Adénocarcinome du côlon sigmoïde

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Le problème le plus pressant dans le domaine de l'oncologie est le cancer du côlon et du rectum. L'un des types de ce type de cancer est l'adénocarcinome du côlon sigmoïde. Dans ce cas, nous parlons du développement d'un processus pathologique dans les tissus glandulaires du côlon sigmoïde..

Le côlon sigmoïde est l'une des sections du côlon situées à gauche dans le bas de l'abdomen. Il est appelé sigmoïde en raison de son emplacement dans une certaine forme. Il commence après le côlon et pénètre dans le rectum, en faisant plusieurs virages.

Aujourd'hui, le problème des maladies oncologiques est au premier plan dans de nombreux pays du monde. Les méthodes les plus récentes de diagnostic et de traitement de divers types d'oncologie sont en cours d'élaboration et de mise en œuvre, car le nombre de cas de problèmes oncologiques augmente et des groupes plus jeunes de personnes commencent à faire face à des maladies similaires..

Code CIM-10

Causes de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde

Malheureusement, il n'y a pas d'opinion définitive sur les causes du cancer. Mais il est possible avec une forte probabilité de parler des facteurs qui influencent le développement des tumeurs, y compris les tumeurs malignes. En cas de problèmes avec le gros intestin, les habitudes alimentaires, le manque de fibres, de fruits et légumes frais, le tabagisme, la consommation d'alcool, la consommation de produits cancérigènes et l'utilisation excessive de produits chimiques ménagers restent des problèmes d'actualité. En outre, une prédisposition génétique à de telles maladies, un stress nerveux fréquent et l'utilisation d'un grand nombre de médicaments sont importants. Aussi, le facteur le plus important influençant l'état des intestins en général, et du gros intestin en particulier, est un mode de vie sédentaire, une activité sédentaire. Tout cela interfère avec le fonctionnement normal des intestins, perturbe le péristaltisme, conduit à la stagnation des masses alimentaires et perturbe également l'apport sanguin à certaines parties de l'intestin. Cela peut particulièrement affecter le côlon sigmoïde en raison des particularités de sa forme et de son emplacement..

Symptômes d'adénocarcinome du côlon sigmoïde

Le danger d'adénocarcinome du côlon sigmoïde est très élevé. Cela est principalement dû au fait qu'il est complètement asymptomatique dans les premiers stades. Et à des stades plus complexes du cancer, des symptômes apparaissent qui en eux-mêmes n'indiquent pas directement l'apparition d'une tumeur dans l'intestin. Ces symptômes d'adénocarcinome du côlon sigmoïde sont appelés monotones. Même si beaucoup d'entre eux se manifestent, les médecins peuvent non seulement ne pas y remarquer les prémisses possibles d'un cancer, mais aussi ne pas les connecter du tout. Par conséquent, une attention particulière est portée aujourd'hui aux mesures préventives. En particulier, le passage d'études préventives régulières, de sorte que, même si un adénocarcinome du côlon sigmoïde est détecté, la maladie puisse être arrêtée à ses premiers stades.

Lorsque les symptômes commencent à peine à apparaître, les patients ressentent une faiblesse générale, des nausées, la fatigue s'installe rapidement, des douleurs abdominales peuvent déranger, des troubles périodiques des selles et une pâleur de la peau du visage peuvent être observées. À l'avenir, il peut y avoir une détérioration de l'appétit, une perte de poids, une perversion du sens du goût ou des habitudes gustatives.

Aux stades ultérieurs du développement de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde, des symptômes apparaissent déjà indiquant la localisation du problème - des impuretés non naturelles, du sang apparaît dans les selles, une intoxication générale du corps se produit, à la suite de laquelle le foie grossit, un teint jaunâtre apparaît et l'estomac grossit. Les symptômes les plus complexes et les plus éloignés sont des saignements intestinaux massifs, une occlusion intestinale, une inflammation intestinale.

Adénocarcinome sigmoïde modérément différencié du côlon

En ce qui concerne le cancer, il est également habituel d'utiliser un concept tel que le niveau de différenciation des cellules cancéreuses parmi ses caractéristiques. De plus, le niveau de différenciation est également appelé indicateur de Glisson. Selon cet indicateur, quatre types de tumeurs sont distingués, tels que les tumeurs hautement différenciées, modérément différenciées, mal différenciées et indifférenciées. Plus l'indice de Glisson est bas, plus le niveau de différenciation cellulaire est bas.

En ce qui concerne l'adénocarcinome modérément différencié, cela signifie que les cellules du néoplasme sont clairement différentes des cellules du tissu dans lequel le néoplasme s'est formé. Bien que la différence ne soit pas si grande, elle permet de déterminer avec précision à la fois le foyer de la tumeur et le tissu qui la forme. L'adénocarcinome modérément différencié est caractérisé par une croissance peu intensive, la probabilité de métastases est également faible, au moins dans les premiers stades de la maladie. Mais dans tous les cas, même si la tumeur trouvée dans le côlon sigmoïde est un niveau modéré de différenciation, ce n'est pas une raison pour reporter le traitement ou choisir une sorte de régime le plus économe. Étant donné que le risque associé à cette forme particulière de la maladie est très élevé. Premièrement, la croissance tumorale est toujours présente. Le fait qu'elle ne soit pas aussi rapide que dans les formes indifférenciées ou mal différenciées de cancer ne signifie pas qu'elle ne soit pas du tout menaçante. Deuxièmement, la probabilité de développer des métastases est assez élevée et dépend à la fois de l'état de la tumeur elle-même et des facteurs de provocation possibles. Ces derniers peuvent inclure les éventuelles contraintes externes, l'âge et les maladies concomitantes, ainsi qu'une méthode de traitement de la tumeur elle-même..

Adénocarcinome du côlon sigmoïde hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié du côlon sigmoïde est l'une des variantes les moins dangereuses d'une telle tumeur. Cela est dû au fait que les cellules de néoplasmes hautement différenciés dans leur structure et leurs propriétés diffèrent peu du tissu à partir duquel elles ont été formées. Et ont donc un niveau de pathogénicité assez faible. De plus, si le niveau de différenciation cellulaire est assez élevé, une telle tumeur est caractérisée par une croissance lente et plutôt rarement des métastases. Si nous parlons de changements dans les cellules elles-mêmes, alors le principal (et le seul) changement en elles dans l'adénocarcinome hautement différencié est une augmentation de la taille des noyaux cellulaires..

L'adénocarcinome hautement différencié répond assez bien au traitement. Étant donné qu'une telle tumeur est peu agressive, c'est-à-dire la possibilité de sélectionner les conditions les plus favorables pour l'opération, il est extrêmement peu nécessaire d'utiliser des méthodes thérapeutiques auxiliaires, telles que la chimiothérapie ou la radiothérapie. Les récidives de telles tumeurs sont également assez rares. Mais néanmoins, une surveillance constante est simplement nécessaire. Surtout dans les cas où le patient est à risque pour cette maladie.

