Atrophie pancréatique: gravité des changements locaux et pronostic de guérison

La pathologie pancréatique se produit de plus en plus chaque année.

L'atrophie et l'hypotrophie du pancréas chez l'adulte est un processus pathologique qui s'accompagne d'une diminution de la taille de l'organe ou de ses unités fonctionnelles. La seule différence est l'ampleur de la défaite. Le parenchyme pancréatique est constitué de cellules épithéliales responsables de la synthèse d'enzymes et de substances hormonales, dont la quantité diminue dans certaines conditions, ce qui conduit à une atrophie.

Qu'arrive-t-il à l'organe

Les pancréatocytes forment les soi-disant acini. C'est une unité structurelle et fonctionnelle d'un organe. Les fibrocytes sont situés entre les cellules qui effectuent la fonction directe - synthèse. Ce sont les éléments du tissu conjonctif.

Avec l'atrophie du pancréas, leur nombre, leur taille et leur volume diminuent. La place des unités structurales atrophiées est occupée par les fibroblastes. Finalement, la fibrose se développe, puis la sclérose. La taille de l'organe diminue, la glande devient dense. Le processus sclérosant se développe lentement, de sorte que les manifestations cliniques apparaissent progressivement.

À quoi ressemble l'atrophie des organes?

Dans le contexte de processus atrophiques, le développement de phénomènes inflammatoires est possible. Cela arrive souvent, de sorte qu'une pancréatite atrophique chronique se développe. Il procède par un changement séquentiel des périodes de rémission et d'exacerbations.

La principale différence avec les autres types d'inflammation chronique est la perte progressive de fonction. Ce fait dicte la nécessité d'un traitement de substitution..

Manque de fonction

Nous parlons du résultat le plus important et en même temps dangereux de l'atrophie. Distinguer une violation de la fonction externe et intrasécrétoire de l'organe décrit.

En cas d'insuffisance exocrine, la formation d'enzymes impliquées dans la digestion des graisses, des glucides et des protéines est considérablement réduite. En conséquence, les patients présentent des symptômes de dyspepsie sévère. Il y a stéatorrhée et créorrhée - troubles des selles lorsque les graisses et les fibres ne sont pas absorbées et transitent par le tube digestif. Dans ce contexte, il y a des douleurs, une formation accrue de gaz. Les patients perdent du poids. Il y a des signes d'hypo- et d'avitaminose.

Les changements atrophiques s'accompagnent d'une fonction endocrinienne altérée. Dans le parenchyme de l'organe, on distingue les soi-disant îlots de "Langerhans". Ils sont constitués de cellules polymorphes responsables de la production d'hormones. Pour la plupart, ils sont impliqués dans la régulation du métabolisme. Par conséquent, dans le contexte de l'atrophie, il existe une violation telle que le diabète sucré pancréatogène..

Facteurs causaux

La restructuration atrophique de la glande se développe plus souvent chez les hommes. Le principal facteur déclencheur est considéré comme étant les effets toxiques de l'alcool. Les effets de la nicotine sont toujours en discussion.

La pathologie biliaire provoque une pancréatite biliaire. L'inflammation de la glande s'écoule en permanence. Résultat - fibrose et atrophie du tissu glandulaire avec développement d'une défaillance fonctionnelle.

Les caractéristiques du comportement alimentaire se reflètent dans le travail de tous les organes du tractus gastro-intestinal. Cela s'applique également au pancréas..

La passion pour les aliments gras ou épicés avec un excès de conservateurs, de ketchup, de mayonnaise et d'autres produits de mauvaise qualité est l'un des principaux facteurs de l'apparition de la pathologie décrite.

Atrophie partielle

Pas toujours chez une personne, l'organe entier est exposé à l'hypotrophie. Une option est des changements partiels. L'atrophie locale du pancréas est une conséquence de processus réactifs dans les tissus de l'organe. Ils surviennent lorsque les facteurs suivants sont présents:

  • pneumonie (pneumonie) localisée dans les segments inférieurs;
  • la présence d'ulcères ou d'érosions dans la muqueuse gastrique;
  • hépatite;
  • processus inflammatoires de l'appendice, vésicule biliaire.

Dans ces cas, une zone spécifique du pancréas est sujette à l'atrophie. Le plus souvent, c'est la queue. Mais l'emplacement exact dépendra de la maladie sous-jacente. Les changements sont réversibles, mais seulement si le traitement est commencé rapidement et intégralement.

Diagnostic et traitement

Pour détecter l'atrophie des organes, plusieurs étapes sont nécessaires:

  1. Recherche en laboratoire.
  2. Un test sanguin biochimique révèle un dysfonctionnement: une augmentation du taux de bilirubine, d'alpha-amylase sanguine, de gamma-glutamate transférase.
  3. Réalisation d'un test de tolérance au glucose afin d'exclure ou de confirmer une violation du métabolisme des glucides avec une correction supplémentaire.
  4. Échographie (considérée comme imagerie). Le médecin diagnostique fonctionnel voit des changements diffus dans une certaine partie de l'organe. Mais le spécialiste ne peut pas dire clairement qu'il s'agit d'une atrophie. Cela nécessite une biopsie, qui n'est pas largement utilisée. La tomographie peut aider.

La méthode par ultrasons est largement utilisée pour diagnostiquer la transformation atrophique.

Il est nécessaire de traiter la maladie en rémission à l'aide d'un traitement de substitution. Diverses préparations d'enzymes et de polyenzymes sont utilisées. Ils contiennent des enzymes synthétisées en quantités insuffisantes chez un patient atteint d'atrophie d'organe. Des agents tels que Mezim, Pancreatin, Creon, Pangrol sont efficaces. En présence de troubles du métabolisme des glucides, il est nécessaire de consulter un endocrinologue avec la sélection d'agents antihyperglycémiants.

L'aggravation est un motif d'hospitalisation dans le service de chirurgie. Dans ce cas, le traitement est effectué selon un scénario qui répète le traitement de la pancréatite aiguë. Le pronostic de la maladie dépend de la rapidité des mesures de traitement et de l'observance du patient.

Changements atrophiques du pancréas: qu'est-ce que c'est, symptômes et traitement

Le diagnostic d '«atrophie pancréatique» signifie que le volume de l'organe interne a diminué, ce qui se manifeste par un manque de fonctionnalité exocrine (enzymes digestives) et intrasécrétoire (production d'insuline et de glucagon).

Dans la plupart des images, la pathogenèse est due à la forme chronique de pancréatite, au diabète sucré, à des pathologies somatiques avec épuisement sévère, à une cirrhose du foie et à une circulation sanguine altérée. Parfois, la cause est une tumeur.

