte de petite assistance tout le temps. Apportez un verre, tenez quelque chose, servez, aidez à bouger, massez le bas du dos, etc. À la maternité, s'il n'y a personne à proximité et qu'il n'y a personne pour fournir l'aide la plus simple, ou si vous devez appeler quelqu'un pendant longtemps pour appeler, pour voir un visage mécontent et irrité - le sentiment d'insécurité et d'inconfort augmente.

Ainsi, je suis définitivement en faveur du fait que lors de l'accouchement, son mari (le meilleur de tous) devrait être avec une femme tout le temps, ou quelqu'un de proche.

Dans la plupart des maternités, le concept de l'accouchement conjoint n'existe toujours pas - les médecins n'ont pas besoin de témoins; il n'y a aucune raison raisonnable de retirer un mari d'une femme qui accouche. Les tentatives pour argumenter cela avec stérilité sont tout simplement ridicules. Le mari n'est pas plus «stérile» que la femme en travail - jusqu'au moment où ils sont arrivés à l'hôpital, ils vivaient ensemble, mangeaient à la même table, dormaient dans le même lit, lavaient dans la même douche - le mari n'a pas plus de bactéries sur les mains qu'une femme en travail dans l'aine; pourquoi diable lui poserait-il un danger? Les médecins ne se font souvent pas d'amitié avec le bon sens et considèrent également les autres pour des idiots.

2) À la maternité, le plus souvent (pas partout, mais toujours dans la plupart des endroits), elles sont couchées sur le dos et obligées de s'allonger tout le temps de l'accouchement. La nature et la structure d'une femme ne permettent pas une telle posture lors de l'accouchement. Comme indiqué dans un livre, «une position plus inconfortable pour l'accouchement est peut-être debout sur votre tête». Dans cette position, les contractions deviennent douloureuses et les tentatives sont inefficaces. Pourquoi la médecine met-elle les femmes sur le dos? L'explication la plus plausible est très simple: il s'agit simplement d'une tradition qui a disparu depuis le moment où la médecine a commencé à aider les femmes en couches et le médecin voulait effectuer un examen gynécologique de temps en temps - et c'est plus pratique à faire lorsqu'une femme est allongée sur le dos, les jambes écartées. Lorsque nous avons été examinés plusieurs fois en cours de contractions, et pour cela, on nous a demandé de nous allonger sur le dos, ma femme a dit que les contractions de tout à fait tolérables devenaient extrêmement douloureuses..

La position correcte pendant l'accouchement est celle que la femme elle-même choisit et dans laquelle elle sera le plus à l'aise. Pendant les contractions, les femmes préfèrent généralement marcher un peu, en s'arrêtant et en s'appuyant sur un rebord de fenêtre ou une tête de lit pendant la durée de la contraction. Lorsque les contractions deviennent fortes, c'était une position confortable pour s'agenouiller devant le lit, en vous reposant dessus avec votre poitrine. Nous avions également une si grosse boule de yoga sur laquelle vous pouviez vous asseoir - donc, elle était également confortable sur vos genoux, mettant votre torse sur la balle. Mais encore une fois, c'est individuel.

La dernière étape - les tentatives et le moment même de l'accouchement - de la même manière, se coucher sur le dos est très inconfortable pour une femme. La pose naturelle est debout à quatre pattes ou accroupi, ou debout sur les jambes pliées. Dans le même temps, la gravité aide autant que possible, en dirigeant l'enfant exactement là où c'est nécessaire. Couché sur le dos - l'enfant a besoin de se déplacer horizontalement et même légèrement vers le haut, et tout cela en raison des efforts musculaires de l'utérus et de la presse abdominale.

À propos de la douleur. Il est généralement admis que l'accouchement est un processus terriblement douloureux sans options. En réalité, ce n'est absolument pas nécessaire. Nous, alors que les contractions n'étaient pas fortes, en général, tout était normal et à la fin, lorsque les contractions sont fortes et fréquentes, cela s'est aggravé - mais le médecin nous a montré comment respirer correctement à ces moments, et avec une respiration correcte, les sensations sont redevenues tout à fait supportables. Encore une fois, m'allonger sur le dos était complètement différent. Je vais citer les paroles de ma femme: "Lorsque le médecin est entré et a dû se coucher sur le dos pour un examen, tout est devenu horrible.".

