Adénocarcinome intestinal

L'adénocarcinome de l'intestin est une tumeur dans un organe. Le développement de la pathologie commence au niveau des cellules épithéliales-glandulaires, où se forme la membrane muqueuse interne. Un autre nom de la maladie est le cancer glandulaire. Au début du développement, le patient ne ressent pas d'inconfort, n'observe pas de signes cliniques. Le danger réside dans le diagnostic tardif, lorsque le cancer est à son dernier stade inopérable. De plus, pendant la période spécifiée, la thérapie ne donnera pas de résultats..

Les pathologies associées au développement de tumeurs malignes deviennent un cas fréquent dans les statistiques médicales. Un néoplasme peut affecter n'importe quel organe interne. Le cancer est dangereux car au début, le développement de la pathologie ne montre pas de signes externes, ne donne pas de symptômes. En conséquence, le diagnostic de la maladie survient dans les dernières étapes, lorsqu'il est trop tard ou n'a pas de sens pour opérer.

Les raisons

L'atteinte du côlon est un type de cancer colorectal. Aujourd'hui, les médecins ne peuvent pas dire quelle est la raison exacte du développement de la pathologie. Il existe certains facteurs qui provoquent le processus malin du développement du néoplasme:

  • Troubles intestinaux associés à la maladie. Il peut s'agir de polypose, de tumeurs bénignes.
  • Trouble de l'alimentation. La prédominance des aliments gras, épicés et salés dans l'alimentation, une diminution de la quantité d'aliments contenant des fibres.
  • Consommation d'alcool et tabagisme à des doses dépassant les forces réparatrices du corps.
  • Le lieu de travail est associé à un contact régulier avec des produits chimiques, des effets toxiques.
  • L'héritage de genre. Si la famille ou les proches ont souffert d'un cancer, le risque de développer la maladie est élevé.
  • Manque de selles pendant une longue période, présence de calculs fécaux qui peuvent se former à l'intérieur.
  • Le mode de vie implique une assise constante, ce qui provoque des moments stagnants dans les intestins.

La transformation d'une tumeur bénigne en cancer se produit rapidement en raison d'un apport insuffisant de sang et d'oxygène aux cellules endommagées. D'autres facteurs peuvent également influencer..

Symptômes

Le danger du cancer réside dans l'impossibilité d'un diagnostic précoce. L'adénocarcinome ne faisait pas exception. La détection d'une maladie se fait par hasard, lors du diagnostic d'un autre trouble.

La progression de la maladie conduit au développement d'une tumeur. Une personne ressent physiquement douloureusement la présence de l'éducation. Un processus inflammatoire se produit dans les ganglions lymphatiques, provoquant une augmentation des organes.

Au troisième stade, la tumeur se développe tellement que les organes voisins sont touchés. Les métastases se propagent aux tissus sains. Symptômes:

  • Douleur dans l'abdomen caractérisée par des contractions.
  • Selles douloureuses.
  • Les périodes de diarrhée alternent avec des périodes de constipation, de ballonnements et de gaz.
  • Perte de poids rapide, le patient refuse de manger.
  • Une augmentation de la température de 37 à 40 et plus est possible.
  • La matière fécale contient du sang, éventuellement du pus.
  • Nausées, vomissements, provoqués par chaque repas.

Les symptômes de la maladie en fonction de l'emplacement

La défaite de divers organes, provoquée par le développement d'une formation maligne, s'accompagne de signes cliniques différents des autres. Types de tumeurs existants:

  • Lésion de l'œsophage. Le patient ne peut pas avaler ou souffre de dysphagie. Souvent, le processus de déglutition s'accompagne de sensations douloureuses - odonophagie. En raison d'une augmentation de la taille de la formation, le canal œsophagien se rétrécit, la salive est libérée en abondance.
  • Néoplasme dans le foie. En règle générale, c'est la douleur à droite. Lorsque la tumeur grossit, les canaux sont bloqués. La bile cesse de partir, s'accumulant dans l'organe, ce qui affecte négativement le travail du duodénum. Les premiers symptômes de la jaunisse apparaissent: le blanc des yeux acquiert une couleur caractéristique. Le liquide s'accumule dans la cavité abdominale, une ascite se développe.
  • Adénocarcinome des reins. Lors du diagnostic, un organe agrandi sera visible à l'écran. Dans ce cas, le patient se plaint de douleurs dans la région lombaire. Dans l'urine, des taches de sang sont observées. Le corps entier du patient commence à gonfler. Pour prolonger la vie, le patient reçoit une dialyse.
  • Gonflement de la vessie. Il s'agit d'une douleur constante dans la région pubienne, le bas du dos. Plus le néoplasme devient gros, moins l'urine passe dans le canal urétéral. En médecine, ce processus est appelé dysurie. Les jambes gonflent, un dysfonctionnement des ganglions lymphatiques se produit.
  • Dommages intestinaux. Ici, une tumeur se distingue dans le côlon transverse, sigmoïde, aveugle, rectum et d'autres parties de l'organe..

Les étapes de développement

La maladie se développe progressivement ascendante. Les étapes sont accompagnées d'un signe clinique:

  • Zéro étape. A ce stade, les cellules tumorales restent à l'intérieur de l'organe, dans le polype, sans affecter la couche épithéliale..
  • Étape 1. Le néoplasme mesure 2 centimètres.
  • Étape 2. La tumeur grandit. Dans ce cas, la propagation des métastases aux ganglions lymphatiques situés à proximité.
  • Étape 3. Le néoplasme augmente en taille. La tumeur est capable d'affecter les parois de l'organe en traversant toute l'épaisseur. Les métastases se propagent aux organes voisins, affectant les tissus sains.
  • Étape 4. Les métastases pénètrent profondément dans le corps. Le système lymphatique fonctionne mal.

Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic d'adénocarcinome au stade terminal, le taux de survie est de 2%.

Types d'adénocarcinome

La base de la croissance du néoplasme est l'épithélium des parois internes de l'intestin, où sont produits la sécrétion, le mucus, les hormones et les enzymes. Souvent, lors de l'histologie de la cellule qui compose la formation et de la cellule qui compose le tissu de l'organe, une similitude est constatée. Ainsi, les médecins parviennent à déterminer où se trouve la source de la maladie. Lorsque les cellules tumorales diffèrent du tissu qui est devenu la base de la croissance, le diagnostic de l'organe affecté devient difficile..

La similitude ou la différence entre les tissus cancéreux et les cellules de l'organe affecté est déterminée par différenciation. Plus l'indicateur est élevé, plus le pronostic est positif pour le patient. En conséquence, un niveau bas indique une métastase précoce..

  • Tumeur hautement différenciée. Dans ce cas, la maladie forme des cellules identiques aux cellules matures qui forment les glandes et les muqueuses. La formation d'une tumeur tubulaire est notée, lorsque des tubes apparaissent dans les tissus, similaires aux conduits des glandes. Il y a une taille accrue du noyau des cellules affectées. Le type de maladie spécifié passe presque sans complications..
  • Éducation modérément différenciée. Adénocarcinome de nature maligne. À la suite du développement, des cellules apparaissent de formes et de tailles différentes. Dans ce cas, une division et une croissance non-stop des tissus affectés se produisent. L'épithélium cesse d'être ordonné. La cellule est dans un état instable, sous l'influence de facteurs négatifs elle peut changer. Des métastases se forment.
  • Adénocarcinome mal différencié. Cancer de la glande avec un pronostic négatif. Il n'y a pas de maturation complète, les cellules sont en division constante, la taille de la tumeur augmente. Un faible taux de différenciation indique que le tissu malin est séparé de la formation et est transporté dans tout le corps en pénétrant dans les vaisseaux sanguins et les ganglions lymphatiques. Les métastases se forment à un stade précoce. Pratiquement résistant à la thérapie.