Adénocarcinome du côlon sigmoïde mal différencié

L'adénocarcinome de bas grade du côlon sigmoïde, comme d'autres tumeurs de bas grade, est extrêmement agressif. Tout d'abord, elle se caractérise par une croissance assez rapide, par conséquent, à partir du moment où un problème est découvert jusqu'au moment où des actions opérationnelles spécifiques sont prises, la situation peut déjà changer. De plus, si les cellules tumorales sont mal différenciées, il est plutôt difficile de déterminer quel tissu, ou même quel organe, est le point de départ du processus tumoral. Une telle tumeur elle-même, au cours de son développement, donne assez souvent des métastases. De plus, il est possible que l'opération même d'élimination d'une tumeur mal différenciée puisse provoquer l'apparition de métastases. Par conséquent, lors de la réalisation de telles opérations et de leur préparation, le patient reçoit une attention particulière..

Malgré le danger d'adénocarcinomes mal différenciés, la chirurgie peut parfois ne pas être recommandée. Cela se produit dans les cas où le risque de formation de métastases pendant la chirurgie est plus élevé que le risque de développer la tumeur elle-même (par exemple, si le taux de croissance de la tumeur est relativement faible pour les tumeurs de ce type). L'adénocarcinome mal différencié est difficile à contrôler, mais néanmoins, même avec ce type de tumeur, vous ne devez pas prendre de décisions hâtives sur son traitement, vous devez prendre en compte le reste des maladies du patient, l'état général, la capacité du patient à tolérer certains types de traitement.

Adénocarcinome du côlon modérément différencié

Raisons de développement

REMARQUE! Vous devez comprendre que la cause exacte à cent pour cent du carcinome n'est pas encore connue, tant pour les scientifiques que pour les médecins. Tous les facteurs suivants ne font qu'augmenter les chances d'occurrence, et les paramètres eux-mêmes sont tirés des statistiques des cas.

  • Mode de vie sédentaire et manque de sport.
  • Mauvaise alimentation. Une abondance d'aliments gras, frits, épicés et des aliments riches en cancérogènes.
  • Maladies gastro-intestinales concomitantes: polypose; ulcère; diverticulite; inflammation.
  • Une forte consommation d'alcool.
  • Cigarettes et autres produits du tabac.
  • Constipation fréquente et problèmes digestifs.
  • Génétique - si des parents proches avaient également une maladie dans la famille, le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.
  • Impact physique direct dans les formes non traditionnelles de rapports sexuels.

Malheureusement, même une personne en parfaite santé a une chance de tomber malade, mais elle est toujours inférieure à celle des personnes exposées quotidiennement aux facteurs ci-dessus..

La prévention

Pour prévenir le développement de la maladie, les médecins conseillent de suivre un certain nombre de mesures préventives:

  • mode de vie actif;
  • l'alimentation quotidienne doit contenir une quantité suffisante de fibres végétales;
  • il est nécessaire d'observer le régime de consommation d'alcool;
  • les produits laitiers fermentés vous permettent de maintenir la microflore intestinale normale;
  • alterner les produits de viande avec d'autres produits;
  • éliminer les situations stressantes;
  • limiter la consommation de boissons alcoolisées et de nicotine;
  • respecter un certain calendrier de consommation et de quantité de nourriture - exclure la suralimentation.

Les médecins se réfèrent à la principale mesure de prévention comme un examen annuel des organes internes - cela révélera la maladie à un stade précoce, ce qui augmente les chances de guérison.

Symptômes

Habituellement, aux premiers stades, un patient qui a déjà des formes avancées de maladies gastro-intestinales supplémentaires ne fait pas attention au renforcement de certains symptômes.

  • Sang dans les selles.
  • Douleurs abdominales sévères et aiguës.
  • Vomissement.
  • Température sous-fébrale, sans symptômes d'infections virales respiratoires aiguës et autres rhumes.
  • La nausée.
  • Fatigue constante.
  • La diarrhée.
  • Perte de poids rapide sans régime ni activités sportives.
  • Constipation suivie de diarrhée.
  • Brûlures d'estomac.

Dans le processus de développement d'un cancer, les signes augmenteront. Et avec des métastases aux organes voisins et des lésions des ganglions lymphatiques, d'autres symptômes peuvent apparaître..

Régime

Lorsqu'on diagnostique un adénocarcinome du côlon sigmoïde, un régime alimentaire est essentiel pour restaurer la fonction intestinale. Il prévoit des repas fractionnés avec des aliments hachés pour éliminer le stress sur l'estomac et une meilleure assimilation des aliments. Les aliments doivent être pris toutes les 2 heures en petites portions, par exemple: soupes, jus de fruits, fruits, légumes et purées de ceux-ci, céréales, produits à base d'acide lactique, fruits secs. Seuls les aliments lourds, gras, trop salés et marinés sont exclus de l'alimentation. Le reste est consommé à des doses minimales, y compris la viande, le poisson, les fruits de mer et la volaille..

Variétés et classification

Le type de tumeur diffère dans la structure des cellules et dans quelle mesure les cancers diffèrent des cellules saines. Le taux de développement de la maladie en dépend, ainsi que la stratégie que l'oncologue choisit pour le traitement..

REMARQUE! Le degré de différenciation montre à quel point une cellule cancéreuse diffère d'une cellule saine.

Très différencié

  • Les cellules tumorales ont presque la même structure que les cellules saines.
  • Noyaux élargis.
  • Le taux de croissance est faible.
  • Il y a agression des cellules et des tissus les plus proches seulement à 4 étapes.
  • Dans les premières étapes, nous pouvons guérir.

Modérément différencié

  • A déjà une vitesse plus élevée par rapport à la forme hautement différenciée.
  • Selon l'examen histologique, les cellules sont d'un ordre de grandeur plus différent des cellules saines..
  • Il est invasif - il affecte les tissus et les ganglions lymphatiques voisins.

Faible différencié

Dans 80% des cas, l'adénocarcinome du gros intestin a exactement cette forme. Pour cette raison, la maladie se développe rapidement et se transforme rapidement en une forme invasive avec des métastases. Dans le même temps, dans les premiers couples, il ne présente pratiquement aucun symptôme et est mal diagnostiqué.

Indifférencié

  • Cellules atypiques qui ne ressemblent pas à des cellules saines dans la structure.
  • La forme la plus dangereuse et la plus agressive, caractérisée par une croissance rapide infiltrante.
  • Dans les premiers stades, il peut métastaser et affecter abondamment les organes et les parois les plus proches de la cavité abdominale.

Pourquoi une telle tumeur se développe-t-elle?

L'adénocarcinome du côlon est une maladie multifactorielle. Si la cause de son développement est précisément identifiée, son développement peut être évité. Cependant, il existe de nombreux facteurs dans le développement d'une maladie dangereuse..