3) La stimulation du travail est désormais pratiquée dans les maternités si stéréotypées qu'on se demande simplement comment les femmes pouvaient accoucher sans une ampoule d'ocytocine dans le sang auparavant. Cela se produit généralement selon le même scénario - à un moment donné de l'accouchement, le médecin, après avoir mesuré l'ouverture du col de l'utérus et posé des questions sur la fréquence des contractions, secoue la tête et dit - disent-ils, un travail faible doit être stimulé. Et merde - l'ocytocine dans la veine.

Qu'est-ce qu'un travail faible, quelles en sont les causes et que faut-il faire? La réponse est oui, ce ne sont que des conneries, sauf dans les cas les plus rares. L'accouchement ne suit pas le même horaire pour toutes les femmes. La première naissance peut durer de plusieurs heures à deux jours, ce qui est tout à fait normal. Au milieu de l'accouchement, une femme peut même dormir, ce qui est bien - cela redonnera de la force. L'activité générique (contractions et ouverture) est soit plus forte soit plus faible, et il n'y a rien de spécial ici.

Les circonstances qui l'accompagnent sont également importantes. Dans le premier paragraphe, j'ai écrit que le calme et l'absence de stress sont très importants pour une femme. Et pourquoi? Que se passe-t-il si une femme en travail est stressée? Dans ce cas, le travail est ralenti, jusqu'à un arrêt complet. C'est un mécanisme naturel: si soudainement une femme qui accouche dans une tanière doit encore sauter et courir quelque part (ennemis attaqués ou prédateurs), le travail est suspendu jusqu'à ce qu'elle soit de nouveau en lieu sûr; là, ils continueront. Que se passe-t-il avec la femme moderne? La première moitié de l'accouchement est déjà passée, elle arrive à l'hôpital, où elle reçoit une part entière du stress décrit au paragraphe 1. L'activité de travail ralentit, les médecins se frottent joyeusement les mains, sortant une seringue. En général, les médecins semblent très disposés à accepter les situations où ils sont appelés à intervenir. L'impression est qu'ils trouvent insupportable de s'asseoir sans travail; s'il n'y a aucune raison d'intervenir, ils le recherchent avec diligence.

Que se passe-t-il lorsqu'une femme avec un rythme de travail plus lent reçoit une injection d'ocytocine? Tout d'abord, vous devez comprendre ce qu'est le stress et comment il fonctionne. En cas de stress, de l'adrénaline est libérée, ce qui produit de nombreux effets différents sur le corps, y compris des spasmes des muscles lisses. Y compris le col de l'utérus. C'est une action assez rapide dans des conditions naturelles - pendant le stress, lorsque vous avez besoin de courir et de vous sauver, le col de l'utérus doit être tendu pour ne pas s'ouvrir davantage. Et puis tout à coup un coup - et une dose de charge d'ocytocine, qui stimule les contractions de l'utérus - une contraction. Le combat est juste focalisé sur le fait que la tête du bébé (ou quoi que ce soit qui y soit tourné) appuie de l'intérieur sur le col de l'utérus afin de l'ouvrir un peu. De plus, ces contractions sont fortement intensifiées - beaucoup plus fortes que nécessaire à ce stade de la divulgation. Que se passe-t-il alors? jamais essayé d'étirer de force un muscle spasmodique? Eh bien, essayez de redresser votre jambe, si vous avez une crampe, vous pouvez faire une impression. La douleur des contractions après la stimulation augmente considérablement.

Presque toujours, lorsque les médecins disent qu'il est nécessaire de stimuler, il suffit de fournir à une femme une atmosphère calme et de ne rien faire d'autre, tout se passera tout seul. Après l'introduction de la stimulation, en plus d'une augmentation de la douleur, la conséquence la plus importante est un processus de travail mondial renversé. Après tout, il est régulé non pas par l'ocytocine seule, mais par plusieurs autres hormones, avec un effet plus subtil. Si avant cela l'accouchement se poursuit, après la stimulation, les médecins "dirigent" l'accouchement, accumulant des effets négatifs à chaque étape suivante de l'intervention.