Prédictions des patients

Le résultat du traitement, le pronostic du développement de la maladie et la durée de vie d'une personne lorsque la maladie est diagnostiquée dépendent du stade du cancer, du type de tumeur et de la mesure dans laquelle le corps est affecté par les métastases..

Lorsque l'adénocarcinome a une apparence très différenciée, le patient a toutes les chances d'être guéri. Le taux de survie est de 90%.

Avec une tumeur modérément différenciée, le nombre de patients guéris du cancer est de 50 pour cent, à condition que le cancer détecté soit à un stade précoce.

Avec une forme peu différenciée, le taux de survie est de 10 à 15% des patients.

Traitement

Les mesures thérapeutiques pour lutter contre l'adénocarcinome dépendent des résultats de l'examen. Le traitement de la maladie est effectué à l'aide de diverses méthodes. La thérapie complexe, y compris la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie, montre des résultats positifs. Le diagnostic détermine la technique à appliquer et la durée du traitement.

Intervention chirurgicale

Lorsqu'une tumeur cancéreuse est détectée, la chirurgie est considérée comme la principale méthode de lutte. À la suite d'une intervention chirurgicale, une partie de l'organe est enlevée ou complètement retirée. Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic d'adénocarcinome du caecum, la zone touchée est réséquée avec les ganglions lymphatiques voisins. Si le patient a un cancer rectal, le côlon et la sortie anale doivent être retirés.

Après l'opération, le patient entame une période de récupération. Pendant ce temps, des procédures de physiothérapie et des médicaments sont prescrits. Une approche intégrée favorise une récupération précoce dans la période postopératoire. S'il y a des contre-indications à l'opération, d'autres méthodes sont utilisées.

Chimiothérapie

Avec l'adénocarcinome, vous pouvez vous passer de la chirurgie. En règle générale, la chimiothérapie est administrée lorsque les métastases se propagent dans le corps. En outre, cette méthode peut prolonger considérablement la vie du patient dans les derniers stades de la maladie.

La chimiothérapie implique l'introduction de médicaments spéciaux dans la tumeur, visant à réduire la viabilité des cellules cancéreuses.

Radiothérapie

Pour les patients des centres de cancérologie, l'exposition aux radiations aide à réduire la douleur qui survient après la chirurgie.

Souvent, la radiothérapie est le principal moyen de lutter contre l'adénocarcinome. Cela se produit lorsque le patient est contre-indiqué pour la résection de l'organe affecté..

Le plus souvent, la radiothérapie fait partie d'un traitement complet, vous permettant de réduire la propagation des métastases dans le corps. Aide également à réduire le risque de réactions récurrentes..

Des moyens innovants de combattre

Une forme bénigne de néoplasme malin peut être traitée avec des méthodes modernes:

  • Les opérations sont effectuées à l'aide d'un laparoscope. Dans le même temps, le risque de développer des complications postopératoires est réduit du fait que la peau n'est pratiquement pas affectée.
  • Radiothérapie ciblée. Dans ce cas, des préparations chimiques sont injectées à certains points de la concentration la plus élevée de cellules cancéreuses..
  • Tomothérapie. CT et scanner 3D sont utilisés. Les appareils aident à contrôler la zone qui a subi une dissection, à limiter la zone excisée.

Adénocarcinome du côlon: pronostic de survie, traitement, symptômes

Une maladie très grave difficile à diagnostiquer aux stades 1 et 2. Plus fréquent chez la moitié masculine de la population que chez la femme. Il se développe à partir des cellules épithéliales de la couche supérieure des parois intestinales. Comme pour la plupart des cancers, les personnes de plus de 55 ans sont plus susceptibles de contracter cette maladie. A un taux de mortalité élevé dans les derniers stades: 3 et 4.

L'adénocarcinome du gros, petit côlon a un taux de développement élevé et des cas fréquents de métastases rapides, même aux premiers stades. Le néoplasme se transforme rapidement en un degré agressif, métastase aux ganglions lymphatiques les plus proches et se développe dans les tissus et organes les plus proches.

  1. Raisons de développement
  2. Symptômes
  3. Variétés et classification
  4. Très différencié
  5. Modérément différencié
  6. Faible différencié
  7. Indifférencié
  8. Étapes
  9. Mucinase
  10. Tubulaire
  11. Métastases
  12. Examen et diagnostic
  13. Thérapie
  14. Effets
  15. Nutrition
  16. Interdit
  17. Permis
  18. Pronostic et survie
  19. La prévention

Raisons de développement

REMARQUE! Vous devez comprendre que la cause exacte à cent pour cent du carcinome n'est pas encore connue, tant pour les scientifiques que pour les médecins. Tous les facteurs suivants ne font qu'augmenter les chances d'occurrence, et les paramètres eux-mêmes sont tirés des statistiques des cas.

  • Mode de vie sédentaire et manque de sport.
  • Mauvaise alimentation. Une abondance d'aliments gras, frits, épicés et des aliments riches en cancérogènes.
  • Maladies gastro-intestinales concomitantes: polypose; ulcère; diverticulite; inflammation.
  • Une forte consommation d'alcool.
  • Cigarettes et autres produits du tabac.
  • Constipation fréquente et problèmes digestifs.
  • Génétique - si des parents proches avaient également une maladie dans la famille, le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.
  • Impact physique direct dans les formes non traditionnelles de rapports sexuels.

Malheureusement, même une personne en parfaite santé a une chance de tomber malade, mais elle est toujours inférieure à celle des personnes exposées quotidiennement aux facteurs ci-dessus..

Symptômes

Habituellement, aux premiers stades, un patient qui a déjà des formes avancées de maladies gastro-intestinales supplémentaires ne fait pas attention au renforcement de certains symptômes.

  • Sang dans les selles.
  • Douleurs abdominales sévères et aiguës.
  • Vomissement.
  • Température sous-fébrale, sans symptômes d'infections virales respiratoires aiguës et autres rhumes.
  • La nausée.
  • Fatigue constante.
  • La diarrhée.
  • Perte de poids rapide sans régime ni activités sportives.
  • Constipation suivie de diarrhée.
  • Brûlures d'estomac.

Dans le processus de développement d'un cancer, les signes augmenteront. Et avec des métastases aux organes voisins et des lésions des ganglions lymphatiques, d'autres symptômes peuvent apparaître..

Variétés et classification

Le type de tumeur diffère dans la structure des cellules et dans quelle mesure les cancers diffèrent des cellules saines. Le taux de développement de la maladie en dépend, ainsi que la stratégie que l'oncologue choisit pour le traitement..

REMARQUE! Le degré de différenciation montre à quel point une cellule cancéreuse diffère d'une cellule saine.