Des diagnostics différentiels sont effectués pour faire un diagnostic précis. Prend en compte les résultats de laboratoire qui montrent un manque d'enzymes digestives et une faible concentration d'insuline.

Un examen échographique est obligatoire, ce qui confirme une diminution de la glande, une modification pathologique du parenchyme. La thérapie consiste en la nomination d'un traitement de substitution. Les médicaments enzymatiques, l'insuline, les comprimés pour restaurer la microflore intestinale sont recommandés.

Pathogenèse des modifications atrophiques du pancréas

Les modifications atrophiques du pancréas sont physiologiques lorsqu'elles se développent à la suite du processus de vieillissement naturel du corps. Ils sont accompagnés de maladies débilitantes sévères..

De plus, l'atrophie est le résultat de toute forme de pancréatite chronique, tandis qu'une partie importante du stroma est remplacée par des tissus fibreux, ce qui entraîne une forte augmentation de l'insuffisance endocrinienne et exocrine..

Normalement, le poids d'un organe interne varie de 80 à 90 g. Si des changements anormaux y sont observés, il diminue à 30-40 g et moins. Il y a un changement dans la structure même de l'organe. La maladie se caractérise par l'apparition d'une quantité excessive de tissu conjonctif..

L'atrophie pancréatique se produit pour les raisons suivantes:

  • La survenue d'une dégénérescence graisseuse de l'organe.
  • Complication du diabète sucré.
  • Abus d'alcool, tabagisme.
  • Ulcère duodénal, estomac.
  • Mauvaise nutrition.
  • Pathologies auto-immunes affectant la cavité abdominale.
  • Résection du pancréas.

Une place distincte est occupée par la pancréatite atrophique dans le contexte du diabète sucré. Cette maladie se caractérise par une diminution significative de l'organe jusqu'à 20 g, sa consistance devient plus dense, la surface devient bosselée, la capsule est fusionnée avec les tissus adipeux, les organes voisins.

La lipomatose est également une forme atrophique de maladie pancréatique. Bien que cette maladie soit caractérisée par la taille normale de l'organe ou par son élargissement, la majeure partie est remplacée par du tissu adipeux, dans lequel des segments glandulaires individuels peuvent être tracés. Dans 80% des images avec cette maladie, l'appareil des îlots et la fonction endocrinienne sont préservés.

Le groupe à risque comprend les patients qui ont une prédisposition génétique, une dépendance à l'alcool, un traumatisme abdominal, des maladies infectieuses des organes internes, une cholécystite calculeuse.

Manifestations cliniques de l'atrophie

Après avoir examiné le diagnostic d'atrophie pancréatique, ce que c'est et ce qui peut atrophier un organe, nous découvrirons quels symptômes indiquent une pathologie. Les symptômes sont dus à l'étiologie du développement d'un processus pathologique dans le corps (altération de l'absorption du glucose, pancréatite chronique, etc.).

Indépendamment de la cause et des facteurs de provocation, tous les patients présentent une insuffisance endocrinienne et exogène. L'insuffisance exocrine s'accompagne d'une diminution de la production d'enzymes digestives, d'électrolytes, qui aident à neutraliser le contenu de l'estomac, contribuant à fournir un environnement normal aux enzymes pancréatiques.

Les patients se plaignent d'un dysfonctionnement du tube digestif, qui se manifeste le plus souvent:

  1. La diarrhée.
  2. Diminution de l'appétit.
  3. Perte de poids.

Le premier symptôme d'insuffisance exocrine est une augmentation de l'excrétion des graisses et des matières fécales. Ce symptôme est détecté dans le contexte d'une diminution de la production de 10% de la valeur normale..

Le patient commence à perdre du poids rapidement. Cela est dû au fait que le processus de digestion des aliments, l'absorption des nutriments dans le tractus gastro-intestinal est perturbé et l'appétit diminue. Si une personne a une pancréatite atrophique chronique, les tests de laboratoire montrent une carence importante en vitamines et minéraux.

L'insuffisance endocrinienne est détectée par un trouble du métabolisme des glucides, qui se déroule comme un syndrome hyperglycémique.

De plus, seulement la moitié des patients se plaignent de symptômes de diabète (mictions fréquentes, bouche sèche, visites fréquentes aux toilettes, etc.).

Diagnostic différentiel

Lors de l'examen d'un patient, un déficit pondéral est diagnostiqué dans 90% des tableaux cliniques. La peau devient plus fine et trop sèche. Des éléments floconneux sont souvent présents. Dans le même temps, la palpation ne permet pas de "ressentir" la diminution de l'organe interne.

Lorsque la pathogenèse est basée sur la survenue d'une pancréatite, puis sur la palpation, le patient se plaint de sensations douloureuses ou d'un inconfort sévère. Les résultats d'un test sanguin biochimique montrent que l'activité des enzymes digestives a diminué.

Le coprogramme aide à identifier la graisse dans les selles (stéatorrhée). En règle générale, plus de 10% de la consommation par jour se trouve dans les selles. Le nombre de fibres musculaires dans les selles augmente considérablement, ce qui est un écart par rapport à la norme.

Dans la plupart des cas, une étude de la concentration de glucose indique une augmentation significative, ce qui nécessite des visites supplémentaires chez des médecins tels qu'un endocrinologue ou un diabétologue..

Autres méthodes de détermination de la maladie:

  • Un examen échographique du pancréas montre une diminution pathologique de l'organe interne. La structure devient dense, l'échogénicité augmente, les contours sont inégaux.
  • L'IRM est recommandée dans les cas où l'échographie n'a pas fourni d'informations complètes et des détails supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les tactiques de traitement optimales.
  • RCP est prescrit pour évaluer l'état des conduits, pour trouver les changements qui accompagnent habituellement la pancréatite chronique. Grâce à cette manipulation médicale, il est possible de diagnostiquer une diminution des canaux pancréatiques, une tortuosité et une inégalité des parois..
  • L'angiographie est nécessaire lorsqu'un professionnel de la santé soupçonne une tumeur. La procédure vous permet de réfuter ou de confirmer l'hypothèse.

Une biopsie du pancréas est obligatoire. Dans une étude en laboratoire d'un échantillon prélevé, le degré de fibrose et de destruction du parenchyme, l'état des éléments glandulaires et les zones qui produisent l'insuline sont évalués.

Cette méthode de diagnostic vous permet d'exprimer le pronostic de la maladie..