4) Ponction de la vessie fœtale. Très souvent, les médecins, pour certaines indications vagues, voire sans elles, pratiquent une ponction vésicale. Cette procédure est considérée comme inoffensive et n'affecte rien. Cependant, il est clair qu'elle, comme toute interférence artificielle au cours d'un processus naturel, peut grandement le perturber. Vous pouvez en savoir plus sur l'effet de la stimulation et de la ponction au niveau de ces liens (lien1, lien2), en voici un fragment (il s'agit d'un entretien avec un neurologue qui affirme que de nombreux problèmes neurologiques chez les enfants, y compris les plus graves, surviennent en raison d'un traumatisme à la naissance, qui ont leur cause à savoir l'utilisation illimitée de la stimulation et d'autres interventions lors de l'accouchement):

- Nous avons une question sur la crevaison de la bulle, nous avons parlé à plusieurs reprises dans notre conversation d'aujourd'hui de cette manipulation, inoffensive selon les normes modernes. Qu'est-ce qu'elle a de si spécial?

- Ce n'est pas une manipulation anodine. Cette manipulation est très grave pour le processus d'accouchement. Un article scientifique du même professeur Radzinsky parle des conséquences d'une ponction vésicale avec une petite ouverture du col de l'utérus. Si nous prenons les recommandations des obstétriciens d'avant-guerre des années 50, la vessie n'a été percée au moins que lorsque le col de l'utérus était complètement ouvert. Maintenant, la vessie peut facilement être perforée avec une dilatation minimale du col de l'utérus afin, selon eux, de stimuler le processus de travail. La stimulation du processus de travail peut ne pas aller, mais au contraire, il y aura une faible activité de travail. Une longue période anhydre peut se terminer par la stimulation du travail avec un remède plus sérieux - l'ocytocine. Ce n'est donc pas du tout une manipulation anodine. Les manuels modernes, écrits pour les obstétriciens par Sidorova et d'autres professeurs, il est recommandé de percer la vessie à 6-8 cm de dilatation cervicale. Une recommandation totalement infondée. Pourquoi? Elle l'a plus bas, et dans tout manuel étranger, il est écrit qu'après une ponction de la vessie, il y a une forte augmentation du tonus de l'utérus, et pendant au moins une demi-heure, cela se traduit par une augmentation de la circulation sanguine dans l'utérus et le placenta, c'est-à-dire que l'enfant peut recevoir une hypoxie pendant ce temps... Autrement dit, ce n'est pas une sorte d'indifférence au processus de l'accouchement, mais tout d'abord, pour l'enfant, la manipulation la plus simple! Pour une raison quelconque, les obstétriciens n'en parlent pas lorsqu'ils perforent la vessie. Cependant, cela est corrigé. Une fois que le tonus de l'utérus est normalisé, la circulation sanguine peut être rétablie, et la poursuite de l'accouchement suivra peut-être son propre chemin et le bébé naîtra normalement, sans aucune intervention. L'échelle dite d'Apgar, si souvent mentionnée, est l'évaluation de l'état de l'enfant après l'accouchement - ce sera normal. Mais lorsqu'un tel bébé est amené chez le neurologue un mois, il se révélera avoir une violation du tonus des réflexes musculaires. Autrement dit, comme je l'ai dit plus tôt, le cortex cérébral ne peut pas établir de connexions normales. Autrement dit, le cerveau a souffert. Une ponction de la vessie peut être l'une des raisons qui ont conduit à cela. Bien qu'en outre, il semble que l'enfant soit né normal. Par conséquent, cette manipulation doit être strictement justifiée. Et ces justifications sont souvent insuffisantes, car les obstétriciens ne comprennent souvent pas les conséquences de leurs actes. Le processus de l'accouchement est important pour eux, il est important que l'accouchement se poursuive. C'est bien qu'il n'y ait pas de césarienne, mais qu'en est-il de l'enfant... Si tout va mal sur CTG, cela signifie déjà que l'accouchement va mal, l'enfant souffre d'une telle naissance. Mais ces conséquences pour un enfant d'obstétriciens ne s'appliquent alors pas. Si l'enfant est toujours né et ne se retrouve pas en soins intensifs, les conséquences d'une ponction de la vessie, de prostaglandines injectées pour préparer le col de l'utérus à l'accouchement - tout cela sera vu plus tard, lorsque l'enfant commencera à développer le système nerveux. Les neurologues voient ces conséquences.