Très différencié

  • Les cellules tumorales ont presque la même structure que les cellules saines.
  • Noyaux élargis.
  • Le taux de croissance est faible.
  • Il y a agression des cellules et des tissus les plus proches seulement à 4 étapes.
  • Dans les premières étapes, nous pouvons guérir.

Modérément différencié

  • A déjà une vitesse plus élevée par rapport à la forme hautement différenciée.
  • Selon l'examen histologique, les cellules sont d'un ordre de grandeur plus différent des cellules saines..
  • Il est invasif - il affecte les tissus et les ganglions lymphatiques voisins.

Faible différencié

Dans 80% des cas, l'adénocarcinome du gros intestin a exactement cette forme. Pour cette raison, la maladie se développe rapidement et se transforme rapidement en une forme invasive avec des métastases. Dans le même temps, dans les premiers couples, il ne présente pratiquement aucun symptôme et est mal diagnostiqué.

Indifférencié

  • Cellules atypiques qui ne ressemblent pas à des cellules saines dans la structure.
  • La forme la plus dangereuse et la plus agressive, caractérisée par une croissance rapide infiltrante.
  • Dans les premiers stades, il peut métastaser et affecter abondamment les organes et les parois les plus proches de la cavité abdominale.

Étapes

chambreLa description
1Le néoplasme est de petite taille jusqu'à 2 cm et est situé dans la couche de tissu épithélial.
2La tumeur commence à infecter les tissus voisins les plus proches. Taille 2-3 cm.
3Le néoplasme est déjà saillant et bloque partiellement le canal intestinal. Les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés.
4Le cancer progresse jusqu'au stade de la métastase. Peut infecter et envahir les zones saines adjacentes de l'intestin.

Mucinase

  • Se produit dans 5% des cas.
  • Le néoplasme se développe à partir de cellules kystiques, en raison desquelles la tumeur a un écoulement muqueux.
  • Rechutes fréquentes.

Tubulaire

  • Des symptômes clairs apparaissent à 3-4 stades.
  • Il est difficile à traiter et présente un taux de mortalité élevé.

Métastases

Les métastases surviennent généralement aux stades 3 ou 4. Mais comme il a été écrit plus tôt, cela dépend aussi de la variété et de la différenciation. Une tumeur peut se propager de plusieurs manières:

  • À travers les vaisseaux sanguins avec circulation sanguine;
  • Par le système lymphatique;
  • Invasive - lorsqu'une tumeur envahit les tissus voisins ou même les organes.

La métastase peut être à 1 ou 2 stades, si les cellules cancéreuses ont une forme de structure faiblement ou indifférenciée. Ensuite, cette oncologie est plus agressive même dans les premiers couples..

Examen et diagnostic

  1. Tout d'abord, le médecin examine visuellement l'abdomen et les ganglions lymphatiques.
  2. Un test de sang et de matières fécales est envoyé au laboratoire. S'il y a des caillots sanguins dans les selles et qu'il y a également de fortes déviations dans le test sanguin biochimique et général, le médecin procédera à un examen détaillé des intestins.
  3. La radiographie pourra montrer un néoplasme à 3-4 stades.
  4. L'examen endoscopique rectal révèle une localisation précise. Le médecin prélèvera également un morceau de tissu pour une biopsie..
  5. Une biopsie permet de voir le degré de différenciation, ainsi que de déterminer à quel point le néoplasme est malin.
  6. La tomodensitométrie et l'IRM sont une étude supplémentaire plus précise pour identifier le degré d'invasion et de dommages aux tissus et organes voisins.

Thérapie

Le type de traitement dépend de plusieurs facteurs:

  • Étape;
  • Dommages aux organes, tissus et système lymphatique voisins;
  • L'âge du patient;
  • Le degré de différenciation et la nature des cellules cancéreuses;
  • Maladies concomitantes, allergies, qui peuvent aggraver l'état du patient pendant le traitement.

Après un examen approfondi, l'oncologue développe une stratégie spécifique dans la lutte contre la maladie.

  1. Radiothérapie - la radiothérapie est effectuée avant et après la chirurgie. Peut être le principal type de traitement dans les dernières étapes. Permet de réduire le taux de croissance tumorale et son agressivité.
  2. Chimiothérapie - on utilise des poisons spéciaux auxquels les cellules cancéreuses atypiques sont plus sensibles. Une mesure efficace avec de nombreux effets secondaires. Dirigé par des cours.
  3. Intervention chirurgicale - la zone touchée et tous les ganglions lymphatiques locaux sont enlevés. En cas d'obstruction intestinale, une colostomie peut être pratiquée pour éliminer les matières fécales.
  1. Immunothérapie - pour augmenter l'immunité du patient, des médicaments spéciaux sont utilisés. Dans ce cas, le corps lui-même commence à lutter contre les cellules cancéreuses..

En outre, le patient doit maintenir un régime alimentaire strict afin d'améliorer l'état du corps et de réduire la charge sur le tractus gastro-intestinal..

Effets

Il arrive souvent qu'un patient décède non pas d'une tumeur, mais des complications qu'elle provoque.

  • La tumeur bloque le canal intestinal et il est plus difficile pour le patient de se soulager.
  • Les matières fécales prennent la forme d'un ruban.
  • Blocage complet. Dans ce cas, une colostomie est placée, sinon les matières fécales s'accumuleront abondamment, le contenu sera absorbé, ce qui entraînera une augmentation de l'intoxication.
  • Le néoplasme perturbe l'intégrité des vaisseaux d'alimentation et, par conséquent, des saignements se produisent..
  • Péritonite.
  • Intussusception d'une paroi intestinale dans voisine.
  • Accumulation de liquide dans l'abdomen.

Nutrition

  • Réduisez l'intoxication;
  • Donnez tous les oligo-éléments, vitamines et minéraux nécessaires;
  • Améliorer le métabolisme;
  • Renforce l'immunité.

REMARQUE! Tous les aliments ne doivent pas être froids ou chauds, mais à peine chauds. Il doit également être finement broyé dans un mélangeur pour réduire la charge sur les intestins et améliorer l'absorption de tous les nutriments..

Interdit

  • Frit;
  • Fortement salé;
  • Produits contenant des conservateurs et des colorants;
  • De l'alcool;
  • Les produits laitiers;
  • Pain au levain;
  • Tranchant;
  • Des noisettes;
  • Pois et autres légumineuses.

Permis

  • Légumes verts;
  • Tomates;
  • Bananes;
  • Les pêches;
  • Bouillie;
  • Viande maigre diététique;
  • Une poule;
  • Prunes;
  • Citrouille.

Pronostic et survie

En règle générale, le taux de survie à cinq ans a un pourcentage élevé au stade initial, lorsque la tumeur est petite et qu'il n'y a pas de métastases. À des stades ultérieurs, la tumeur affecte déjà une zone importante de l'organe et peut germer, affectant les parois de l'intestin et les organes voisins.

Taux de survie à 5 ans:

  • 1 degré - 90%;
  • 2 degrés - 70%;
  • 3 degrés - 35%;
  • 4 degrés - 3-10%.