Traitement médical de l'atrophie pancréatique

Aux premiers signes de modifications atrophiques du pancréas, un régime est tout d'abord recommandé. Le patient doit réduire sa consommation d'aliments contenant des graisses animales.

Il faut faire attention au manque de substances protéiques dans le corps, au déficit énergétique, pour corriger le manque de vitamines et de minéraux. La nicotine contribuant à perturber la production de bicarbonates dans l'organe interne, les cigarettes doivent être abandonnées.

L'orientation principale du traitement conservateur est la thérapie de remplacement de la fonctionnalité des sécrétions exocrines et intrasécrétoires. Pour compenser ces processus, des médicaments enzymatiques sont recommandés..

Pour obtenir l'effet thérapeutique souhaité, les médicaments doivent être caractérisés par un degré élevé d'activité lipasique et ne doivent pas être détruits par l'action du suc gastrique. Dans ce cas, les comprimés doivent favoriser la libération rapide de substances enzymatiques dans l'intestin grêle, promouvoir activement le processus digestif.

Les microbilles répondent à toutes les exigences décrites. Comme c'est la lipase qui perd son activité le plus rapidement, par conséquent, la correction est effectuée en tenant compte de sa teneur dans le médicament et de l'intensité de la stéatorrhée (teneur en graisse dans les selles).

L'efficacité du traitement recommandé est déterminée par: le degré de réduction de la stéatorrhée et la concentration d'élastase dans les selles. Les préparations enzymatiques aident à atteindre le résultat thérapeutique suivant:

  1. Réduire l'entérite secondaire.
  2. Normaliser la microflore intestinale.
  3. Améliore le métabolisme des glucides.

Pour réduire la gravité des sensations douloureuses, prescrire des médicaments liés aux analgésiques et antispasmodiques. La posologie est déterminée sur une base individuelle, en fonction de l'intensité du syndrome douloureux. Les injections recommandées sont Papaverine, No-shpu, Analgin et d'autres médicaments..

Pour corriger l'insuffisance endocrinienne, l'administration d'insuline est nécessaire. Avec les changements atrophiques, la mort des cellules des îlots n'est pas observée, de sorte que l'hormone est produite, mais à faible concentration. La dose et la fréquence d'utilisation de l'insulinothérapie dépendent de l'évolution de la maladie, de l'étiologie de la maladie, des résultats des tests de glucose quotidiens dans le corps..

Une condition importante est la correction des fonctions digestives, en particulier la normalisation de la microflore intestinale. Par conséquent, des probiotiques et des prébiotiques sont utilisés.

De plus, nous recommandons des préparations contenant des vitamines. Vous devez également compenser la carence en composants minéraux suivants:

  • Magnésium.
  • Zinc.
  • Cuivre.

Les compléments alimentaires peuvent être prescrits sous la forme de plusieurs médicaments ou d'un médicament contenant simultanément les substances nécessaires.

L'intervention chirurgicale est réalisée dans des cliniques spécialisées. La procédure implique la transplantation des îlots de Langerhans, suivie d'une résection du pancréas et d'une thérapie de remplacement enzymatique.

Les modifications atrophiques du pancréas étant la conséquence de pathologies sévères accompagnées de troubles graves de l'état général du patient, un traitement chirurgical est rarement prescrit.

Prévision et prévention

Le pronostic de l'issue de la maladie est basé sur le degré de dommage aux fonctions exocrines et intrasécrétoires. Puisque les cellules des îlots sont partiellement retenues, il y a en conséquence une production d'insuline résiduelle. Par conséquent, un état cétoacidotique est rarement diagnostiqué, mais une forte baisse de la glycémie se développe souvent..

Détermination de la pathogenèse du processus pathologique, élimination de la «source primaire» - la maladie sous-jacente, initiation rapide du traitement - tous ces moments permettent d'obtenir de bons résultats thérapeutiques et un pronostic favorable.

À titre préventif, les avis des patients recommandent d'utiliser des méthodes de médecine traditionnelle. Ils aident à améliorer la fonctionnalité du pancréas, à améliorer la digestion, à prévenir les troubles graves du corps..

Pour la thérapie, des plantes médicinales sont utilisées - aubépine, aneth, menthe poivrée, camomille de pharmacie, etc. La recette suivante aide à soutenir le travail de l'organe: mélangez trois cuillères à soupe de graines d'aneth et la même quantité de menthe, ajoutez 2 cuillères à soupe d'aubépine, une cuillère à soupe de camomille de pharmacie. Versez de l'eau bouillante dessus. Filtrer. Prenez 100 ml quatre fois par jour. La durée du traitement est de deux semaines.

À titre préventif, il est recommandé de respecter les recommandations:

  1. Arrêter de fumer, de boire de l'alcool.
  2. Traitement opportun des maladies chroniques existantes.
  3. Nutrition équilibrée et rationnelle.
  4. Maintenir le niveau d'activité enzymatique requis.
  5. Mener une vie active. Un exercice modéré pour la pancréatite, en particulier le yoga et la marche, sera très bénéfique.

L'atrophie pancréatique est une maladie grave.Par conséquent, si des sensations douloureuses apparaissent dans la région épigastrique, vous devez vous rendre dans un établissement médical. Plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic..

Les fonctions et pathologies du pancréas sont décrites dans la vidéo de cet article..

Atrophie pancréatique

L'évolution prolongée de la pancréatite chronique peut provoquer des modifications atrophiques du pancréas, dont le résultat sera une diminution significative du volume de l'organe affecté et une diminution du niveau de sa fonctionnalité. Les structures glandulaires de l'organe commencent à subir des effets pathogènes visant à les remplacer par des tissus conjonctifs se développant dans la cavité de la glande. Une pancréatite atrophique chronique se forme. Dans le matériel présenté, nous comprendrons plus en détail ce qu'est l'atrophie pancréatique, les causes et les symptômes de son apparition, comment elle est diagnostiquée et traitée, ainsi que pourquoi une telle pathologie est dangereuse et des mesures préventives possibles.

Qu'est-ce que la pancréatite atrophique

La pancréatite atrophique est une pathologie dans laquelle une atrophie de toutes les structures tissulaires de la glande se développe ou une forme partielle de lésions organiques.

L'atrophie locale du pancréas affecte souvent la queue et la tête de l'organe, et le corps de la glande reste intact. Sous l'influence de processus atrophiques dans la cavité des structures tissulaires affectées de la glande, leur fonctionnalité cesse complètement et la glande se compacte et augmente de volume..

Le développement de l'atrophie du pancréas chez l'homme est caractérisé par le développement de son œdème, des processus de circulation sanguine pathologiquement modifiés, la survenue d'hémorragies, de lésions kystiques et le développement de lésions nécrotiques de type graisseux.