- Autrement dit, le médecin avec son accouchement programmé a reçu un enfant vivant et une femme, alors il n'en est pas responsable...

Oui, exactement. Le médecin a reçu un enfant vivant et une femme, les a libérés dans un état satisfaisant, puis n’assume aucune responsabilité. Et tous les symptômes neurologiques résultant de l'accouchement n'apparaissent pas plus tôt qu'après quelques mois, voire beaucoup plus tard. Par conséquent, les médecins n'ont pas la moindre raison de faire attention pendant l'accouchement pour que l'enfant ne reçoive aucune influence indésirable. C'est pourquoi les médecins rendent extrêmement faciles des choses comme la ponction, la stimulation et l'extrusion de la vessie. Ces actions résolvent leurs problèmes actuels et ils ont l'opportunité de cracher complètement sur les conséquences à long terme..

5) Soulagement de la douleur. C'est une étape assez logique après la stimulation. La femme en travail souffre énormément, elle crie, et le médecin d'une voix insinuée suggère un soulagement de la douleur. Bien sûr! Quelqu'un ne serait pas d'accord. On ne sait pas pourquoi des analgésiques sont administrés, qui ne fonctionnent toujours pas lors de l'accouchement. Après cela, il est encore plus insinuant de "faire une péridurale" - une anesthésie péridurale, généralement pour de l'argent séparé. Les avantages de celui-ci sont très conditionnels - la douleur épidurale soulage les contractions, mais elle est donnée plus près des tentatives, lorsque la plupart des contractions sont déjà passées. Mais il y a plus qu'assez d'inconvénients. Après cette anesthésie, la femme ne ressent rien en dessous de la taille, et elle ne peut en aucune manière influencer l'accouchement, qui se transforme donc finalement en une opération purement médicale. L'injection elle-même dans l'espace rachidien comporte un certain risque de complications graves.

6) Très souvent, à un stade ou à un autre de l'accouchement, pour une raison ou une autre, le médecin décide de terminer le travail non pas de la manière normale, mais par césarienne. La césarienne est une opération abdominale grave, avec son propre taux de mortalité, avec des complications graves, et avec des conséquences négatives inévitables pour la mère et l'enfant (je ne vais pas énumérer en détail, tout cela est dans la littérature). Il doit être évité dès que possible; et ne s'appliquent que pour des raisons de santé, lorsque la mort menace autrement. Dans le même temps, dans nos maternités, la césarienne se fait à droite et à gauche - la plupart du temps complètement déraisonnable. Et même si cela est justifié, le plus souvent, ces raisons ne sont pas venues d'elles-mêmes, mais d'interventions médicales antérieures dans le cours naturel du travail..

Petite digression. Pour ceux qui se sont déjà intéressés aux questions d'interaction entre la médecine et les personnes, ces questions ne sont pas nouvelles. Cependant, si quelqu'un lit ceci maintenant, qui n'a jamais rencontré un tel sujet auparavant, alors il a probablement déjà une question perplexe - pourquoi est-ce que je parle d'une telle chose sur les médecins? Les gentilles personnes en blouse blanche qui sauvent des vies font-elles vraiment quelque chose au détriment des femmes en travail? Pourquoi en ont-ils besoin?