Il est nécessaire de prendre en compte la différenciation du cancer. Et plus il est bas, plus le taux de croissance de la tumeur est rapide, plus l'invasion est forte et il y a un risque de métastases précoces. La mortalité augmente généralement avec l'âge du patient. Dans ce cas, le corps souffre généralement déjà d'un certain nombre d'autres maladies graves du tractus gastro-intestinal et du système cardiovasculaire..

La prévention

Pour les personnes à risque (dont les proches étaient atteints de cette maladie), vous devez être régulièrement examiné:

  • Tous les six mois, faire un don de matières fécales et de sang pour des études de laboratoire d'analyse biochimique et générale.
  • Radiographie de l'abdomen - une fois par an.
  • Faites-vous examiner par un médecin.
  • Surveillez vos sentiments. Il faut se rappeler que dans les premiers stades, le cancer se comporte calmement et pacifiquement, vous devez donc être sur le qui-vive.

Pour réduire le risque, vous devez suivre les règles habituelles:

  1. Éliminer le tabagisme et l'alcool;
  2. Menez une vie active;
  3. Essayez de manger plus de fruits et de légumes. Moins frit, gras et sucré.

Après la chirurgie, pour éliminer la formation, vous devez agir selon les recommandations de l'oncologue. N'oubliez pas le régime alimentaire et respectez-le strictement pour le reste de votre vie. Passez régulièrement des examens et des tests.

Maladies oncologiques

L'adénocarcinome du côlon se caractérise par un diagnostic tardif et un état grave du patient. Cette maladie a un taux de mortalité élevé, il est donc si important de diagnostiquer la maladie à un stade précoce de son développement..

L'adénocarcinome du gros intestin est un cancer des fibres épithélio-glandulaires et forme la base de la surface de la muqueuse intestinale. La partie principale de toutes les maladies oncologiques est le cancer du côlon glandulaire qui occupe 80%, alors que c'est la membrane muqueuse du gros intestin qui est touchée. L'adénocarcinome du côlon chez l'homme occupe la troisième place, chez la femme la quatrième, après le cancer des poumons, de l'estomac et du sein. Le plus souvent, les gens sont touchés par la maladie après 50 ans. L'adénocarcinome de la membrane muqueuse est assez difficile à diagnostiquer en raison de son évolution asymptomatique et non spécifique, la maladie a donc un taux de mortalité élevé.

Le cancer du côlon peut apparaître même chez une personne en parfaite santé, une telle oncologie prend la vie d'une personne dans les 12 mois. Le cancer colorectal est dangereux car dans la plupart des cas, il métastase aux ganglions lymphatiques voisins. Après cela, le cancer intestinal propage des métastases dans l'utérus, le foie, la vessie et peut également affecter le tissu osseux. Très souvent, l'adénocarcinome entraîne un certain nombre de complications.Par conséquent, un traitement rapide est très important en oncologie intestinale..

Les causes de l'adénocarcinome du gros intestin

Après un certain nombre de cas et d'examens, il a été révélé que la survenue d'un cancer du côlon seulement dans de rares cas est associée à une mutation génétique, les principales causes d'adénocarcinome du côlon sont des facteurs héréditaires et externes.

Les causes du cancer colorectal sont les suivantes:

  • facteur génétique. Le groupe à risque comprend les personnes dont les parents par le sang ont déjà souffert de cette maladie;
  • en présence de maladies chroniques du côlon: fistules, fissures du rectum, hémorroïdes, polypes du côlon. Avec l'évolution de la maladie pendant 5 ans, une personne est exposée au développement d'un cancer dans 5%, avec une longue évolution de la maladie pendant plus de 15 ans, le risque augmente à 30%;
  • La maladie de Crohn;
  • plus de 50 ans;
  • être constant dans des situations stressantes;
  • constipation persistante;
  • prendre certains médicaments;
  • virus du papillome humain (HPV).
  • une mauvaise nutrition. Le groupe à risque comprend les personnes qui consomment quotidiennement des aliments gras, sucrés et riches, alors qu'il n'y a pratiquement pas de légumes, de fruits et de fibres;
  • travail associé à un contact prolongé avec des substances nocives;
  • mode de vie passif, surpoids;
  • abus d'alcool et tabagisme.

La présence d'un ou plusieurs facteurs peut conduire au développement d'un cancer du côlon, il est donc tout d'abord nécessaire d'éradiquer les causes profondes.

Classification des adénocarcinomes du côlon

La maladie a une classification, les types d'adénocarcinome diffèrent entre les cellules cancéreuses et normales. Selon l'examen histologique, les fibres tumorales, qui ont été prélevées lors d'une biopsie, sont divisées en types suivants:

  • tumeur hautement différenciée;
  • adénocarcinome modérément différencié du côlon;
  • adénocarcinome de bas grade du côlon;
  • mucineux;
  • adénocarcinome à cellules sombres du côlon;
  • tabulaire.
  • Toutes ces espèces diffèrent par le degré de progression et le taux de développement..

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié est moins dangereux que les autres types, car le nombre de cellules cancéreuses est minime. Les cellules cancéreuses diffèrent des cellules saines par la taille des noyaux, qui sont légèrement agrandis. Mais comme ils sont similaires, ils continuent de remplir leur fonction. L'adénocarcinome de bas grade se caractérise par une issue favorable. Lors de l'examen, une augmentation de leur nombre n'est pas détectée et il n'y a pas de métastase aux organes voisins.

Adénocarcinome du côlon modérément différencié

L'adénocarcinome modérément différencié se présente sous une forme plus sévère et occupe la 4ème place parmi les formations tumorales. Les cellules cancéreuses prolifèrent dans tout l'intestin, entraînant une obstruction. Il n'est pas rare qu'une grosse tumeur rompe la paroi intestinale, ce qui entraîne l'ouverture d'un saignement interne. En outre, le processus cancéreux peut affecter l'apparition de fistules entre les organes, ce qui conduit à une péritonite - cette circonstance aggrave l'évolution de la maladie et, par conséquent, une récupération supplémentaire..
L'adénocarcinome du côlon modérément différencié nécessite un traitement immédiat, car cette forme présente un risque élevé de transition vers une forme mal différenciée, qui à son tour est la plus agressive..

Adénocarcinome du côlon mal différencié

L'adénocarcinome de bas grade est diagnostiqué chez un patient sur cinq et se caractérise par le plus haut degré de malignité. Les cellules cancéreuses de cette forme ont une croissance rapide et se propagent aux organes et tissus voisins, et la maladie peut être diagnostiquée à un stade précoce. Une tumeur de ce type n'a pas de limites claires et les métastases se produisent 3 fois plus vite et plus souvent, contrairement à un autre type d'adénocarcinome. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, elle peut occuper de grandes zones de l'intestin et se propager à d'autres organes. Ce type dans 90% des traitements ne se prête pas au traitement et le pronostic chez ces patients, hélas, est défavorable. Pour soulager les symptômes, les médecins ne prescrivent que des médicaments symptomatiques qui aident à éliminer partiellement la douleur..

Adénocarcinome tubulaire du côlon

Une tumeur tubulaire peut ne pas être diagnostiquée pendant une longue période. Cela se produit en raison de symptômes peu brillants ou très faibles, qui s'intensifient avec la progression de la maladie. Dans les stades ultérieurs, ce type de tumeur peut provoquer des saignements. Fondamentalement, la maladie est découverte par hasard lors d'un examen aux rayons X. L'adénocarcinome tubulaire du côlon a des cellules cancéreuses sous la forme d'un cylindre ou d'un cube. Ce type de cancer est difficile à guérir et ses résultats sont médiocres..