  1. Mauvaise histoire familiale. Il a été prouvé que la tumeur se développe souvent chez les personnes dont les parents les plus proches souffrent de maladies similaires..
  2. Plus le patient est âgé, plus il développera des tumeurs malignes. C'est pourquoi il est si important que les patients âgés soient examinés par un proctologue..
  3. Mauvaise nutrition. Veuillez noter que le groupe à risque comprend les personnes qui mangent mal et de façon monotone, dont le régime alimentaire est dominé par les aliments gras et frits et par quelques aliments riches en fibres. L'hypovitaminose et un manque d'oligo-éléments contribuent également au développement de cette maladie..
  4. La défaite du gros intestin par le papillomavirus humain contribue au développement du cancer. Le fait est que ces formations présentent un risque très élevé de malignité. Et plus tôt le papillome est enlevé, moins il y aura de chances pour le cancer..
  5. Prendre certains médicaments à l'insu d'un médecin (l'automédication est un fléau d'une personne moderne, un métier des plus dangereux pour la santé).
  6. Pratiquer le sexe anal.
  7. Constipation. Ils doivent être traités dès leur apparition, car certaines substances toxiques présentes dans les selles ont également un effet cancérigène sur la muqueuse du côlon.
  8. La colite chronique, les fistules et autres pathologies sont également un déclencheur du développement de la tumeur..
  9. Le stress à long terme est un facteur prédisposant important au développement du cancer.
  10. Conditions de travail défavorables. Un groupe à risque particulier comprend les personnes dont les activités sont liées à la production d'amiante.

Étapes

chambreLa description
1Le néoplasme est de petite taille jusqu'à 2 cm et est situé dans la couche de tissu épithélial.
2La tumeur commence à infecter les tissus voisins les plus proches. Taille 2-3 cm.
3Le néoplasme est déjà saillant et bloque partiellement le canal intestinal. Les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés.
4Le cancer progresse jusqu'au stade de la métastase. Peut infecter et envahir les zones saines adjacentes de l'intestin.

Métastases

Les métastases surviennent généralement aux stades 3 ou 4. Mais comme il a été écrit plus tôt, cela dépend aussi de la variété et de la différenciation. Une tumeur peut se propager de plusieurs manières:

  • À travers les vaisseaux sanguins avec circulation sanguine;
  • Par le système lymphatique;
  • Invasive - lorsqu'une tumeur envahit les tissus voisins ou même les organes.

La métastase peut être à 1 ou 2 stades, si les cellules cancéreuses ont une forme de structure faiblement ou indifférenciée. Ensuite, cette oncologie est plus agressive même dans les premiers couples..

Examen et diagnostic

  1. Tout d'abord, le médecin examine visuellement l'abdomen et les ganglions lymphatiques.
  2. Un test de sang et de matières fécales est envoyé au laboratoire. S'il y a des caillots sanguins dans les selles et qu'il y a également de fortes déviations dans le test sanguin biochimique et général, le médecin procédera à un examen détaillé des intestins.
  3. La radiographie pourra montrer un néoplasme à 3-4 stades.
  4. L'examen endoscopique rectal révèle une localisation précise. Le médecin prélèvera également un morceau de tissu pour une biopsie..
  5. Une biopsie permet de voir le degré de différenciation, ainsi que de déterminer à quel point le néoplasme est malin.
  6. La tomodensitométrie et l'IRM sont une étude supplémentaire plus précise pour identifier le degré d'invasion et de dommages aux tissus et organes voisins.

Thérapie

Le type de traitement dépend de plusieurs facteurs:

  • Étape;
  • Dommages aux organes, tissus et système lymphatique voisins;
  • L'âge du patient;
  • Le degré de différenciation et la nature des cellules cancéreuses;
  • Maladies concomitantes, allergies, qui peuvent aggraver l'état du patient pendant le traitement.

Après un examen approfondi, l'oncologue développe une stratégie spécifique dans la lutte contre la maladie.

  1. Radiothérapie - la radiothérapie est effectuée avant et après la chirurgie. Peut être le principal type de traitement dans les dernières étapes. Permet de réduire le taux de croissance tumorale et son agressivité.
  2. Chimiothérapie - on utilise des poisons spéciaux auxquels les cellules cancéreuses atypiques sont plus sensibles. Une mesure efficace avec de nombreux effets secondaires. Dirigé par des cours.
  3. Intervention chirurgicale - la zone touchée et tous les ganglions lymphatiques locaux sont enlevés. En cas d'obstruction intestinale, une colostomie peut être pratiquée pour éliminer les matières fécales.
  1. Immunothérapie - pour augmenter l'immunité du patient, des médicaments spéciaux sont utilisés. Dans ce cas, le corps lui-même commence à lutter contre les cellules cancéreuses..

En outre, le patient doit maintenir un régime alimentaire strict afin d'améliorer l'état du corps et de réduire la charge sur le tractus gastro-intestinal..

Traitement - méthodes de base

Lors du choix d'une technique de traitement, vous devez faire attention au stade auquel se trouve la tumeur. Pour ce faire, vous devez vérifier quelle est la sensibilité de l'organe aux radiations, ainsi que la réaction de la maladie à l'action des cytostatiques. Le traitement combiné est utilisé plus souvent.

Examinons cela plus en détail:

OpérationC'est l'un des meilleurs traitements et il est considéré en premier. Dans ce cas, la tumeur cancéreuse est enlevée, ainsi que les tissus affectés et les métastases. Le patient se prépare à l'opération pendant cinq jours. Pendant tout ce temps, il ne peut pas manger de laitier. Subit une cure de laxatifs, ainsi qu'un certain nombre de lavements nettoyants. En outre, le tube digestif peut être rincé à l'aide de préparations Fortrans et Lavage.

Attention: le flux sanguin avec les cellules cancéreuses ne doit pas être autorisé à pénétrer dans d'autres tissus, sinon il y aura des métastases. Par conséquent, les vaisseaux endommagés sont pincés et suturés.

Effets

Il arrive souvent qu'un patient décède non pas d'une tumeur, mais des complications qu'elle provoque.

  • La tumeur bloque le canal intestinal et il est plus difficile pour le patient de se soulager.
  • Les matières fécales prennent la forme d'un ruban.
  • Blocage complet. Dans ce cas, une colostomie est placée, sinon les matières fécales s'accumuleront abondamment, le contenu sera absorbé, ce qui entraînera une augmentation de l'intoxication.
  • Le néoplasme perturbe l'intégrité des vaisseaux d'alimentation et, par conséquent, des saignements se produisent..
  • Péritonite.
  • Intussusception d'une paroi intestinale dans voisine.
  • Accumulation de liquide dans l'abdomen.

Adénocarcinome du côlon sigmoïde: pronostic

On peut noter que le pronostic du traitement des tumeurs est conditionnellement favorable. Si la maladie a été diagnostiquée à temps, l'opération a été effectuée à temps, vous pouvez alors pleinement compter sur une guérison complète de l'adénocarcinome. La survie des patients est observée dans plus de la moitié des cas. Étant donné que la plupart des opérations chirurgicales sont effectuées sur des patients âgés, ce sont les meilleurs résultats..