Il est nécessaire de s'appuyer sur des faits pour comprendre ces questions; et les faits sont assez clairs. Et tout cela s'explique assez simplement. Vous devez comprendre que les médecins sont des gens comme tout le monde. Et surtout, ils agissent dans leur propre intérêt. C'est bon, nous le faisons tous. C'est juste que l'objet du travail de tout le monde n'est pas la vie et la santé des autres. Les personnes sur les lits des médecins ne sont que des «machines, des machines». Il est naïf de penser que la santé d'une femme et d'un enfant que ce médecin voit pour la première et la dernière fois sera plus importante pour lui que sa propre carrière, sa tranquillité d'esprit et son bien-être financier. Et le système médical est construit de telle manière qu'il est beaucoup plus facile de reprocher et de punir un médecin pour le fait qu'il N'A PAS FAIT quelque chose, que pour le fait qu'il A FAIT QUELQUE CHOSE DE SUPPLÉMENT. Comprenez vous? Pour une raison quelconque, le système est organisé de telle manière qu'il est tout à fait clair pour les patients, les médecins et les autorités de contrôle comment reprocher à un médecin de ne pas faire quelque chose - mais il est totalement incompréhensible de reprocher à un médecin fait quelque chose. Bien que, d'un point de vue raisonnable, l'acte et non l'acte devraient être égaux dans l'évaluation. Si la césarienne n'était vraiment nécessaire que par l'une des douzaines de femmes qui l'ont fait, il est beaucoup plus facile pour un médecin de la faire à tout le monde que de ne pas faire une césarienne à une sur mille qui PEUT en avoir besoin; et trouver des excuses pour lesquelles il ne l'a pas fait. Répondre à la question «pourquoi je ne l'ai pas fait» est beaucoup plus difficile que de dire «j'ai fait tout ce que j'ai pu», même si ces actions ont ruiné la personne, comme dans l'exemple ci-dessus avec un enfant handicapé. Le système est agencé de telle manière qu '"il vaut mieux négliger que ne pas rater", et peu importe que "trop ​​en faire", peut-être, gâche la vie de cent fois plus de personnes que ne gâcherait le "négliger".

De plus, lorsque ces "soins" ne sont pas punissables, et encore plus s'ils sont financièrement rentables.

7) Très souvent, une épisiotomie est faite de manière déraisonnable - incisions périnéales. Elles sont plus traumatisantes pour une femme que les pauses naturelles; de plus, une rupture peut ou non se produire, elle n'est pas connue à l'avance. Cependant, une incision droite est plus facile à coudre pour le médecin.

8) Au stade final de la poussée, les médecins pratiquent parfois une action telle que la compression. Les mains pressent la femme en travail sur le haut de l'abdomen pour que le bébé sorte. Cette action est extrêmement traumatisante pour un enfant (pour une femme aussi), et est l'une des principales causes de traumatisme à la naissance, conduisant à une paralysie cérébrale à des degrés divers. Oui, la plupart des patients atteints de paralysie cérébrale que nous voyons parfois sont sur la conscience des médecins. Sur ordre du ministère de la Santé, le pressage est depuis longtemps strictement interdit. Les médecins des maternités, cependant, ne veulent pas le savoir, car ils continuent à le pratiquer. J'en parle à la première personne, puisque cela nous est arrivé - à la fin du travail, quand il a fallu accélérer pour éviter l'hypoxie, l'assistant est venu et s'apprêtait à pousser - j'ai dû littéralement le saisir par les bras. Il était toujours offensé dans son enfance - disent-ils, je voulais aider, mais vous êtes ingrat...

N'oubliez pas que les médecins ne répondent pas si, à cause de leurs actes, vous avez un enfant atteint de paralysie cérébrale. Ils s'en moquent. Cet enfant sera le vôtre, pour la vie (la vôtre ou la sienne). Et il est important pour les médecins que l'enfant naisse vivant, qu'il soit sorti de l'hôpital et que les pots-de-vin soient faciles. Il arrive rarement que dans une telle situation, il s'agisse vraiment de la vie de l'enfant; mais même ainsi, pour moi, un enfant mort vaut mieux qu'un enfant atteint de paralysie cérébrale. Vous pouvez alors donner naissance à une seconde, en bonne santé. Et ce qui se passe quand un enfant handicapé naît, je pense que vous le savez aussi bien que moi. Et encore une petite remarque. Ces patients atteints de paralysie cérébrale que nous voyons parfois dans la rue - qui marchent de manière instable sur les jambes tordues avec les mains jointes - ne sont qu'une petite partie des patients atteints de paralysie cérébrale qui ont la chance d'avoir une forme facile. La plupart sont des personnes handicapées menteuses ou, au mieux, sédentaires, à la maison ou dans des internats, que personne ne voit jamais en public..