Adénocarcinome mucineux du côlon

Une tumeur mucineuse est un type rare de tumeur endométriale. La tumeur contient des cellules kystiques qui produisent de la mucine (mucus). Ce mucus est le principal constituant de la tumeur et peut se former dans n'importe quel organe. Elle est caractérisée par des métastases aux ganglions lymphatiques voisins. Ce type est dangereux avec des rechutes fréquentes.

Le tableau clinique de la maladie

L'adénocarcinome du côlon au stade initial de développement ne présente aucune manifestation clinique, de sorte que les symptômes sont faibles ou absents. Le plus souvent, le cancer est la conséquence d'une maladie chronique existante du gros intestin, par conséquent, la manifestation d'un adénocarcinome est d'abord perçue par le patient comme une exacerbation. Les symptômes peuvent consister en un complexe de manifestations, dont chacune n'est pas une preuve directe du cancer du côlon.

Les principaux symptômes de l'adénocarcinome du côlon sont:

  • douleur abdominale;
  • perte d'appétit;
  • la nausée;
  • la faiblesse;
  • la diarrhée;
  • ballonnements;
  • la présence de sang dans les selles;
  • une forte diminution du poids;
  • augmentation de la température corporelle.

Tous ces symptômes ne sont pas graves. Mais à mesure que le cancer se développe et se développe, des symptômes plus prononcés apparaissent: des douleurs abdominales sévères, une lourdeur, des brûlures d'estomac, parfois des vomissements, des écoulements purulents peuvent apparaître dans les selles - tous les symptômes d'une intoxication sévère du corps.

Étapes de la propagation de l'adénocarcinome du côlon

Stades de l'adénocarcinome:

  1. Première étape. La muqueuse intestinale et la sous-muqueuse sont affectées, en raison de symptômes bénins, il est difficile de diagnostiquer.
  2. Deuxième étape. Les cellules cancéreuses envahissent le tissu musculaire de l'intestin et font saillie à l'intérieur. Les cellules cancéreuses n'affectent pas les organes et les ganglions lymphatiques voisins. À ce stade, le patient commence à souffrir de constipation, du mucus et du sang apparaissent.
  3. Troisième étape. Une tumeur cancéreuse se développe à travers la paroi intestinale. La tumeur propage des métastases aux ganglions lymphatiques voisins. A ce stade, le patient souffre de fortes douleurs..
  4. Quatrième étape. La tumeur est de taille colossale et se développe dans les organes et les ganglions lymphatiques voisins.

L'intervalle de temps entre les stades de la maladie peut être de 12 mois.

Diagnostic de la maladie

Un certain nombre d'études sont utilisées pour détecter l'adénocarcinome du côlon:

  • entretien avec le patient;
  • collection d'anamnèse;
  • examen numérique: examen de la section terminale du côlon;
  • analyse d'urine générale;
  • test sanguin général, sang pour les marqueurs tumoraux;
  • analyse des matières fécales pour le sang occulte;
  • coloscopie;
  • biopsie des tissus tumoraux;
  • l'irrigoscopie;
  • sigmoïdoscopie;
  • IRM;
  • Ultrason.

En cas de suspicion de cancer du côlon, le médecin envoie d'abord le patient pour des tests, puis procède à une échographie et à une radiographie de contraste, et seulement une fois toutes les procédures de diagnostic et de laboratoire terminées, il établit un diagnostic final..

Traitement de l'adénocarcinome du côlon

Le choix de l'une ou l'autre méthode de traitement de l'adénocarcinome du côlon dépend du stade de développement de la maladie.

Les types de traitement suivants sont distingués:

  1. Méthode chirurgicale. L'opération d'adénocarcinome du côlon est réalisée par la méthode d'élimination de la tumeur. Le type d'intervention chirurgicale dépend de l'emplacement de la tumeur, de sa taille et de son stade de propagation. Les petites tumeurs sont entièrement éliminées. La capacité fonctionnelle de l'intestin n'est pas altérée. Pour les grandes formations tumorales qui pénètrent dans l'intestin, une colectomie est utilisée. Une colectomie est une ablation importante d'une partie du tube digestif. Après avoir retiré une partie de l'intestin, les médecins créent une colostomie - il s'agit d'un débouché auquel un sac de colostomie est attaché. Laparoscopie - ablation d'une tumeur oncologique sans ouvrir la cavité abdominale. Ce type de chirurgie est le plus sûr. Grâce à la laparoscopie, la récupération des patients est plus rapide, car l'opération est réalisée à l'aide de plusieurs ponctions dans la cavité abdominale. En plus de la tumeur elle-même, les ganglions lymphatiques voisins sont retirés. Quelques jours avant l'opération, le patient doit suivre un régime sans laitier, des laxatifs et un lavement nettoyant sont également prescrits. Pendant l'opération, le tissu cancéreux n'est pas touché en raison du risque de propagation des cellules cancéreuses. Les vaisseaux sanguins sont clampés puis la partie affectée de l'intestin est retirée.
  2. Chimiothérapie. La chimiothérapie pour l'adénocarcinome du côlon est réalisée comme une lutte complexe contre le cancer. C'est, pour ainsi dire, une méthode de traitement auxiliaire. Ils utilisent des médicaments tels que: Leucovorin, Raltitrexid, Fluorouracil, Capecitabine, etc. Les fonds listés peuvent être utilisés en combinaison. Les médicaments cytostatiques sont utilisés pour combattre les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est le plus souvent réalisée en conjonction avec une intervention chirurgicale. La chimiothérapie avant la chirurgie peut arrêter la propagation des cellules cancéreuses, et après la chirurgie, elle aide à éviter la récidive.
  3. Radiothérapie. Le traitement de l'adénocarcinome par rayonnement aide à réduire la propagation du cancer et à arrêter les métastases. Cette méthode est rarement utilisée, car le côlon change de position à chaque fois que le patient bouge. Kkishka est fixé de manière rigide et la zone touchée est irradiée. Ce traitement est effectué à la fois avant et après l'opération. L'irradiation est également réalisée avec des tumeurs de grande taille, lorsque la chirurgie n'est pas pratique. La chirurgie de l'adénocarcinome ne peut pas toujours être effectuée, car la zone et l'épaisseur de la germination peuvent ne pas le permettre. Le traitement du cancer du côlon doit être effectué par d'autres moyens: prescription de médicaments et radiothérapie. Les métastases aux ganglions lymphatiques et aux organes voisins aideront à arrêter l'exposition aux radiations.

Traitement des remèdes populaires pour l'adénocarcinome du côlon

Une thérapie alternative pour le cancer de l'intestin est utilisée comme thérapie d'appoint. Avant de commencer l'utilisation d'une thérapie alternative, vous devez consulter votre médecin.