Nutrition

  • Réduisez l'intoxication;
  • Donnez tous les oligo-éléments, vitamines et minéraux nécessaires;
  • Améliorer le métabolisme;
  • Renforce l'immunité.

REMARQUE! Tous les aliments ne doivent pas être froids ou chauds, mais à peine chauds. Il doit également être finement broyé dans un mélangeur pour réduire la charge sur les intestins et améliorer l'absorption de tous les nutriments..

Interdit

  • Frit;
  • Fortement salé;
  • Produits contenant des conservateurs et des colorants;
  • De l'alcool;
  • Les produits laitiers;
  • Pain au levain;
  • Tranchant;
  • Des noisettes;
  • Pois et autres légumineuses.

Permis

  • Légumes verts;
  • Tomates;
  • Bananes;
  • Les pêches;
  • Bouillie;
  • Viande maigre diététique;
  • Une poule;
  • Prunes;
  • Citrouille.

Menu approximatif

  1. Avec l'estomac vide:
  • eau minérale plate au jus de citron.
  1. Petit déjeuner:
  • légumes et fruits (seuls ou en combinaison);
  • des noisettes;
  • 100 ml de kéfir faible en gras.
  1. Le déjeuner:
  • soupe de poulet faible;
  • une salade de légumes frais;
  • poisson bouilli.
  1. Goûter de l'après-midi:
  • jus de fruits non concentrés;
  • biscuit aux grains entiers.
  1. Dîner:
  • ragoût de légumes;
  • grains de légumes germés;
  • Pâtes.
  1. Collation le soir:
  • jus de légumes ou de fruits.

Pronostic et survie

En règle générale, le taux de survie à cinq ans a un pourcentage élevé au stade initial, lorsque la tumeur est petite et qu'il n'y a pas de métastases. À des stades ultérieurs, la tumeur affecte déjà une zone importante de l'organe et peut germer, affectant les parois de l'intestin et les organes voisins.

Taux de survie à 5 ans:

  • 1 degré - 90%;
  • 2 degrés - 70%;
  • 3 degrés - 35%;
  • 4 degrés - 3-10%.

Il est nécessaire de prendre en compte la différenciation du cancer. Et plus il est bas, plus le taux de croissance de la tumeur est rapide, plus l'invasion est forte et il y a un risque de métastases précoces. La mortalité augmente généralement avec l'âge du patient. Dans ce cas, le corps souffre généralement déjà d'un certain nombre d'autres maladies graves du tractus gastro-intestinal et du système cardiovasculaire..

Les nuances de l'évolution de la maladie

L'adénocarcinome est l'une des maladies les plus graves en termes de manifestation clinique et de traitement ultérieur. Depuis le résultat conduit souvent à la mort. Une issue mortelle est possible en raison de métastases qui se sont propagées dans tout le corps, ont commencé à se développer et à se développer activement. Le pronostic s'explique par le fait qu'à un stade précoce, la maladie présente des symptômes similaires, comme l'indigestion. Une personne essaie d'être traitée avec la médecine alternative, mais la tumeur ne cesse de croître et de se développer. Et seulement après un certain temps, lorsque la maladie est déjà en cours, le patient consulte un oncologue.

Et une autre nuance est la délicatesse du problème. Les symptômes cliniques impliquent un examen de l'anus et du rectum, le patient est simplement timide et ne veut pas aller chez un spécialiste pour un examen. C'est pourquoi le diagnostic d'une tumeur maligne est hors du temps. Mais le patient doit comprendre: plus la tumeur est petite, plus le diagnostic est précoce, plus il est possible de commencer le traitement tôt. En conséquence: l'issue sera favorable, jusqu'au rétablissement complet.

Adénocarcinome du côlon sigmoïde

L'adénocarcinome est un néoplasme malin qui se développe à partir de cellules de l'épithélium glandulaire. De tous les cancers du côlon sigmoïde, il occupe une position de leader. Il représente plus de 90% de tous les néoplasmes malins de cette localisation..

  • Causes de l'adénocarcinome
  • Groupe à risque de développer un adénocarcinome du côlon sigmoïde
  • Symptômes du cancer du côlon sigmoïde
  • Méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde
  • Classification de la maladie
  • Stades du cancer du côlon sigmoïde
  • Complications du cancer du côlon sigmoïde
  • Traitement du cancer du côlon sigmoïde
  • Rechute
  • Récupération après le traitement
  • Prédiction et prévention des tumeurs malignes du côlon sigmoïde

Causes de l'adénocarcinome

L'adénocarcinome, comme toute tumeur maligne, se développe en raison de dégradations génétiques dans la cellule, à la suite desquelles ils commencent à se développer et à se multiplier de manière incontrôlable. Les raisons de ces mutations sont multiples. Parmi eux, il convient de noter l'impact de certains virus, produits chimiques, etc..

Actuellement, il est habituel de parler de facteurs de risque, en présence desquels la probabilité de développer un cancer du côlon sigmoïde augmente:

  • La présence de polypes adénomateux. Dans la grande majorité des cas, le cancer se développe en raison de la malignité (transformation maligne) des polypes adénomateux. Plus le polype est gros et plus il existe longtemps, plus la probabilité de sa transformation maligne est élevée..
  • Caractéristiques de la nutrition. Suralimentation, niveaux élevés de graisses animales dans l'alimentation, manque d'aliments végétaux - tous ces facteurs augmentent considérablement le risque de développer un adénocarcinome du gros intestin. Il existe une opinion selon laquelle la viande est cancérigène pour les intestins. Cependant, à ce jour, cette théorie n'a pas encore de preuves scientifiques. En effet, les végétariens ont une incidence significativement plus faible de cancer du côlon sigmoïde que les mangeurs de viande. Cependant, cela n'est pas associé au rejet de la viande en tant que telle, mais à une grande quantité de fibres alimentaires dans leur alimentation. Ils, comme une brosse, nettoient la paroi intestinale de l'action de cancérogènes potentiels, réduisant ainsi le risque de transformation maligne de l'épithélium.
  • Plus de 50 ans.
  • Prédisposition génétique. Environ 5 à 7% des cas d'adénocarcinome du côlon sigmoïde se développent dans le contexte de maladies familiales. Il s'agit d'une polypose adénomateuse familiale et d'un cancer du côlon héréditaire sans polypose.
  • Maladie inflammatoire de l'intestin: colite ulcéreuse, maladie de Crohn.
  • Immunodéficiences.

Groupe à risque de développer un adénocarcinome du côlon sigmoïde

  • Plus de 50 ans.
  • Les personnes avec un excès de viande, marinades, viandes fumées dans l'alimentation, adeptes de plats avec beaucoup d'épices.
  • Les abuseurs d'alcool.

Symptômes du cancer du côlon sigmoïde

Le caractère insidieux de l'adénocarcinome réside dans le fait que dans les premiers stades, il ne se manifeste en aucune façon. Des problèmes surviennent lorsque la tumeur grossit ou se propage à d'autres organes.