Le développement de processus atrophiques provient du moment de la formation du tissu conjonctif et de sa propagation dans la zone des vaisseaux de la glande avec une nature intralobulaire de la lésion, qui avec le temps et une large propagation de tissus conjonctifs se transforme en interlobulaire.

Mais, une autre clinique de pathologie peut être observée, dans laquelle les processus atrophiques acquièrent immédiatement une forme de développement interlobulaire, après quoi, au cours de la progression de la maladie, ils se propagent dans des structures plus profondes de la glande, ce qui est une conséquence de l'atrophie presque complète du parenchyme de la glande. Mais, en même temps, on observe une hypertrophie des îlots de Langerhans, sécrétant l'hormone insuline, ce qui conduit au développement d'une hyperinsuclinémie.

Il convient de noter que les processus atrophiques dans la cavité pancréatique peuvent être de nature partielle, ce qui se produit généralement dans le contexte de lésions ulcéreuses du duodénum et de la cavité gastrique..

Les derniers stades de l'hypotrophie pancréatique chez un adulte contribuent à:

  • réduction de la taille de l'organe affecté,
  • transformation des structures tissulaires d'étiologie glandulaire en tissu cartilagineux,
  • et la cirrhose se forme également.

Avec l'étiologie alcoolique de la pancréatite, la formation de calcifications peut se produire, qui se déposent dans la glande sous forme de calculs, fournissant un blocage complet des canaux pancréatiques, assurant un blocage complet de leur fonctionnalité et des performances de la glande.

Les raisons du développement de la maladie

Les raisons du développement de cette maladie peuvent résider dans la présence des facteurs suivants dans la vie humaine:

  • formation de dystrophie de type gras,
  • vieillesse,
  • en raison d'une complication d'une pathologie telle que le diabète sucré,
  • des niveaux excessifs de tabagisme et d'abus d'alcool,
  • lésion ulcéreuse du duodénum et de la cavité gastrique,
  • lésion pancréatique chronique de la glande, avec étiologie alcoolique,
  • aliments chaotiques avec une consommation excessive d'aliments frits, ainsi que des aliments riches en graisses, en sel et en piquant,
  • les conserves et les viandes fumées peuvent également conduire à ce type de maladie,
  • maladies de nature auto-immune dans la cavité abdominale.

Entre autres choses, le développement de processus atrophiques dans la glande peut être dû à des complications après résection de cet organe..

Facteurs et groupes de risque

  1. Facteur héréditaire.
  2. Développement de l'alcoolisme.
  3. Blessure à la cavité abdominale.
  4. Lésion infectieuse des organes internes.
  5. Stade progressif de la cholécystite calculeuse.

Symptômes de la pathologie

La durée du développement des processus atrophiques peut atteindre 12 ans après le diagnostic, indiquant la présence d'une forme chronique de pathologie pancréatique. Ce type de maladie présente les symptômes symptomatiques suivants:

  • violation pathologique de la fonctionnalité du système dyspeptique des organes,
  • diminution de l'appétit,
  • sensation de nausée entraînant des vomissements,
  • pâleur et sécheresse de la peau,
  • la formation de stéatorrhée, caractérisée par une concentration excessive de graisse dans les selles,
  • la surface de la langue devient rouge ou cramoisie profonde,
  • l'apparition de sensations douloureuses d'intensité moyenne dans l'hypochondre, principalement du côté gauche.

Avec le développement de processus atrophiques dans la région de la queue de la glande, les symptômes se manifestent inhérents au développement de pathologies telles que le diabète sucré, caractérisées par des envies et des processus fréquents de l'acte urinaire, l'apparition de soif et de démangeaisons.

Diagnostique

Les procédures de diagnostic commencent par un examen visuel du patient et une palpation de la cavité abdominale. Avec l'atrophie de la glande, il est assez difficile de la détecter par palpation, ce qui contribue à la formation de sensations douloureuses chez le patient.

Après avoir recueilli un historique complet du patient et de sa prédisposition héréditaire, le médecin traitant prescrit des diagnostics de laboratoire et différentiels pour la différence entre les lésions atrophiques de la glande et le développement du diabète sucré, de la cholécystite calculeuse et d'autres pathologies liées au système digestif des organes.

Diagnostic de laboratoire

Des tests sanguins sont prescrits pour établir le niveau d'enzyme pancréatique, le degré d'anémie, la concentration de glucose.

La réalisation d'une étude coprologique vous permettra d'étudier la structure des matières fécales pour la concentration de graisses organiques qu'elles contiennent.

En outre, un diagnostic par ultrasons est prescrit, ce qui permet de détecter le niveau de réduction de la taille de la glande, ainsi que la présence d'un sceau dans la cavité de l'organe, le niveau de sclérose et l'inégalité de ses contours..

Pour évaluer plus en détail le degré de dommage à la glande et la propagation des processus atrophiques, une IRM, une biopsie et un examen aux rayons X de contraste aideront.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est initialement effectué avec des pathologies fonctionnelles de la glande elle-même, dont l'étiologie peut consister en le développement d'une tumeur acineuse, un processus sclérotique, et les névroses et réflexes viscéro-viscéraux d'autres organes affectés du système digestif sont pris en compte, par exemple, avec le développement d'une gastrite.

Le diagnostic final est posé sur la base d'un tableau clinique complet du développement de la maladie, en tenant compte de toutes les procédures de diagnostic et de l'anamnèse lors de l'examen initial du patient.

Méthodes de traitement

Un rôle important dans le traitement de la pathologie est joué par le régime alimentaire du patient, le respect des règles d'un mode de vie sain, dans lequel des facteurs tels que la consommation d'alcool, de produits du tabac et de suralimentation sont complètement absents..

Le schéma thérapeutique dépend entièrement du degré de lésion de l'organe parenchymateux, des symptômes et de l'âge du patient, car même un enfant peut subir le développement de cette pathologie.

Le traitement des processus atrophiques consiste à effectuer un traitement général et à éliminer les facteurs indésirables. Le but du traitement est le suivant:

  • élimination d'un syndrome douloureux, par l'utilisation d'une macropréparation d'un spectre d'action analgésique et antispasmodique, sous forme de No-shpa, Papavérine, etc.,
  • nettoyer le corps des toxines et des toxines nocives grâce à un régime spécial avec le tableau numéro 5,
  • normalisation de l'équilibre hydro-ionique et acido-basique.

Un aspect nécessaire du traitement est l'insulinothérapie, il est nécessaire de corriger la fonctionnalité endocrinienne de la glande.