  1. 1 cuillère à soupe de racine de calamus, 3 cuillères à soupe et demie de couleur pomme de terre, 1,5 cuillère à soupe de fleurs de calendula et 4 cuillères à soupe de racine d'absinthe - mélangez. Versez de l'eau bouillante sur le mélange et laissez reposer 5 à 6 heures. Filtrer la perfusion obtenue et prendre 100 ml avant les repas..
  2. Le nettoyage est largement utilisé pour les lésions tumorales. Il est nécessaire de prendre de l'eau purifiée et du sulfate de cuivre dans un rapport de 2 litres d'eau pour 100 ml. vitriol. Le traitement ne doit pas durer plus de 14 jours.
  3. 1 cuillère à soupe. versez une cuillerée de chélidoine avec 1 verre d'eau bouillante. Insistez pendant 20 à 30 minutes. Filtrer le bouillon et prendre 1 cuillère à soupe. cuillère 2-3 fois par jour.

Métastases d'adénocarcinome du côlon

Les métastases dans l'adénocarcinome du côlon affectent d'autres organes et ganglions lymphatiques. Les cellules cancéreuses se propagent de plusieurs manières. Le premier est par la voie lymphogène et hématogène, qui est observée chez 10% des patients, le second est lorsque la tumeur se développe dans les tissus et organes adjacents, ce qui représente 60% de tous les cas. Le plus souvent, les métastases se trouvent chez les personnes aux stades 3 et 4 du cancer..

Mais, il convient de noter que le cancer est dangereux non seulement par les métastases, mais aussi par les manifestations, les saignements et la décomposition du cancer. Une lésion infectieuse entraîne la formation d'un abcès et une perforation supplémentaire de la zone nécrotique du néoplasme. 40% des patients souffrent d'une obstruction partielle ou complète, qui affecte également négativement le système urinaire.

Exemple de menu et régime pour le cancer du côlon glandulaire

Une nutrition et un régime alimentaire appropriés pour l'adénocarcinome du côlon sont l'une des conditions les plus importantes pour la guérison. Les patients doivent exclure une grande quantité d'aliments de leur alimentation..

Aliments utiles pour les cancers du système digestif: légumes et fruits (vous devez faire attention aux racines jaunes, vertes et rouges), légumes verts, jus de carottes et de betteraves, soupes en purée, céréales, citrouille, viande diététique bouillie, omelette à la vapeur, fromage cottage, pain (son), huile végétale, thé vert.

Aliments interdits pour les cancers du système digestif: sucre, thé fort, café, alcool, aliments frits et gras, viandes fumées, sauces, assaisonnements, champignons, conserves, graisses animales.

Rédiger des recommandations pour la prise en période postopératoire:

  • petits repas;
  • élimination des longues pauses entre les repas;
  • ne mangez que des aliments en purée;
  • ne buvez pas et ne mangez pas froid, seulement chaud;
  • les produits ne peuvent pas être frits, seulement bouillis ou cuits à la vapeur;
  • exclure complètement les produits de fermentation.

Le régime alimentaire doit inclure du porridge sur l'eau, exclure les aliments épicés et salés. La préférence devrait être donnée aux soupes maigres, ne mangez que des légumes et des fruits frais. Le menu du jour doit être riche en fibres.

Exemple de menu en période postopératoire:

  • 1 petit-déjeuner: eau minérale plate au jus de citron;
  • 2ème petit déjeuner: légumes, fruits, noix, kéfir - ½ tasse;
  • Déjeuner: soupe au bouillon de poulet, salade de légumes frais, poisson maigre bouilli ou veau maigre ou poulet;
  • Collation de l'après-midi: jus de fruits, pain de grains entiers;
  • Dîner: légumes cuits au four;
  • Dîner 2: jus de légumes ou de fruits.

Pronostic et prévention de la maladie

Adénocarcinome modérément différencié, le pronostic dans les premiers stades de la maladie, ainsi qu'avec un traitement adéquat et complexe à 1-2 stades peut atteindre 40%, à 3 stades - pas plus de 15%. Le pronostic de ce type d'adénocarcinome dépend de la rapidité avec laquelle la maladie a été diagnostiquée..

Adénocarcinome mal différencié, le pronostic chez le sujet âgé est de 50%. Après une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur, il existe un risque élevé de récidive et de re-formation de cancer glandulaire. La survie à cinq ans chez les patients plus jeunes ne dépasse pas 40%.

Adénocarcinome hautement différencié, le pronostic est le plus favorable, plus de 50% des personnes ont réussi à vaincre le cancer.

Le pronostic dépend du stade de la maladie, mais dans tous les cas, la prévention médicamenteuse et le respect du régime alimentaire sont nécessaires.

Adénocarcinome du côlon

L'adénocarcinome du côlon est une tumeur maligne qui se développe à partir de l'épithélium glandulaire. Il occupe la première place dans la structure de tous les néoplasmes oncologiques du gros intestin, il représente jusqu'à 95% des cancers de cette localisation..

  • Raisons du développement de l'adénocarcinome du côlon
  • Classification des adénocarcinomes du côlon
  • Symptômes d'adénocarcinome du côlon
  • Examen des adénocarcinomes du gros intestin
  • Diagnostic des adénocarcinomes du côlon
  • Traitement de l'adénocarcinome du côlon
  • Métastase de l'adénocarcinome
  • Complications de l'adénocarcinome du côlon
  • Prévoir

Raisons du développement de l'adénocarcinome du côlon

Les raisons du développement de l'adénocarcinome ne sont pas tout à fait claires, mais certaines données nous permettent de déterminer les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer cette pathologie:

  1. Régime alimentaire - consommation excessive de graisses animales, d'aliments riches en protéines et manque de fibres dans l'alimentation, ainsi que suralimentation, abus d'alcool.
  2. La présence de polypes du gros intestin. Dans la plupart des cas, les adénocarcinomes se développent à partir de polypes existants, et plus il existe longtemps et plus sa taille est grande, plus le risque de malignité est élevé. Dans de nombreux pays, il est recommandé aux personnes de plus d'un certain âge (50 ans) de subir une coloscopie périodique avec élimination simultanée des polypes. Aujourd'hui, c'est la mesure préventive la plus efficace.
  3. Prédisposition génétique. Dans la plupart des cas, l'adénocarcinome du côlon est une maladie sporadique, c'est-à-dire non associée à des facteurs héréditaires, mais il existe deux cas où la génétique joue un rôle clé. Il s'agit d'une polypose adénomateuse familiale et d'un cancer du côlon héréditaire sans polypose (aussi appelé syndrome de Lynch).
  4. Présence de colite ulcéreuse et maladie de Crohn.
  5. Une histoire de cancer génital féminin.
  6. États d'immunodéficience.

Classification des adénocarcinomes du côlon

En fonction du type histologique, les types d'adénocarcinomes suivants sont distingués:

  • Tubulaire. Se compose de structures tubulaires spécifiques. La tumeur est généralement petite et floue.
  • Mucineux. Elle se caractérise par la sécrétion de grandes quantités de mucus. Lors de l'examen histologique, on constate que le mucus occupe jusqu'à la moitié du volume des cellules malignes. La tumeur appartient à des formes peu différenciées d'adénocarcinome, caractérisées par une croissance rapide et des métastases précoces.
  • Cricoïde. Il se réfère également à un degré élevé de malignité, au moment du diagnostic, en règle générale, des métastases à distance sont trouvées. Plus souvent diagnostiqué chez les jeunes.