Les premiers signes de la maladie ne sont pas spécifiques. Cela peut être une perte de poids rapide, une perte d'appétit, des nausées. Des symptômes plus spécifiques se rejoignent progressivement:

  • Trouble des selles - constipation suivie d'une diarrhée fétide.
  • Maux d'estomac.
  • La présence d'impuretés pathologiques dans les selles: sang, mucus.
  • Dans le contexte de saignements chroniques de la tumeur, une anémie se développe.
  • Avec de grandes tailles du foyer tumoral primaire, une occlusion intestinale obstructive peut survenir.

Méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde

La principale méthode de détection d'une tumeur du côlon sigmoïde est l'examen endoscopique du gros intestin. Cela peut être fait lors d'une coloscopie totale (examen de la surface de tout le gros intestin) ou d'une sigmoïdoscopie - examen du rectum et du côlon sigmoïde.

Dans certains pays, la coloscopie est recommandée pour toutes les personnes de plus de 50 à 60 ans, au moins une fois tous les dix ans. Cette procédure permettra de détecter les polypes à temps et de les éliminer, évitant ainsi l'apparition d'une tumeur maligne. Ou trouvez un cancer à un stade précoce et pré-symptomatique lorsqu'il y a une chance de guérison complète.

Le diagnostic final d'adénocarcinome n'est posé qu'après examen histologique du matériel tumoral. Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à une biopsie - élimination d'un fragment de tissu. Elle est réalisée lors d'une coloscopie ou d'une sigmoïdoscopie. L'examen histologique permettra d'identifier le type de tumeur et d'établir un profil moléculaire. Ces données sont nécessaires pour sélectionner le traitement optimal.

Si le diagnostic de néoplasme malin du côlon sigmoïde est confirmé, le patient est soumis à un examen supplémentaire, qui déterminera l'étendue de la propagation du cancer, son interaction avec les tissus et les organes environnants et permettra également de détecter des métastases à distance. À cette fin, l'échographie, la tomodensitométrie, l'IRM, la TEP-TDM et d'autres méthodes sont effectuées pour visualiser les foyers tumoraux. De plus, le médecin peut prescrire la détermination des taux de marqueurs tumoraux (CEA et CA 19-9). Ils aideront à suivre la dynamique du processus, à garder sous contrôle le déroulement du traitement, la survenue d'une rechute ou la progression de la maladie..

Classification de la maladie

Les types suivants d'adénocarcinome du côlon sigmoïde sont distingués:

  • Adénocarcinome hautement différencié du côlon sigmoïde. Les cellules de cette tumeur ont une structure «similaire» aux cellules normales et sont capables de remplir leurs fonctions. Ce type de tumeur se développe très lentement (au fil des années), mais il est difficile de les détecter aux premiers stades, car la tumeur ne diffère pas visuellement du tissu sain du côlon sigmoïde..
  • Adénocarcinome modérément différencié du côlon sigmoïde. Ici, les cellules sont polymorphes, c'est-à-dire qu'elles ont une taille, une forme et une structure différentes. Ce type de cancer est moins favorable car les cellules se développent et se multiplient rapidement..
  • L'adénocarcinome de bas grade est l'option la plus agressive. Cette tumeur se développe rapidement à travers les parois de l'intestin et se propage aux tissus adjacents, métastases précoces.

Stades du cancer du côlon sigmoïde

  • Adénocarcinome de stade 0 - les signes de malignité ne se trouvent que dans les cellules de la couche muqueuse de la paroi intestinale.
  • Stade 1 - le cancer commence à s'infiltrer dans la paroi intestinale, se développant à travers sa sous-muqueuse et sa couche musculaire.
  • Stade 2A - le cancer envahit le côlon sigmoïde sur toute l'épaisseur de sa paroi.
  • 2 B - le néoplasme s'étend au-delà de la paroi intestinale, affectant les tissus voisins, mais il n'y a pas encore de métastases aux ganglions lymphatiques.
  • Stade 3 - le cancer commence à métastaser alors qu'il se trouve dans les ganglions lymphatiques régionaux.
  • Stade 4 - il y a des métastases dans des groupes distants de ganglions lymphatiques ou d'organes internes. S'il s'agit d'une seule métastase aux organes internes, on parle de stade 4a, s'il y a une lésion de plusieurs groupes distants de ganglions lymphatiques, le stade 4b est réglé, et si le processus malin s'est propagé à la surface du péritoine (carcinomatose), cela correspond au stade 4c.

Complications du cancer du côlon sigmoïde

Les complications de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde peuvent être grossièrement divisées en trois groupes:

  1. Complications associées à des lésions intestinales. La tumeur peut provoquer un rétrécissement de la lumière intestinale, jusqu'à une obstruction complète. Dans le même temps, des symptômes d'obstruction intestinale se développent: douleur et ballonnements, absence de selles, augmentation des symptômes d'intoxication. Le deuxième type de complication est la désintégration de la tumeur, qui s'accompagne d'un saignement et / ou d'une perforation de la paroi intestinale avec le développement d'une péritonite diffuse. Toutes ces complications mettent la vie en danger et nécessitent une intervention chirurgicale immédiate..
  2. Complications associées à des lésions tumorales aux organes voisins. Le cancer sigmoïde peut envahir la vessie, l'utérus ou la prostate chez l'homme. Des fistules se forment souvent entre le côlon sigmoïde et le rectum. Le sphincter anal peut également être affecté.
  3. Complications associées à la présence de métastases aux organes internes. Le foie et les poumons sont les plus fréquemment touchés. Moins fréquemment, le cerveau.

Traitement du cancer du côlon sigmoïde

Le traitement principal du cancer du côlon sigmoïde est la chirurgie. Au début, vous ne pouvez que vous y limiter. Dans les cas plus avancés, des méthodes d'exposition supplémentaires sont nécessaires sous forme de chimiothérapie ou de thérapie ciblée.

Opération

Comme nous l'avons mentionné précédemment, aux stades précoces (cancer in situ ou stade 1), une tumeur du côlon sigmoïde peut être retirée lors de la coloscopie. Il s'agit d'une intervention mini-invasive qui est facilement tolérée par le patient et ne nécessite pas de récupération à long terme. Malheureusement, un tel traitement n'est pas toujours possible, car le cancer est diagnostiqué à un stade avancé..

Dans ces cas, l'ablation du segment intestinal affecté dans les tissus sains est nécessaire. Idéalement, environ 20-30 cm de l'intestin sont retirés, car le bord tranchant doit reculer de 5 cm du bord de la tumeur.L'opération peut être réalisée en une ou deux étapes:

  • En traitement en une étape après l'ablation de la tumeur, à la fin de l'opération, une anastomose est appliquée - restauration de la continuité intestinale. Cela peut être fait si trois conditions sont remplies: les zones à joindre sont bien approvisionnées en sang, il n'y a pas de tension excessive à leur jonction et le risque de complications infectieuses est minime. Dans tous les autres cas, des opérations en deux temps avec colostomie sont effectuées.
  • Opérations en deux étapes. Au premier stade, l'intestin est réséqué avec l'élimination de l'adénocarcinome et une colostomie est appliquée - un trou dans la paroi abdominale antérieure à travers laquelle les matières fécales seront excrétées. Ensuite, le traitement nécessaire (chimiothérapie) est effectué et après récupération, en l'absence de rechute, l'intégrité de l'intestin peut être restaurée.