En outre, les préparations enzymatiques sont prescrites sous forme de pancréatite ou de fête; en tant que thérapie de renforcement générale, il est nécessaire de prendre des micro-préparations, qui comprennent des complexes vitaminiques des groupes B, A, P, PP et des oligo-éléments minéraux.

En l'absence de l'effet souhaité du traitement conservateur et de l'exacerbation de la pathologie, une intervention chirurgicale est prescrite.

Complications possibles

En l'absence de traitement approprié, l'atrophie de la glande peut entraîner le développement d'une pancréatonécrose, caractérisée par la mort des sites glandulaires et le développement ultérieur de complications purulentes, sous forme de septicémie, de phlegmon, d'abcès.

Pronostic et prévention de la maladie

Le pronostic de la pathologie dépend de la durée pendant laquelle les structures tissulaires de la glande ont le temps de s'atrophier pendant la période de progression de la maladie. Même avec une préservation partielle de l'appareil des îlots et de la sécrétion d'insuline, à condition que le traitement de la pathologie soit commencé en temps opportun, l'atrophie peut être guérie et la fonctionnalité de l'organe affecté peut être restaurée au maximum..

Les méthodes préventives sont:

  • dans l'utilisation de remèdes populaires, tels que les décoctions, les thés et les infusions à base d'herbes médicinales qui aident à maintenir la fonctionnalité du pancréas,
  • élimination des mauvaises habitudes sous forme d'alcool et de cigarettes,
  • dans le respect d'un régime, qui consiste en l'utilisation régulière de diverses céréales à partir de gruau de millet, ainsi que de sarrasin, de maïs, etc..,
  • en conformité avec l'activité de la vie.

Il convient également de rappeler que lorsque le premier inconfort dans la région épigastrique apparaît, vous devez immédiatement consulter un médecin afin de réaliser des diagnostics rapides et de prescrire un traitement optimal, qui peut être effectué à domicile dans les premiers stades..

  1. Sarkisov D.S., Savvina T.V. Anatomie pathologique de la pancréatite chronique. Dans le livre "Chronic pancreatitis" ed. M.I.Kuzina, M.V.Danilova, D.F. Blagovidova. M. Medicine, 1985, pp. 29–46.
  2. Khazanov A.I., Vasiliev A.P., Spesivtseva V.N. et coll. Pancréatite chronique, son évolution et ses résultats. M.: Médecine, 2008.
  3. Maev I.V., Kazyulin A.N., Kucheryavyy Yu.A. Pancréatite chronique. M. "Maison d'édition" Medicine ", 2005, p. 504.
  4. Minushkin O.N. Pancréatite chronique: certains aspects de la pathogenèse, du diagnostic et du traitement. Consilium medicum. 2002, n ° 1, p. 23-26.
  5. Lopatkina T.I. Pancréatite chronique. Nouveau journal médical. 1997 N ° 2, p. 7-11.

Atrophie pancréatique: symptômes de changements et traitement, pronostic

Le diagnostic d '«atrophie pancréatique» signifie que le volume de l'organe interne a diminué, ce qui se manifeste par un manque de fonctionnalité exocrine (enzymes digestives) et intrasécrétoire (production d'insuline et de glucagon).

Dans la plupart des images, la pathogenèse est due à la forme chronique de pancréatite, au diabète sucré, à des pathologies somatiques avec épuisement sévère, à une cirrhose du foie et à une circulation sanguine altérée. Parfois, la cause est une tumeur.

Des diagnostics différentiels sont effectués pour faire un diagnostic précis. Prend en compte les résultats de laboratoire qui montrent un manque d'enzymes digestives et une faible concentration d'insuline.

Un examen échographique est obligatoire, ce qui confirme une diminution de la glande, une modification pathologique du parenchyme. La thérapie consiste en la nomination d'un traitement de substitution. Les médicaments enzymatiques, l'insuline, les comprimés pour restaurer la microflore intestinale sont recommandés.

Pathogenèse des modifications atrophiques du pancréas

Les modifications atrophiques du pancréas sont physiologiques lorsqu'elles se développent à la suite du processus de vieillissement naturel du corps. Ils sont accompagnés de maladies débilitantes sévères..

De plus, l'atrophie est le résultat de toute forme de pancréatite chronique, tandis qu'une partie importante du stroma est remplacée par des tissus fibreux, ce qui entraîne une forte augmentation de l'insuffisance endocrinienne et exocrine..

Normalement, le poids d'un organe interne varie de 80 à 90 g. Si des changements anormaux y sont observés, il diminue à 30-40 g et moins. Il y a un changement dans la structure même de l'organe. La maladie se caractérise par l'apparition d'une quantité excessive de tissu conjonctif..

L'atrophie pancréatique se produit pour les raisons suivantes:

  • La survenue d'une dégénérescence graisseuse de l'organe.
  • Complication du diabète sucré.
  • Abus d'alcool, tabagisme.
  • Ulcère duodénal, estomac.
  • Mauvaise nutrition.
  • Pathologies auto-immunes affectant la cavité abdominale.
  • Résection du pancréas.

Une place distincte est occupée par la pancréatite atrophique dans le contexte du diabète sucré. Cette maladie se caractérise par une diminution significative de l'organe jusqu'à 20 g, sa consistance devient plus dense, la surface devient bosselée, la capsule est fusionnée avec les tissus adipeux, les organes voisins.

La lipomatose est également une forme atrophique de maladie pancréatique. Bien que cette maladie soit caractérisée par la taille normale de l'organe ou par son élargissement, la majeure partie est remplacée par du tissu adipeux, dans lequel des segments glandulaires individuels peuvent être tracés. Dans 80% des images avec cette maladie, l'appareil des îlots et la fonction endocrinienne sont préservés.

Le groupe à risque comprend les patients qui ont une prédisposition génétique, une dépendance à l'alcool, un traumatisme abdominal, des maladies infectieuses des organes internes, une cholécystite calculeuse.

Manifestations cliniques de l'atrophie

Niveau de sucre
L'homme
Femme

Entrez votre sucre ou sélectionnez le sexe pour les recommandations

Recherche non trouvée

Indiquez l'âge de l'homme

Recherche non trouvée

Indiquez l'âge de la femme

Recherche non trouvée

Après avoir examiné le diagnostic d'atrophie pancréatique, ce que c'est et ce qui peut atrophier un organe, nous découvrirons quels symptômes indiquent une pathologie. Les symptômes sont dus à l'étiologie du développement d'un processus pathologique dans le corps (altération de l'absorption du glucose, pancréatite chronique, etc.).