9) La première chose qu'ils font à un nouveau-né est de le saisir! des pinces sont appliquées et le cordon ombilical est coupé. Les secondes comptent! C'est exactement ce que nous avons fait - je n'ai même pas eu le temps de ronronner, et le cordon ombilical avait déjà été coupé. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle avait fait cela, le médecin a alors seulement marmonné une certaine confusion. Malgré le fait que j'ai initialement dit de ne pas faire cela, et elle a accepté.

Lorsque le bébé passe dans le canal génital, il est fortement comprimé. Une partie de son sang est expulsé de lui dans le placenta. Cette partie est très grande - jusqu'à 20% de sang. Puis, à la naissance de l'enfant, du placenta au cordon ombilical, son sang lui revient. Pour cela, un mécanisme naturel est fourni - le vaisseau du placenta à l'enfant reste ouvert et le vaisseau de l'enfant au placenta est pincé. Le retour du sang prend plusieurs minutes, puis le cordon ombilical s'effondre, la pulsation s'arrête. Après cela, le cordon ombilical peut déjà être coupé sans aucun dommage - soit le casser, soit le ronger avec vos dents, tout de même. Si le cordon ombilical est coupé tout de suite, l'enfant perd tout simplement ce sang. Une perte de sang de 20% est-elle importante ou faible? Eh bien, si nous considérons que pour les donneurs adultes en bonne santé, pas plus de 10% des pertes de sang sont considérées comme sûres - et après autant de vacillements et d'évanouissements - alors, probablement, pour un bébé, une perte de 20% est encore beaucoup. Non, les enfants sont bien sûr tenaces, ils n'en meurent pas, mais ils ne s'en sortent pas bien non plus de cette perte de sang. Diminution de l'hémoglobine (et que peut-il être d'autre si un cinquième du sang est perdu) - à partir de.

Pourquoi les médecins font-ils ce qu'ils font? Et puis, très chers, que le placenta n'est pas un déchet biologique, puis il ne va pas à la poubelle. Les entreprises qui en fabriquent des produits cosmétiques coûteux l'achètent pour beaucoup d'argent. Et chaque gramme coûte de l'argent - c'est pourquoi personne ne perdra ces grammes. Ainsi, les médecins, au sens le plus littéral du terme, vendent le sang de nos enfants, et ils ne voient rien de mal à cela..

Dans la nature, chez aucun animal, y compris les humains, personne n'est pressé de couper le cordon ombilical. Le bébé né reste avec le cordon ombilical pénétrant à l'intérieur et prélève son sang dans le placenta; après la décharge du placenta, soit le cordon ombilical se brise, soit la mère le ronge quand elle mange le placenta (cela est fait par tous les prédateurs et omnivores, et souvent même les herbivores. Pourquoi se perdre?).

10) Après la naissance du bébé, les médecins peuvent retirer le placenta par le cordon ombilical. Il s'agit d'une activité extrêmement dangereuse qui menace de saigner. Le placenta doit s'éloigner de lui-même - alors tout se passe en toute sécurité (avec une séparation indépendante, les vaisseaux sont pincés et il n'y a pas de saignement). Bien sûr, si, en raison de leurs actions, le saignement s'ouvre, les médecins le combattront immédiatement vaillamment et sauveront la femme en travail..