Simultanément à l'ablation de la tumeur du côlon sigmoïde, les ganglions lymphatiques régionaux sont excisés. Ils sont envoyés pour examen histologique et, si des métastases sont détectées, le schéma thérapeutique est ajusté en y ajoutant des médicaments de chimiothérapie. De plus, la lymphadénectomie empêchera les métastases lymphogènes de l'adénocarcinome..

Si le cancer s'est propagé aux tissus voisins, ils sont également réséqués, élargissant la portée de l'opération. L'élimination des métastases des organes internes est effectuée lors d'une opération distincte.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement complémentaire de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde. Son but est de prévenir les rechutes et de ralentir la progression de la pathologie. Le traitement peut être prescrit en période préopératoire et postopératoire:

  • Une chimiothérapie préopératoire ou néoadjuvante est administrée pour réduire la taille de la tumeur, réduire le nombre de chirurgies et la réaliser de la manière la moins traumatisante.
  • Une chimiothérapie postopératoire ou adjuvante est administrée après la chirurgie. Son objectif est de prévenir les rechutes et d'éliminer d'éventuelles micrométastases..

En tant que traitement indépendant, la chimiothérapie est utilisée dans le cancer du côlon sigmoïde de stade 4 dans le cadre d'une thérapie palliative. Il aide à soulager l'état du patient et à améliorer sa qualité de vie..

En plus de la chimiothérapie, une thérapie ciblée et une immunothérapie sont utilisées. Leur effet est plus ciblé que les cytostatiques. Le traitement n'est prescrit qu'après des tests de génétique moléculaire, qui confirment la sensibilité de la tumeur à cet effet..

Rechute

Après la chirurgie, il est toujours possible qu'il y ait des accumulations de cellules malignes qui ont réussi à se disperser dans tout le corps. Au moment de l'opération, ils peuvent être de taille microscopique, ce qui les rend impossibles à détecter. Après un certain temps, ils commencent à se développer, donnant une rechute ou des métastases à distance. Il est très important de détecter le retour de la maladie à temps, car avec une assistance rapide, le patient a plus de chances de succès du traitement.

Dans la plupart des cas, ils se manifestent dans les deux premières années suivant la fin du traitement, par conséquent, pendant cette période, une observation dynamique est établie pour le patient. Après le jalon de cinq ans, la probabilité d'un retour de la maladie est considérablement réduite.

Récupération après le traitement

La récupération après une chirurgie intestinale implique une approche globale qui comprend les aspects suivants:

  1. Anesthésie. Le plus souvent, des médicaments sont prescrits à cet effet, mais une anesthésie régionale (rachidienne, péridurale, etc.).
  2. Soins de suture postopératoires - dans un premier temps, le pansement sera effectué par le personnel médical, puis par le patient. Il est important de s'assurer que la plaie ne saigne ni ne gonfle..
  3. Régime. Dans un premier temps après l'opération, il est strictement interdit de manger et de boire, puis les aliments et les boissons sont administrés en petites portions jusqu'à 6 à 8 fois par jour. Dans ce cas, vous devez suivre un régime strict. La clinique vous en dira plus à ce sujet..
  4. Physiothérapie. Pour que la récupération ait lieu plus rapidement, il est important d'observer au moins une activité physique minimale. Même si le patient se voit prescrire du repos au lit, on lui montrera plusieurs exercices qui doivent être strictement exécutés. L'ensemble d'exercices comprendra certainement des exercices de respiration, il tonifiera le corps et préviendra le développement d'une pneumonie postopératoire.

Parfois, les opérations pour adénocarcinome du côlon sigmoïde sont de nature invalidante, car une colostomie est nécessaire. C'est difficile pour les patients. Certains d'entre eux peuvent avoir besoin de consulter un psychologue. Cependant, il convient de rappeler que les méthodes de soins modernes vous permettent d'obtenir une bonne qualité de vie, sans restrictions importantes. La formation aux soins de la colostomie est dispensée à la clinique où l'opération est effectuée.

Prédiction et prévention des tumeurs malignes du côlon sigmoïde

Le pronostic de l'adénocarcinome dépend du stade de la maladie. Le taux de survie à cinq ans aux stades initiaux (stades 1 et 2) atteint 90%, à 3 stades - environ 70% et à 4 - 11-14%.

Il convient de noter que le cancer du côlon sigmoïde est évitable. Pour ce faire, il est nécessaire de respecter les principes d'une nutrition rationnelle (quantité suffisante de fibres alimentaires, de vitamines, de refus de trop manger) et d'éliminer rapidement les polypes intestinaux. À cet effet, il est recommandé de subir une coloscopie totale une fois par décennie pour les patients à risque.

Oncologie du côlon sigmoïde

Le cancer sigmoïde ne présente souvent pas de symptômes cliniques pendant longtemps. Pour cette raison, le diagnostic est souvent posé à un stade tardif du processus tumoral. Les médecins de l'hôpital Yusupov recommandent que même en cas de manifestations mineures d'inconfort intestinal, demandez immédiatement de l'aide.

À l'hôpital Yusupov, les oncologues utilisent les dernières méthodes de diagnostic des maladies du côlon sigmoïde. Les patients sont examinés à l'aide des derniers équipements des principaux fabricants mondiaux. Les assistants de laboratoire effectuent du sang, des matières fécales et d'autres matériaux biologiques à l'aide de réactifs de haute qualité, ce qui permet d'obtenir des résultats de test précis.

Les chirurgiens de la clinique d'oncologie réalisent avec brio des interventions chirurgicales traditionnelles et innovantes. Les chimiothérapeutes prescrivent aux patients les médicaments anticancéreux les plus efficaces qui ont des effets secondaires minimes. Les radiologues pratiquent la radiothérapie avec des appareils modernes qui permettent de cibler le foyer pathologique sans endommager les tissus entourant la tumeur.

Causes des tumeurs

Le cancer du côlon sigmoïde survient à partir de cellules de l'épithélium glandulaire. Il représente 34% du nombre total de cas de cancer colorectal. Dans 60% des cas, une tumeur maligne est détectée chez les patients âgés de 40 à 60 ans. Les hommes souffrent 1,5 fois plus souvent que les femmes.

La forte probabilité de développer un cancer du côlon sigmoïde est due aux caractéristiques de l'organe. Le côlon sigmoïde est situé sur le côté gauche de l'abdomen, au-dessus du rectum. Il est en forme de S. Si le mouvement du contenu à travers l'intestin ralentit, il reste longtemps dans le côlon sigmoïde. Cela augmente le temps de contact des produits alimentaires toxiques avec la membrane muqueuse de l'organe..