Indépendamment de la cause et des facteurs de provocation, tous les patients présentent une insuffisance endocrinienne et exogène. L'insuffisance exocrine s'accompagne d'une diminution de la production d'enzymes digestives, d'électrolytes, qui aident à neutraliser le contenu de l'estomac, contribuant à fournir un environnement normal aux enzymes pancréatiques.

Les patients se plaignent d'un dysfonctionnement du tube digestif, qui se manifeste le plus souvent:

  1. La diarrhée.
  2. Diminution de l'appétit.
  3. Perte de poids.

Le premier symptôme d'insuffisance exocrine est une augmentation de l'excrétion des graisses et des matières fécales. Ce symptôme est détecté dans le contexte d'une diminution de la production de 10% de la valeur normale..

Le patient commence à perdre du poids rapidement. Cela est dû au fait que le processus de digestion des aliments, l'absorption des nutriments dans le tractus gastro-intestinal est perturbé et l'appétit diminue. Si une personne a une pancréatite atrophique chronique, les tests de laboratoire montrent une carence importante en vitamines et minéraux.

L'insuffisance endocrinienne est détectée par un trouble du métabolisme des glucides, qui se déroule comme un syndrome hyperglycémique.

De plus, seulement la moitié des patients se plaignent de symptômes de diabète (mictions fréquentes, bouche sèche, visites fréquentes aux toilettes, etc.).

Diagnostic différentiel

Lors de l'examen d'un patient, un déficit pondéral est diagnostiqué dans 90% des tableaux cliniques. La peau devient plus fine et trop sèche. Des éléments floconneux sont souvent présents. Dans le même temps, la palpation ne permet pas de "ressentir" la diminution de l'organe interne.

Lorsque la pathogenèse est basée sur la survenue d'une pancréatite, puis sur la palpation, le patient se plaint de sensations douloureuses ou d'un inconfort sévère. Les résultats d'un test sanguin biochimique montrent que l'activité des enzymes digestives a diminué.

Le coprogramme aide à identifier la graisse dans les selles (stéatorrhée). En règle générale, plus de 10% de la consommation par jour se trouve dans les selles. Le nombre de fibres musculaires dans les selles augmente considérablement, ce qui est un écart par rapport à la norme.

Dans la plupart des cas, une étude de la concentration de glucose indique une augmentation significative, ce qui nécessite des visites supplémentaires chez des médecins tels qu'un endocrinologue ou un diabétologue..

Autres méthodes de détermination de la maladie:

  • Un examen échographique du pancréas montre une diminution pathologique de l'organe interne. La structure devient dense, l'échogénicité augmente, les contours sont inégaux.
  • L'IRM est recommandée dans les cas où l'échographie n'a pas fourni d'informations complètes et des détails supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les tactiques de traitement optimales.
  • RCP est prescrit pour évaluer l'état des conduits, pour trouver les changements qui accompagnent habituellement la pancréatite chronique. Grâce à cette manipulation médicale, il est possible de diagnostiquer une diminution des canaux pancréatiques, une tortuosité et une inégalité des parois..
  • L'angiographie est nécessaire lorsqu'un professionnel de la santé soupçonne une tumeur. La procédure vous permet de réfuter ou de confirmer l'hypothèse.

Une biopsie du pancréas est obligatoire. Dans une étude en laboratoire d'un échantillon prélevé, le degré de fibrose et de destruction du parenchyme, l'état des éléments glandulaires et les zones qui produisent l'insuline sont évalués.

Cette méthode de diagnostic vous permet d'exprimer le pronostic de la maladie..

Traitement médical de l'atrophie pancréatique

Aux premiers signes de modifications atrophiques du pancréas, un régime est tout d'abord recommandé. Le patient doit réduire sa consommation d'aliments contenant des graisses animales.

Il faut faire attention au manque de substances protéiques dans le corps, au déficit énergétique, pour corriger le manque de vitamines et de minéraux. La nicotine contribuant à perturber la production de bicarbonates dans l'organe interne, les cigarettes doivent être abandonnées.

L'orientation principale du traitement conservateur est la thérapie de remplacement de la fonctionnalité des sécrétions exocrines et intrasécrétoires. Pour compenser ces processus, des médicaments enzymatiques sont recommandés..

Pour obtenir l'effet thérapeutique souhaité, les médicaments doivent être caractérisés par un degré élevé d'activité lipasique et ne doivent pas être détruits par l'action du suc gastrique. Dans ce cas, les comprimés doivent favoriser la libération rapide de substances enzymatiques dans l'intestin grêle, promouvoir activement le processus digestif.

Les microbilles répondent à toutes les exigences décrites. Comme c'est la lipase qui perd son activité le plus rapidement, par conséquent, la correction est effectuée en tenant compte de sa teneur dans le médicament et de l'intensité de la stéatorrhée (teneur en graisse dans les selles).

L'efficacité du traitement recommandé est déterminée par: le degré de réduction de la stéatorrhée et la concentration d'élastase dans les selles. Les préparations enzymatiques aident à atteindre le résultat thérapeutique suivant:

  1. Réduire l'entérite secondaire.
  2. Normaliser la microflore intestinale.
  3. Améliore le métabolisme des glucides.

Pour réduire la gravité des sensations douloureuses, prescrire des médicaments liés aux analgésiques et antispasmodiques. La posologie est déterminée sur une base individuelle, en fonction de l'intensité du syndrome douloureux. Les injections recommandées sont Papaverine, No-shpu, Analgin et d'autres médicaments..

Pour corriger l'insuffisance endocrinienne, l'administration d'insuline est nécessaire. Avec les changements atrophiques, la mort des cellules des îlots n'est pas observée, de sorte que l'hormone est produite, mais à faible concentration. La dose et la fréquence d'utilisation de l'insulinothérapie dépendent de l'évolution de la maladie, de l'étiologie de la maladie, des résultats des tests de glucose quotidiens dans le corps..

Une condition importante est la correction des fonctions digestives, en particulier la normalisation de la microflore intestinale. Par conséquent, des probiotiques et des prébiotiques sont utilisés.

De plus, nous recommandons des préparations contenant des vitamines. Vous devez également compenser la carence en composants minéraux suivants:

  • Magnésium.
  • Zinc.
  • Cuivre.

Les compléments alimentaires peuvent être prescrits sous la forme de plusieurs médicaments ou d'un médicament contenant simultanément les substances nécessaires.

L'intervention chirurgicale est réalisée dans des cliniques spécialisées. La procédure implique la transplantation des îlots de Langerhans, suivie d'une résection du pancréas et d'une thérapie de remplacement enzymatique.