11) Le plus souvent, dans les maternités, un enfant naît, coupant le cordon ombilical et le forçant à respirer (avec des gifles sur le fond; si vous ne le touchez pas ou ne coupez pas le cordon ombilical, il commencera calmement à respirer après un court laps de temps) - ils le saisissent et l'emportent quelque part. Cela peut encore être justifié lorsque la mère est inconsciente, que l'abdomen et l'utérus sont coupés pendant la césarienne et qu'elle n'a pas encore terminé la chirurgie. Cependant, si elle est consciente et que tout va plus ou moins bien avec elle, alors l'enfant n'a pas besoin d'être emmené nulle part. Au lieu de cela, donnez le bébé à la mère dans ses bras (mettez-le sur le ventre si elle est couchée) et laissez-les seuls. Au fait, vous n'avez pas besoin de laver le bébé, il suffit de l'essuyer un peu avec une couche.

Il est hautement souhaitable de le faire pour plusieurs raisons importantes à la fois. Premièrement, il est très utile que la peau stérile d'un nouveau-né entre en contact avec la peau de la mère - pour la peupler des bonnes bactéries symbiotiques «propres». C'est une garantie de l'absence supplémentaire de problèmes de peau, d'allergies et du bon développement de l'immunité. Deuxièmement, le bébé doit être allaité immédiatement. Le réflexe de succion chez un nouveau-né se manifeste dans les toutes premières minutes (jusqu'à 30 minutes) après la naissance. Il n'y a pas la moindre raison de ne pas lui donner de nourriture (jusqu'à trois jours, comme ce fut le cas dans les maternités soviétiques). Le colostrum qu'il reçoit (encore une fois, avec les bactéries lactiques de la surface du mamelon et des canaux) est la clé du bon développement et de l'état sain de son tractus gastro-intestinal, et encore une fois, de l'immunité. Pour une femme, l'allaitement maternel immédiatement après l'accouchement est aussi important, sinon plus, que pour un bébé. C'est le début correct de la lactation - une garantie de l'absence supplémentaire de problèmes avec elle; de plus, la succion du sein stimule les contractions de l'utérus, nécessaires pour une sortie complète et sans problème du placenta.

Et il y a une autre raison, peut-être même la plus importante, pour laquelle l'enfant devrait être placé entre les mains de la mère immédiatement après l'accouchement, en contact direct avec son corps. C'est l'établissement du soi-disant lien psychologique entre la mère et l'enfant. De telles questions ont été peu étudiées, et elles sont souvent associées à un certain mysticisme et ésotérisme non scientifiques et à d'autres conneries - en fait, rien de tout cela n'est dans ce cas. Vous pouvez comprendre ce phénomène en vous référant à nouveau à nos racines biologiques. Les femmes ont le soi-disant instinct maternel - dans un sens étroit, compris comme un désir instinctif (non conscient) de prendre soin, de soigner, de protéger une petite créature, et de le faire non par nécessité, mais de leur propre volonté, et en tirer joie et plaisir. Ceci est normal pour la mère et est bénéfique pour la survie de l'enfant. Cependant, très souvent, vous pouvez voir d'autres exemples - une mère à qui l'enfant n'apporte pas de joie, mais de la confusion et de l'irritation. Elle s'occupe de lui certes, mais elle le fait par nécessité, car avec son esprit elle comprend que «c'est nécessaire». Mais à la première occasion, il est facile de transférer cette responsabilité à quelqu'un d'autre - une nounou ou sa mère. Ce sont ces mères qui, à notre époque, abandonnent facilement (ou ne commencent pas du tout) l'allaitement, «pour que les seins ne s'affaissent pas»..

De toute évidence, dans le premier cas, l'instinct maternel s'est activé, et dans le second, ce n'est pas le cas. Comment est-ce arrivé? Il s'avère que cet instinct n'est pas déclenché par le fait même de l'accouchement, mais au moment où la mère prend le nouveau-né dans ses bras et lui donne le sein. Les mécanismes hormonaux sont réglés de telle manière que pour une femme qui vient d'accoucher, la présence d'un bébé chaud et agité pressé contre elle et prenant un sein est un signal "le bébé est né vivant, vous devez prendre soin de lui, alors nous allumons l'instinct maternel." Si cela ne s'est pas produit dans un avenir proche après l'accouchement, alors pour le corps de la femme, c'est un signal "l'enfant est né mort, l'instinct maternel ne doit pas être activé".