Le cancer du côlon sigmoïde peut se développer sous l'influence des facteurs indésirables suivants:

Alimentation déséquilibrée - manger une grande quantité d'aliments gras et charnus, une consommation insuffisante de fruits et de légumes, des aliments riches en fibres;

Hérédité compliquée - le risque de développer un néoplasme malin augmente si des parents proches souffrent d'un cancer du côlon sigmoïde;

Processus inflammatoires chroniques dans l'intestin - colite ulcéreuse, diverticulose, maladie de Crohn;

Un mode de vie sédentaire, à la suite duquel l'évacuation du contenu intestinal est ralentie;

Atonie intestinale liée à l'âge.

Le tabagisme, l'abus d'alcool, la consommation de produits contenant des additifs alimentaires cancérigènes conduit au développement d'un cancer du côlon sigmoïde.

Classification

Compte tenu des caractéristiques de la croissance tumorale, les oncologues distinguent deux types de cancer du côlon sigmoïde: exophytique et endophyte. Les tumeurs exophytiques se développent dans la lumière intestinale. Ce sont des nœuds saillants sur une tige épaisse. Avec la progression du processus pathologique, le cancer du côlon sigmoïde s'ulcère souvent. Des saignements et une infection surviennent.

Le cancer endophytique du côlon sigmoïde se développe principalement profondément dans l'intestin. La tumeur se propage le long de la paroi intestinale et peut recouvrir l'intestin de manière circulaire. En son centre, des zones d'ulcération apparaissent. En raison de la croissance circulaire du cancer du côlon sigmoïde, la lumière intestinale se rétrécit et le mouvement des matières fécales devient difficile. Ce type de croissance est le plus courant dans le cancer du côlon sigmoïde..

Les histologues distinguent trois types de cancer du côlon sigmoïde:

  • L'adénocarcinome provient de cellules de l'épithélium glandulaire. Il peut être très différencié, modérément différencié et mal différencié;
  • L'adénocarcinome muqueux est un type d'adénocarcinome mal différencié, représenté par des cellules mucineuses qui sécrètent une grande quantité de mucus. La tumeur se développe rapidement et métastase tôt;
  • Le carcinome à cellules cricoïdes du côlon sigmoïde est représenté par des cellules cricoïdes atypiques, qui se forment à la suite de l'accumulation intracellulaire de mucine, qui déplace les noyaux cellulaires vers la périphérie. L'enflure est agressive, défavorable.

Le cancer du côlon recto-sigmoïde se présente sous deux formes: scirrh et adénocarcinome.

Étapes

Les oncologues distinguent 4 stades du cancer du côlon sigmoïde:

Au premier stade de la tumeur, la taille du néoplasme ne dépasse pas deux centimètres. La tumeur est située dans la sous-muqueuse ou la membrane muqueuse. Les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas affectés par des cellules anormales.

La tumeur dans le cas du deuxième stade A du cancer occupe moins de la moitié de la circonférence intestinale, n'envahit pas la paroi. Il n'y a pas de métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes internes. Le cancer au stade 2B est localisé dans la paroi intestinale, mais ne va pas au-delà. Les oncologues recherchent des métastases ganglionnaires. Les métastases à distance sont absentes.

Dans le cancer sigmoïde de stade 3A, la tumeur mesure plus de la moitié de la circonférence intestinale. Les cellules atypiques des ganglions lymphatiques régionaux sont absentes. Au stade 3 de la tumeur, les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés par des métastases.

Une tumeur au stade 4 du cancer bloque la lumière du côlon sigmoïde. Métastases hématogènes révélées dans d'autres organes. À 4 stades de cancer du côlon sigmoïde, les organes voisins sont touchés, des fistules et des conglomérats intestinaux-vésiculaires se forment.

Symptômes

Au départ, le cancer du côlon sigmoïde est souvent asymptomatique ou asymptomatique, ce qui complique le diagnostic en temps opportun. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, elle se propage aux organes voisins, donne des métastases régionales et hématogènes (au foie, aux poumons, à la colonne vertébrale, moins souvent à d'autres organes).

Dans la partie inférieure de l'intestin - le côlon sigmoïde - les matières fécales sont finalement formées, l'eau et les nutriments sont absorbés. Avec une mauvaise nutrition, les matières fécales sont retenues dans ce segment du gros intestin. Les selles accumulées appuient sur les parois intestinales, ce qui perturbe la circulation sanguine, des substances toxiques pénètrent dans le corps à travers les parois du côlon sigmoïde. La constipation constante affecte négativement tout le corps. À la suite de la stagnation du contenu intestinal, des maladies précancéreuses, des tumeurs malignes du côlon sigmoïde se développent.

Pendant un temps assez long, une tumeur du côlon sigmoïde ne manifeste pas de symptômes cliniques, ce qui complique le diagnostic rapide. Le premier symptôme du cancer du côlon sigmoïde est l'inconfort intestinal. Au début, cela se produit périodiquement et avec la croissance du néoplasme, il devient prononcé. Les stades plus avancés du cancer du côlon sigmoïde se manifestent par les symptômes suivants:

Flatulences, éructations, nausées, constipation ou diarrhée, douleur;

L'apparition de stries de mucus et de sang dans les selles;

Douleur intense, sourde ou crampe, non dépendante de l'apport alimentaire;

Le développement d'une obstruction intestinale;

  • Abcès abdominal, saignement, péritonite (inflammation du péritoine).
  • Chez les patients, la diarrhée alterne avec la constipation. Souvent, dans la moitié gauche de l'abdomen, les médecins parviennent à ressentir une formation semblable à une tumeur. Parfois, la première manifestation du processus tumoral est le développement d'une obstruction intestinale. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, elle se propage aux organes voisins, donne des métastases régionales et hématogènes (au foie, aux poumons, à la colonne vertébrale, moins souvent à d'autres organes).

    Chez les patients atteints d'un cancer du côlon sigmoïde, les médecins identifient les symptômes suivants:

    • La faiblesse;
    • Fatigue;
    • Teint pâleur ou grisâtre;
    • Hyperthermie;
    • Perte de poids et d'appétit due à une intoxication cancéreuse.

    Avec le développement de l'obstruction intestinale, des crampes paroxystiques se produisent, qui se répètent toutes les 10-15 minutes, il y a des ballonnements, des gaz et une rétention de selles. Le vomissement est possible. En cas de destruction de la paroi intestinale, une péritonite se développe. Le cancer sigmoïde de grade 4 avec métastases hépatiques se manifeste par une cachexie (émaciation cancéreuse), une anémie (anémie), une jaunisse et une hypertrophie du foie. Lorsque des métastases hématogènes apparaissent, des symptômes sont ajoutés qui indiquent un dysfonctionnement des organes affectés.