Les modifications atrophiques du pancréas étant la conséquence de pathologies sévères accompagnées de troubles graves de l'état général du patient, un traitement chirurgical est rarement prescrit.

Prévision et prévention

Le pronostic de l'issue de la maladie est basé sur le degré de dommage aux fonctions exocrines et intrasécrétoires. Puisque les cellules des îlots sont partiellement retenues, il y a en conséquence une production d'insuline résiduelle. Par conséquent, un état cétoacidotique est rarement diagnostiqué, mais une forte baisse de la glycémie se développe souvent..

Détermination de la pathogenèse du processus pathologique, élimination de la «source primaire» - la maladie sous-jacente, initiation rapide du traitement - tous ces moments permettent d'obtenir de bons résultats thérapeutiques et un pronostic favorable.

À titre préventif, les avis des patients recommandent d'utiliser des méthodes de médecine traditionnelle. Ils aident à améliorer la fonctionnalité du pancréas, à améliorer la digestion, à prévenir les troubles graves du corps..

Pour la thérapie, des plantes médicinales sont utilisées - aubépine, aneth, menthe poivrée, camomille de pharmacie, etc. La recette suivante aide à soutenir le travail de l'organe: mélangez trois cuillères à soupe de graines d'aneth et la même quantité de menthe, ajoutez 2 cuillères à soupe d'aubépine, une cuillère à soupe de camomille de pharmacie. Versez de l'eau bouillante dessus. Filtrer. Prenez 100 ml quatre fois par jour. La durée du traitement est de deux semaines.

À titre préventif, il est recommandé de respecter les recommandations:

  1. Arrêter de fumer, de boire de l'alcool.
  2. Traitement opportun des maladies chroniques existantes.
  3. Nutrition équilibrée et rationnelle.
  4. Maintenir le niveau d'activité enzymatique requis.
  5. Mener une vie active. Un exercice modéré pour la pancréatite, en particulier le yoga et la marche, sera très bénéfique.

L'atrophie pancréatique est une maladie grave.Par conséquent, si des sensations douloureuses apparaissent dans la région épigastrique, vous devez vous rendre dans un établissement médical. Plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic..

Les fonctions et pathologies du pancréas sont décrites dans la vidéo de cet article..

Atrophie pancréatique

L'atrophie pancréatique est une diminution du volume d'un organe, se manifestant par une insuffisance des fonctions exocrines (production d'enzymes digestives, bicarbonate) et intrasécrétoires (synthèse d'insuline, glucagon). Les causes les plus courantes de pathologie sont la pancréatite chronique, le diabète sucré, les maladies somatiques avec épuisement sévère, ainsi que la cirrhose du foie, une insuffisance sanguine et la compression tumorale. Le diagnostic repose sur des données de laboratoire révélant des carences enzymatiques et de faibles taux d'insuline, une échographie du pancréas et des résultats de biopsie. Le traitement consiste à prescrire un traitement de substitution: préparations enzymatiques, insuline; restauration de la flore intestinale; corriger les carences nutritionnelles.

CIM-10

  • Les raisons
  • Pathologie
  • Symptômes d'atrophie
  • Diagnostique
  • Traitement de l'atrophie pancréatique
    • Activités conservatrices
    • Chirurgie
  • Prévision et prévention
  • Prix ​​des traitements

informations générales

L'atrophie pancréatique est une affection caractérisée par une diminution de la taille d'un organe, un épaississement de sa structure et des fonctions insuffisantes. Ce processus peut se développer à la suite de changements physiologiques liés à l'âge, ainsi que de maladies accompagnées de lésions du parenchyme, d'une compression, d'une altération de l'apport sanguin, avec des maladies débilitantes de longue durée. Dans ce cas, le poids de la glande, qui est normalement d'environ 80-90 g, diminue à 30-40 et moins.

Les raisons

L'atrophie pancréatique peut être physiologique, se développant à la suite des processus naturels de vieillissement du corps. Il accompagne les maladies débilitantes sévères (forme cachectique). De plus, l'atrophie est le résultat de toutes les formes de pancréatite chronique, tandis qu'une partie importante du stroma est remplacée par du tissu fibreux, qui s'accompagne de la progression de l'insuffisance endocrinienne et exocrine.

Un type particulier d'atrophie est la lipomatose, dans laquelle la majeure partie du parenchyme de l'organe est remplacée par du tissu adipeux. Une place distincte est occupée par l'atrophie du pancréas dans le diabète sucré. Les cas plus rares de la maladie en gastro-entérologie comprennent l'atrophie de la glande avec cirrhose du foie, la sclérodermie systémique, la compression de la tumeur, le blocage des canaux excréteurs avec des calculs.

Pathologie

Cette pathologie s'accompagne d'une diminution significative de la taille de la glande - jusqu'à 20-18 g, la consistance est considérablement compactée, la surface de l'organe est tubéreuse, la capsule est épissée avec le tissu adipeux environnant, ainsi que les organes voisins. La structure du pancréas change, caractérisée par un développement excessif du tissu conjonctif, qui peut proliférer autour des lobules (sclérose périlobulaire) ou de manière diffuse (sclérose intralobulaire). Au niveau microscopique, la lésion est caractérisée par une prolifération diffuse de tissu fibreux (sclérose intraacineuse), la mort des cellules du parenchyme glandulaire.

Dans la lipomatose, malgré le fait que cette condition se caractérise par la préservation voire l'augmentation de la taille de l'organe (pseudohypertrophie), la majeure partie est remplacée par du tissu adipeux, dans lequel se trouvent des zones glandulaires séparées. Selon les observations de spécialistes dans le domaine de la gastro-entérologie clinique et de l'endocrinologie, dans la plupart des cas, avec cette pathologie, l'appareil des îlots et la fonction endocrinienne de l'organe restent.

Symptômes d'atrophie

Le tableau clinique de l'atrophie pancréatique est déterminé par la cause de son développement (diabète sucré, pancréatite chronique et autres). Cependant, dans tous les cas, les symptômes caractéristiques sont une insuffisance exocrine et endocrinienne. L'insuffisance exocrine (exocrine) de la glande se caractérise par une production réduite d'enzymes digestives, ainsi que de bicarbonates et d'autres électrolytes, qui neutralisent le contenu de l'estomac, offrant un environnement favorable à l'action des enzymes pancréatiques. Des selles molles, un manque d'appétit, une perte de poids sont des symptômes typiques..