Heureusement, de nombreuses femmes parviennent encore à activer cet instinct, au moins partiellement, et plus tard; il en est de même pour la lactation, elle est généralement très flexible; En particulier, des exemples d'inclusion de la lactation sont connus même chez les femmes qui n'ont pas accouché. Cependant, apparemment, aux nombreuses familles où les mères n'aiment pas leurs enfants et les considèrent comme un fardeau, nous le devons à la tradition médicale de sevrer les nouveau-nés de la mère. À quel point cela affecte négativement la vie de la famille et, en général, toute la vie future de cet enfant - vous pouvez juger par vous-même.

Dans la maternité où nous avons accouché, cette question était correcte - après tout, cette maternité est l'une des plus normales. Pourquoi, dans de nombreux autres endroits, les enfants sont encore éloignés de leur mère pendant longtemps - Dieu les connaît. Il n'y a aucune raison rationnelle à cela. Vous pouvez peser et mesurer la croissance d'un enfant plus tard; des raisons telles que «la mère a besoin de se reposer» - généralement absurdes.

12) Parfois, après la naissance, les bébés reçoivent du glucose par voie intraveineuse pour une raison inconnue. Il n'y a généralement pas de raisons sérieuses à cela, sauf peut-être pour reconstituer le liquide après une perte de sang (bien fait les médecins, ils ont d'abord enlevé le sang, puis ils n'ont pas oublié que le liquide devait être reconstitué). Et le danger de complications, comme toute manipulation médicale, est.

13) Immédiatement après la naissance, ou plus tard, l'enfant à l'hôpital peut être emmené et vacciné (BCG et hépatite B) sans le consentement et la connaissance des parents. Ceci est illégal mais largement pratiqué. J'écrirai ci-dessous sur les vaccinations dans un sujet séparé. Les parents, cependant, ne doivent pas oublier - ils sont les seuls qui ont le droit légal de déterminer quelles procédures médicales peuvent ou ne peuvent pas être effectuées avec leur enfant. Toutes les conséquences réelles leur incomberont naturellement aussi..

14) Dans de nombreuses maternités, les enfants et les mères sont toujours séparés. Ils apportent de la nourriture dans les délais et à nouveau emportent. C'est un système complètement délirant, de l'intimidation pour les mères et les enfants. Seule une mère complètement irresponsable peut considérer ce système comme pratique pour elle-même. L'état naturel et normal est que l'enfant est à côté de la mère ou dans ses bras, et rien d'autre. Nous devons à ce système beaucoup de personnes artificielles - lorsque les mères n'ont pas d'allaitement depuis le tout début. Nous lui devons peut-être tous les cas de mammite et autres complications chez la femme..

15) Presque toujours à l'hôpital, les médecins essaieront de traiter le bébé pour une jaunisse physiologique (hyperbilirubinémie). Il n'y a presque toujours aucune raison à cela. Et bien que maintenant les enfants ne soient plus traités avec luminal pour cela, comme il n'y a pas si longtemps - mais l'innocuité de la photothérapie est également discutable, et même à des manipulations inoffensives, pourquoi exposer un enfant inutilement? Parfois, ils sont également «traités» par perfusion intraveineuse de liquide - solution saline ou glucose - qui est non physiologique et inutile pour l'enfant..

15) À l'hôpital, vous apprendrez facilement de mauvaises choses. Dans le vrai sens du mot. Apprenez à bébé à emmailloter. Ils lui apprendront à l'envelopper au chaud, à le garder dans une pièce avec de l'air chaud et sec.

Cette liste ne prétend pas être complète. Je n'ai énuméré que ce dont j'ai moi-même une compréhension claire et que j'ai moi-même rencontré dans la pratique. De nombreux autres points existent définitivement..

A. Akin, D. Streltsova. Neuf mois et une vie entière.

R. Mendelssohn. Comment élever un enfant en bonne santé malgré les médecins.