    Diagnostique

    Le diagnostic d'une tumeur du côlon sigmoïde est établi par des oncologues de l'hôpital Yusupov en tenant compte des antécédents, des plaintes, des données d'examen physique et des résultats d'études supplémentaires. Les méthodes endoscopiques (sigmoïdoscopie et coloscopie) sont les plus informatives pour le cancer du côlon sigmoïde. Ils vous permettent d'évaluer visuellement le volume et la localisation du néoplasme, de prélever du matériel pour un examen histologique ultérieur.

    Dans le processus d'examen des patients suspectés de cancer du côlon sigmoïde, les médecins de l'hôpital Yusupov utilisent l'irrigoscopie (examen aux rayons X avec suspension de baryum) et un test sanguin occulte fécal. Pour détailler le stade du processus tumoral, une imagerie par résonance magnétique et une tomodensitométrie sont effectuées. Toutes les méthodes de recherche instrumentale sont effectuées à l'aide des derniers équipements des principaux fabricants des États-Unis, du Japon et des pays européens.

    Pour identifier les métastases, d'autres méthodes de diagnostic sont utilisées:

    • Examen échographique des organes abdominaux;
    • Radiographie de la colonne vertébrale;
    • Radiographie pulmonaire.

    Les oncologues de l'hôpital Yusupov posent un diagnostic final sur la base des résultats d'un examen histologique. Diagnostic différentiel des néoplasmes malins du côlon sigmoïde avec maladies intestinales précancéreuses et inflammatoires, tumeurs immobiles de l'espace rétropéritonéal et néoplasmes mobiles du mésentère.

    Thérapie complexe

    Les oncologues de l'hôpital Yusupov effectuent un traitement combiné des tumeurs malignes du côlon sigmoïde. Cela comprend la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Le rôle principal est joué par le traitement chirurgical, qui vise à l'élimination radicale de la tumeur. Le montant de la chirurgie dépend de la prévalence du cancer du côlon sigmoïde. Dans les premiers stades de la maladie, des techniques endoscopiques sont utilisées dans certains cas..

    En cas de processus tumoraux courants, les chirurgiens effectuent une résection du côlon sigmoïde avec le mésentère et les ganglions lymphatiques voisins. La zone touchée du côlon sigmoïde est enlevée avec cinq centimètres de l'intestin non modifié situés au-dessus et au-dessous de la tumeur. L'intervention chirurgicale pour le cancer du côlon sigmoïde est en un ou deux temps. Lors de la réalisation d'opérations en une étape après l'ablation de la tumeur, le chirurgien rétablit la continuité intestinale en appliquant une anastomose. Dans les cas avancés, l'intestin est réséqué et une colostomie est formée. L'intégrité intestinale est rétablie après quelques mois à compter de la date de la première opération.

    La chirurgie peut être typique, combinée, prolongée ou combinée. Une opération typique est la résection de la partie enflée de l'intestin. La méthode de traitement combinée est utilisée s'il est nécessaire d'effectuer une opération sur le segment de l'intestin affecté par le cancer et d'autres organes dans lesquels la tumeur s'est développée. Une opération prolongée est réalisée avec une croissance tumorale ou la présence de néoplasmes synchrones. La chirurgie combinée implique l'ablation du segment affecté de l'intestin avec d'autres organes en raison de maladies concomitantes.

    En présence de métastases cancéreuses, les médecins des cliniques d'oncologie effectuent une chimiothérapie. Le traitement avec des médicaments anticancéreux pour le cancer du côlon sigmoïde après une intervention chirurgicale est utilisé avec prudence - dans certains cas, il peut entraîner des résultats négatifs. Le plus souvent, l'utilisation de la chimiothérapie est recommandée pour les tumeurs inopérables - elle aide à réduire la taille du néoplasme. Le cancer du côlon sigmoïde est difficile à traiter par radiothérapie. Les rayons radioactifs peuvent endommager les tissus normaux, c'est pourquoi cette méthode n'est pas utilisée dans le traitement du cancer du côlon sigmoïde..

    Dans les cas avancés de cancer, une thérapie palliative est effectuée pour réduire la douleur et assurer la perméabilité intestinale. Parfois, pour le cancer du côlon sigmoïde, une intervention chirurgicale d'urgence est effectuée. Ils visent à désinfecter la cavité abdominale avec une péritonite, en éliminant l'obstruction intestinale.

    Nutrition après la chirurgie

    Après une intervention chirurgicale sur le côlon sigmoïde, les patients de l'hôpital Yusupov reçoivent des repas diététiques. Les chefs préparent des repas à partir de produits de qualité. Ils contiennent une quantité suffisante de vitamines et de minéraux. Le menu comprend du kéfir, du yaourt, des bifidoproduits, des légumes frais et des fruits. Tous les plats sont préparés en utilisant des technologies douces: cuits à la vapeur, bouillis, cuits au four ou grillés. Si indiqué, la nourriture est écrasée. Les patients mangent régulièrement, de manière fractionnée, en petites portions.

    • ne mangez que de la nourriture fraîche;
    • les produits doivent contenir un complexe suffisant de vitamines et de minéraux;
    • réduire au minimum la consommation de viande;
    • utilisent plus souvent du kéfir, du yogourt, des bifidoproduits;
    • mangez plus de légumes et de fruits frais;
    • inclure dans le menu des céréales, des produits à base de farine complète avec son;
    • inclure périodiquement du poisson de mer bouilli ou cuit à la vapeur dans le menu;
    • prendre de la nourriture sous forme hachée, bien mâcher;
    • ne pas trop manger, manger de manière fractionnée et régulière.

    Prévoir

    Le pronostic de la survie des patients atteints d'un cancer du côlon sigmoïde dépend du type histologique du néoplasme, du niveau de différenciation cellulaire, de la prévalence du processus malin, de la présence de maladies concomitantes et de l'âge du patient..

    Le taux de survie moyen à cinq ans est de 65,2%. Pronostic plus optimiste après une intervention chirurgicale pour un adénocarcinome du côlon sigmoïde, car la tumeur se développe lentement et ne métastase pratiquement pas. Lorsque le cancer du côlon sigmoïde est détecté au premier stade, 93,2% des patients franchissent le cap des cinq ans, 82,5% au deuxième et 59,5% au troisième. 8,1% des patients atteints d'un cancer du côlon sigmoïde de stade 4 survivent jusqu'à cinq ans. Par conséquent, consultez votre médecin dès les premiers signes de dysfonctionnement intestinal..

    Pour établir un diagnostic précis dans les premiers stades du cancer du côlon sigmoïde, lorsque les premiers signes de troubles intestinaux apparaissent, appelez l'hôpital Yusupov. Après un examen complet, si le diagnostic est confirmé, les oncologues mèneront un traitement adéquat. Après le traitement, les médecins de la clinique d'oncologie effectuent une observation du dispensaire, dont le but est la détection et le traitement rapides des métastases précoces. Cela améliore la qualité et prolonge la vie des patients diagnostiqués avec un cancer du côlon sigmoïde..