Un symptôme précoce d'insuffisance de la fonction exocrine est la stéatorrhée (augmentation de l'excrétion des graisses dans les selles). Ce symptôme se développe avec une diminution de la sécrétion de 10% de la norme. La perte de poids est due à une digestion altérée des aliments, à l'absorption de substances dans l'intestin, à une perte d'appétit. Avec une pathologie à long terme, des signes de carence en vitamines se développent.

L'insuffisance endocrinienne (intrasécrétoire) se manifeste par des troubles du métabolisme glucidique, évoluant comme un syndrome hyperglycémique. Dans le même temps, les symptômes du diabète sucré ne se développent que chez la moitié des patients. Cela est dû au fait que les cellules productrices d'insuline ont la capacité de mieux survivre en pathologie par rapport aux cellules acineuses. Une carence en insuline, le glucagon se développe. Le patient peut être dérangé par une faiblesse sévère, des étourdissements, une soif.

Diagnostique

Lors de l'examen d'un patient atteint d'atrophie pancréatique, une insuffisance de poids corporel est déterminée. La peau est sèche, squameuse. Avec une diminution de la taille de la glande, elle ne peut pas être palpée. Si la pancréatite est la cause de la maladie, une douleur peut être ressentie lors de la palpation. L'algorithme de diagnostic comprend:

  • Analyses. Lors de la réalisation de tests sanguins biochimiques, une diminution de l'activité des enzymes pancréatiques est déterminée. Les symptômes typiques sont la stéatorrhée (détection dans les selles de plus de 9% de l'apport quotidien en graisses) et la créorrhée (teneur élevée en fibres musculaires dans les selles), détectées au cours du coprogramme. Une augmentation de la glycémie est souvent diagnostiquée, ce qui est la raison de consulter un endocrinologue ou un diabétologue.
  • Techniques d'imagerie. Avec l'échographie du pancréas, une diminution de sa taille, un épaississement de la structure, une augmentation de l'échogénicité et des contours inégaux sont déterminés. Pour une visualisation plus détaillée de l'organe, pour connaître la cause de l'atrophie, une IRM du pancréas est réalisée. Afin d'évaluer l'état du système de canaux, dont les modifications sont caractéristiques de la pancréatite chronique, la RCP est indiquée - cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (examen aux rayons X de contraste). Avec son aide, il est possible de révéler le rétrécissement du canal pancréatique principal, les parois inégales, la tortuosité. Pour exclure les néoplasmes du pancréas, une angiographie est effectuée.
  • Biopsie. La biopsie pancréatique est une méthode de diagnostic importante. Lors de l'étude d'une biopsie, le degré de fibrose et de destruction du parenchyme, le degré d'endommagement des éléments glandulaires, des îlots de Langerhans (zones productrices d'insuline) sont évalués. Dans le cas de la lipomatose, on constate une dégénérescence graisseuse de l'organe. Une biopsie vous permet d'évaluer le pronostic de la maladie.

Traitement de l'atrophie pancréatique

Activités conservatrices

Avec l'atrophie du pancréas, une thérapie diététique est nécessairement prescrite. Les repas doivent être faibles en gras. Une attention suffisante doit être accordée à la carence en protéines-énergie, à la correction de l'hypovitaminose. Une mesure obligatoire est l'arrêt complet du tabagisme, car la nicotine perturbe la production de bicarbonates par le pancréas, ce qui entraîne une augmentation significative de l'acidité du contenu du duodénum..

La principale direction du traitement de cette pathologie est le remplacement de la sécrétion exocrine et endocrine du pancréas. Pour compenser les processus perturbés de la digestion de la cavité, un gastro-entérologue prescrit des préparations enzymatiques. Pour obtenir un effet clinique, les médicaments doivent avoir une activité lipasique élevée, résister à l'action du suc gastrique, assurer la libération rapide d'enzymes dans l'intestin grêle et favoriser activement la digestion de la cavité. Les enzymes sous forme de microgranules répondent à ces exigences.

Comme c'est la lipase de toutes les enzymes du pancréas qui perd le plus rapidement son activité, la correction est effectuée en tenant compte de sa concentration dans la préparation et de la sévérité de la stéatorrhée. L'efficacité du traitement est évaluée par la teneur en élastase dans les selles et le degré de réduction de la stéatorrhée. L'action des préparations enzymatiques vise également à éliminer la douleur, à réduire l'entérite secondaire, à créer les conditions de normalisation de la microbiocénose intestinale, à améliorer le métabolisme des glucides.

La correction de l'insuffisance endocrinienne est réalisée par insulinothérapie. Avec l'atrophie du pancréas, les îlots de Langerhans sont partiellement préservés, de sorte que l'insuline dans le corps est produite, mais en petites quantités. La posologie et le schéma d'administration d'insuline sont déterminés individuellement en fonction de l'évolution de la pathologie, du facteur étiologique, des données de surveillance quotidienne de la glycémie. La nomination de préparations enzymatiques améliore considérablement la fonction du pancréas dans son ensemble et le métabolisme des glucides. Par conséquent, le schéma thérapeutique d'insuline est déterminé en fonction de la posologie et de l'efficacité du traitement enzymatique substitutif..

Une condition importante pour une correction efficace des fonctions digestives est la normalisation de la microbiocénose intestinale, car dans le contexte de l'apport d'enzymes, des conditions favorables sont créées pour la colonisation de la flore pathogène. Des probiotiques, des prébiotiques sont utilisés. La thérapie vitaminique est prescrite par injection, ainsi que des préparations de magnésium, de zinc, de cuivre.

Chirurgie

Le traitement chirurgical de cette pathologie est effectué dans des centres spécialisés. La transplantation des îlots de Langerhans est effectuée, suivie de l'ablation de la glande et d'une thérapie enzymatique de remplacement. Cependant, comme l'atrophie est souvent la conséquence de maladies graves avec une violation prononcée de l'état général du patient, un tel traitement est rarement effectué..

Prévision et prévention

Le pronostic de l'atrophie du pancréas est déterminé par le degré de lésion des structures exocrines et endocrines de l'organe. Puisque l'appareil d'îlots est partiellement préservé, il y a également synthèse d'insuline résiduelle. Compte tenu de cela, l'acidocétose se développe rarement, mais des conditions hypoglycémiques se produisent souvent. Détermination de l'étiologie de la maladie, élimination de la pathologie sous-jacente, initiation rapide du traitement peut donner de bons résultats.

La prévention consiste en un traitement rapide des maladies pouvant provoquer une atrophie du pancréas. En présence de pancréatite chronique, un rejet complet de l'alcool, le respect d'un régime alimentaire et le maintien d'un niveau suffisant d'activité enzymatique de la glande sont nécessaires.