En fonction du degré de maturité des cellules tumorales, les adénocarcinomes sont divisés en types suivants:

  • Adénocarcinome hautement différencié. Elle se caractérise par une structure cellulaire relativement "normale", dans laquelle on note une augmentation de la taille des noyaux. Les fonctions cellulaires sont préservées. La tumeur est caractérisée par un pronostic relativement favorable, car elle se développe lentement. Mais en même temps, il est difficile de le diagnostiquer dans les premiers stades, car extérieurement les cellules sont similaires aux tissus normaux..
  • L'adénocarcinome modérément différencié a un pronostic plus sombre. Les cellules sont polymorphes, sujettes à une division rapide et, par conséquent, à une croissance tumorale rapide.
  • Les adénocarcinomes mal différenciés et indifférenciés sont les plus défavorables. Les cellules sont caractérisées par un polymorphisme élevé, la tumeur n'a pas de frontières claires, s'infiltre (germe) dans la paroi intestinale et se caractérise par une croissance agressive rapide et des métastases précoces.

En fonction de la prévalence du processus tumoral, les stades suivants de l'adénocarcinome sont distingués:

  • Stade 1 - les cellules cancéreuses ne se trouvent que dans la membrane muqueuse de la paroi intestinale.
  • Stade 2 - la tumeur envahit toutes les couches de la paroi intestinale.
  • Stade 3 - métastases cancéreuses aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Étape 4 - Des métastases à distance affectent les organes internes.

Symptômes d'adénocarcinome du côlon

L'adénocarcinome du côlon ne se manifeste pas pendant longtemps. Les premiers symptômes peuvent apparaître lorsque la tumeur grossit et affecte d'autres organes. Dans certains cas, il existe des signes indirects de la présence de néoplasmes malins:

  • Perte de poids inexpliquée.
  • Perte d'appétit.
  • Prostration.
  • Anémie qui se développe dans le contexte d'un saignement latent de la tumeur.

Le site de localisation de l'adénocarcinome détermine également la symptomatologie. Si la tumeur est située dans la partie droite du côlon, il existe généralement dès les premiers symptômes des phénomènes de dyspepsie associés à une perturbation du travail des organes voisins (estomac, pancréas, foie et vésicule biliaire). Des saignements latents sont possibles, contre lesquels se développent une anémie et une faiblesse. Étant donné qu'à cet endroit, l'intestin a une large lumière et un contenu liquide, une obstruction (blocage de la lumière) ne se développe que dans les derniers stades, puis pas dans tous les cas. Si la tumeur est grosse, elle peut être ressentie à travers la paroi abdominale.

La partie gauche du côlon a un diamètre plus petit et le contenu intestinal est d'une consistance plus dense.Par conséquent, les tumeurs de cette localisation se manifestent plus souvent par des symptômes d'obstruction intestinale. La stagnation du contenu intestinal entraîne une augmentation des processus de putréfaction et de fermentation, ce qui provoque des ballonnements et des coliques. La constipation est remplacée par la diarrhée avec des selles nauséabondes. Dans certains cas, les matières fécales peuvent contenir des impuretés sanguines.

Examen des adénocarcinomes du gros intestin

L'étalon-or pour la détection précoce de l'adénocarcinome du côlon est la coloscopie totale. Les experts de la clinique européenne du cancer recommandent de le faire à toutes les personnes de plus de 50 ans une fois par décennie. Cela empêchera la malignité des polypes bénins existants. Cette méthode donne aux patients un certain inconfort, elle est donc souvent réalisée sous anesthésie intraveineuse. Le coût d'un tel examen est assez élevé et nécessite également une formation spéciale..

Les patients sont loin d'être toujours prêts pour cette procédure, il existe donc une option plus simple et plus abordable, bien que moins précise: une étude des matières fécales pour le sang occulte. Si le résultat du test est positif, le patient est référé pour une coloscopie totale.

Diagnostic des adénocarcinomes du côlon

Le diagnostic d'adénocarcinome du côlon n'est posé que sur la base d'une conclusion histologique - examen d'un morceau de tissu tumoral au microscope. Le processus de prélèvement d'un morceau de tissu s'appelle une biopsie et se fait à l'aide de techniques endoscopiques lors d'une coloscopie. Si le diagnostic est confirmé, un examen complémentaire est prescrit, qui vise à déterminer le type histologique de la tumeur, ses caractéristiques génétiques moléculaires. Un examen complet est également effectué pour déterminer l'étendue du néoplasme malin. A cet effet, une TDM, une IRM, une échographie sont effectuées. Ensemble, cela vous permettra de choisir les tactiques de traitement optimales. Des tests de marqueurs tumoraux sont également prescrits: CEA, CA19-9, CA-72-4. Bien qu'ils n'aident pas à détecter la tumeur en tant que telle, le suivi de la dynamique de leur concentration nous permet d'évaluer l'efficacité d'un traitement ultérieur et de déterminer la récurrence de la maladie dans le temps..

Traitement de l'adénocarcinome du côlon

La chirurgie et la chimiothérapie sont utilisées pour traiter l'adénocarcinome. Si la tumeur est située dans le rectum, une radiothérapie est possible.

Chirurgie

Le traitement chirurgical implique l'élimination de l'adénocarcinome dans le tissu intestinal sain. En fonction du volume de l'intestin prélevé, les types de chirurgie suivants sont distingués:

  • Résection du côlon. La tumeur est excisée dans les tissus sains. Les extrémités sont suturées ensemble pour former une anastomose.
  • Hémicolectomie. La moitié du gros intestin est prélevée. En conséquence, il existe une hémicolectomie droite et gauche..
  • Colectomie - tout le côlon est retiré.

Si la tumeur s'est étendue aux organes voisins, une opération combinée est effectuée avec le retrait de tous les tissus affectés en un seul bloc, en respectant les règles ablastiques. En règle générale, ce sont des interventions traumatiques étendues.

Les métastases uniques distantes (dans le foie, les poumons, les ovaires) sont également enlevées par chirurgie, simultanément avec la tumeur principale ou une opération distincte, qui est effectuée plusieurs semaines plus tard. Cette question est tranchée par un conseil.

Dans certains cas, après le retrait de l'adénocarcinome, il n'est pas possible d'imposer une anastomose, puis la partie sus-jacente de l'intestin est retirée de la paroi abdominale, cela s'appelle une colostomie. Cela peut être temporaire ou permanent. Dans le premier cas, quelque temps après l'ablation de la tumeur, des interventions de reconstruction sont effectuées pour restaurer l'intégrité de l'intestin..

Une alternative à la colostomie peut être le stenting endoscopique - l'installation d'une conception spéciale qui soutient la lumière intestinale sur le site de la lésion tumorale dans un état redressé. Il peut être réalisé en deux versions:

  • Décompression préopératoire. Il permet de préparer le patient à une opération en une seule étape sans imposer de colostomie. Le redressement de l'intestin élimine les phénomènes d'obstruction intestinale, normalise l'équilibre eau-électrolyte et prépare la paroi intestinale à l'anastomose. De plus, la mise en place du stent laisse le temps à une chimiothérapie adjuvante, ce qui réduira la taille de la tumeur et effectuera une intervention chirurgicale sans retirer un grand volume d'intestin..
  • Soins palliatifs - le stent endoscopique peut être une alternative à la colostomie permanente ou au pontage pour les patients qui ne peuvent subir une intervention chirurgicale pour quelque raison que ce soit.

Chimiothérapie

La chimiothérapie des adénocarcinomes du côlon est réalisée selon deux modes:

  1. Néoadjuvant, qui est prescrit au stade préopératoire. Son but est de réduire la taille de la tumeur, ce qui facilite son élimination pendant la chirurgie. Dans certains cas, la thérapie néoadjuvante permet de faire passer la tumeur d'un état non résécable à un état résécable et de réaliser une opération initialement impossible..
  2. Le régime adjuvant implique l'utilisation de médicaments chimiothérapeutiques pendant la période postopératoire. Son but est de détruire les cellules cancéreuses restantes et d'empêcher le développement de rechutes de la maladie..

Il existe plusieurs protocoles pour le traitement chimiothérapeutique de l'adénocarcinome, qui incluent tous des cytostatiques à base de fluoropyrimidine.

Une thérapie ciblée peut également être utilisée, qui agit sur les mécanismes moléculaires qui assurent la croissance tumorale. On utilise des médicaments qui suppriment l'effet du facteur de croissance endothélial vasculaire (bevacizumab, ramucirumab) ou des inhibiteurs des récepteurs du facteur de croissance épidermique (cetuximab). Leur nomination est conforme aux tests de génétique moléculaire..

Radiothérapie

La radiothérapie n'est utilisée que dans le traitement des adénocarcinomes rectaux, car le reste du gros intestin a une mobilité élevée, ce qui ne permet pas de marquer le champ de rayonnement. La radiothérapie peut être utilisée en préopératoire et en postopératoire. Dans le premier cas, l'objectif est de réduire la masse tumorale, et dans le second, la destruction des cellules cancéreuses dans les tissus environnants.

Immunothérapie de l'adénocarcinome en présence d'instabilité microsatellitaire

Environ 15% des cas d'adénomes du côlon se développent à la suite d'une panne du système de réparation des nucléotides dépareillé - un système spécial conçu pour reconnaître et éliminer en temps opportun les mutations de l'ADN. Si cela ne fonctionne pas, le code génétique n'est pas protégé et les cellules accumulent activement des mutations, qui sont détectées dans des séquences nucléotidiques répétées - les microsatellites. Cette condition est appelée instabilité des microsatellites. Les tumeurs avec cette caractéristique répondent bien à l'immunothérapie.

Normalement, le système immunitaire doit détruire les cellules et agents étrangers, mais une tumeur cancéreuse parvient à éviter ce processus grâce à des processus spéciaux d'interaction avec le système immunitaire. L'immunothérapie bloque ces processus et fait de la tumeur une cible visible, ce qui lui permet d'être détruite. Le prix Nobel a été décerné pour le développement de cette méthode de traitement en 2018.

L'un des médicaments immunologiques est le pembrolizumab. Son objectif permet d'améliorer considérablement les résultats du traitement des patients atteints d'adénocarcinome métastatique du côlon, caractérisé par une instabilité microsatellitaire..

Métastase de l'adénocarcinome

La métastase de l'adénocarcinome est réalisée de plusieurs manières:

  1. Lymphogène - avec l'écoulement de la lymphe, les cellules tumorales pénètrent d'abord dans les ganglions lymphatiques régionaux, et de là vers des groupes plus éloignés, par exemple, vers le supraclaviculaire.
  2. La méthode hématogène de métastase implique la dispersion de cellules cancéreuses avec la circulation sanguine. Le plus souvent, des métastases se forment dans le foie (veine porte) et les poumons. En cas d'adénocarcinomes mal différenciés et indifférenciés, des lésions de la moelle osseuse sont possibles.
  3. Si un adénocarcinome du côlon a envahi les organes environnants, une métastase d'implantation est possible en raison du contact de la tumeur avec la surface réceptrice. Dans ce cas, de multiples métastases péritonéales (carcinomatose) sont possibles.

Complications de l'adénocarcinome du côlon

Les complications de l'adénocarcinome se développent généralement aux stades courants du processus oncologique, mais il existe des cas où ce sont les premiers signes de la maladie:

  1. Obstruction intestinale. Il peut être compensé, sous-compensé et décompensé. Une obstruction intestinale décompensée (obstruction complète) est observée dans les sections terminales du côlon, le plus souvent au niveau du sigmoïde ou du rectum, car à ces endroits, la lumière intestinale est plus étroite que dans les sections supérieures et le contenu intestinal a une structure dense. Dans tous les cas, une occlusion intestinale nécessite un traitement chirurgical. Auparavant, à cette fin, une colostomie était appliquée - la section sus-jacente de l'intestin est affichée sur l'estomac. Maintenant, la préférence est donnée à la résection de la zone intestinale avec la tumeur, avec l'imposition d'une anastomose. Si ce n'est pas possible, ils ont déjà recours à la stomie.
  2. Perforation de la paroi intestinale. Une complication très redoutable, car elle favorise la libération du contenu intestinal dans la cavité abdominale ou l'espace rétropéritonéal avec le développement d'une péritonite sévère.
  3. Processus inflammatoires dans la tumeur. L'inflammation périfocale est plus fréquente, moins souvent intratumorale. L'inflammation est associée à la présence de microflore pathogène dans la lumière intestinale, qui infecte la tumeur. Le danger de tels processus est la formation d'infiltrats, de phlegmons, d'abcès, ainsi que la perforation de la paroi intestinale et le développement d'une péritonite.
  4. Saignement. La perte de sang chronique entraîne le développement d'une anémie ferriprive et, par conséquent, une diminution de l'hémoglobine, une faiblesse générale et des étourdissements. Le tableau clinique sera déterminé par l'emplacement de la tumeur. En cas de saignement sévère de la tumeur des sections sus-jacentes, des selles noires sont observées. Si une tumeur des sections terminales du gros intestin saigne, du sang écarlate ou ses caillots se trouvent dans les selles. De nombreux patients les confondent avec des manifestations d'hémorroïdes..
  5. Germination d'une tumeur dans les organes voisins, accompagnée d'une violation de leur travail. Par exemple, lorsqu'une tumeur se développe dans le foie, des symptômes de cholécystite peuvent se développer. Si l'adénocarcinome du côlon se développe en organes creux, des fistules se développent.

Prévoir

Le pronostic de l'adénocarcinome dépend principalement du type histologique de la tumeur et du stade de la maladie au moment de l'initiation du traitement. La situation la plus favorable se situe au stade initial, lorsqu'il n'y a toujours pas de métastases régionales et distantes. Le taux de survie à cinq ans de ces patients est de 95% au premier stade et de 75% au deuxième stade (tous les types de tumeurs sont pris en compte, même les plus malignes). Seulement la moitié des patients survivent à l'étape de cinq ans dans la troisième étape, et environ 5% dans la quatrième.

Ainsi, plus le traitement est commencé tôt, plus le pronostic sera favorable. La European Cancer Clinic traite l'adénocarcinome du côlon à tous les stades de la maladie, y compris en phase terminale. Si une guérison est impossible, nous concentrons nos efforts sur l'amélioration de la qualité de vie des patients.