Adénocarcinome

La nutrition a toujours occupé une des places centrales de la vie humaine. La perturbation du processus digestif entraîne une multitude de problèmes à la fois physiques et psychologiques. Pas étonnant qu'ils disent que nous sommes ce que nous mangeons. En raison de l'influence de divers facteurs agressifs de l'environnement interne et externe, il existe une masse de maladies du tractus gastro-intestinal: des caries dentaires aux ulcères inflammatoires du tube digestif. L'adénocarcinome intestinal est l'une des maladies les plus dangereuses. Plus de détails sur cette pathologie seront discutés ci-dessous..

Définition

L'adénocarcinome intestinal ou le cancer glandulaire est un néoplasme néoplasique malin qui affecte n'importe quelle partie de l'intestin et provient des cellules épithélio-glandulaires de la membrane muqueuse (interne). Une telle tumeur est assez dangereuse et courante. En raison du fait qu'elle se caractérise par une longue évolution asymptomatique, il arrive souvent que la présence de la maladie soit déjà détectée à un stade avancé, lorsque le traitement n'a pas de sens.

Anatomie intestinale

L'intestin remplit de nombreuses fonctions qui soutiennent une vie normale. Il se consacre à hacher les aliments, à les digérer, à absorber les nutriments et à éliminer les déchets humains. Il se compose de plusieurs sections - minces et épaisses.

Sur la photo: anatomie de l'intestin

En général, le tube digestif mesure environ sept à huit mètres de long chez une personne vivante moyenne et environ 10 à 12 mètres chez une personne décédée. Il est alimenté en sang par les artères mésentériques - le supérieur et le inférieur sont isolés. L'écoulement du sang est effectué dans les veines du même nom, qui s'écoulent ensuite dans le système de la veine porte, sont filtrées par le foie et retournent au cœur.

La paroi de n'importe quelle partie de l'intestin a trois couches - la couche muqueuse interne et la sous-muqueuse, la couche musculaire qui fournit le péristaltisme, la couche séreuse externe, représentée par le péritoine viscéral.

L'intestin grêle comprend les sections suivantes:

  • Duodénum.
  • Jéjunum.
  • Iléon.

Le gros intestin se compose de:

  • Le caecum avec l'appendice.
  • Le côlon ascendant, transversal et descendant.
  • Colon sigmoïde.
  • Rectum.

Intestin grêle

Le plus souvent, la localisation du cancer de l'intestin grêle est le début du duodénum ou de l'iléon. Cette tumeur se développe à la suite de la dégénérescence des cellules de l'épithélium glandulaire due à l'influence de divers facteurs provoquants. Avec l'adénocarcinome de l'intestin grêle, les symptômes ne sont pas détectés pendant une longue période, ce n'est que lorsque la taille de la tumeur atteint une taille significative qu'une clinique d'obstruction intestinale est possible. Avec ce diagnostic, les patients se rendent à la table d'opération, après quoi la véritable cause des problèmes de selle est révélée..

Anatomie de l'intestin grêle

Côlon

L'adénocarcinome dans le gros intestin est de même nature - il provient des cellules épithéliales muqueuses situées à l'intérieur de l'intestin. De plus, avec la croissance de la tumeur, des symptômes similaires à une tumeur de l'intestin grêle se joindront. Des problèmes digestifs se développent, des ballonnements fréquents, la constipation est remplacée par de la diarrhée, le passage d'aliments fibreux grossiers est difficile.

En même temps, il a des lieux de localisation préférés. Ceux-ci incluent le sigmoïde, l'aveugle et le rectum.

Représentation schématique du gros intestin

Tumeur sigmoïde du côlon

La maladie de l'adénocarcinome du type intestinal de ce département est le plus souvent affectée par des catégories de personnes présentant les facteurs prédisposants suivants:

  • Âge avancé.
  • Mode de vie sédentaire.
  • Constipation fréquente, qui endommage la muqueuse intestinale lors de l'effort.
  • La présence de polypes dans la lumière intestinale, iléite terminale, diverticules.
  • Maladie de colite ulcéreuse.

Le développement de ce type de maladie suit le scénario suivant. Il y a une section de la membrane muqueuse qui est chroniquement traumatisée par des matières fécales grossières. De plus, en raison d'un traumatisme constant, les cellules épithéliales renaissent et acquièrent les caractéristiques de la croissance d'une tumeur cancéreuse - elles commencent à se diviser activement, à perdre le contact avec les cellules environnantes, à perdre leur fonction et à se développer activement dans les tissus environnants. Tant que la tumeur mesure moins d'un centimètre et demi de diamètre, les métastases ne se propagent pas dans la circulation sanguine.

Tumeur sigmoïde du côlon

Lorsque la tumeur occupe la moitié de la lumière du tube, des métastases uniques apparaissent dans les ganglions lymphatiques régionaux, qui agissent comme des collecteurs et ne laissent pas les cellules tumorales aller plus loin. Après la fermeture complète de l'intestin, les métastases se propagent dans tout le corps et se développent activement dans les tissus environnants.

Tumeur Cecum

Le mécanisme d'apparition de la tumeur est approximativement le même que celui décrit ci-dessus. En règle générale, l'adénocarcinome du caecum survient chez deux catégories de patients - chez les enfants ou les personnes âgées. La croissance est précédée par le soi-disant «cancer en place» ou la croissance des polypes.

Sur la photo: Une tumeur du caecum mobilisée lors de l'opération

Tumeur rectale

Adénocarcinome localisé dans le rectum - survient le plus souvent et généralement chez les personnes âgées. Les experts associent la survenue de ce type de maladie à des facteurs tels qu'une nutrition déséquilibrée, une trop grande quantité de fibres grossières dans les aliments, un manque de fibres. Il existe également une possibilité de tomber malade par contact chronique avec des cancérogènes chimiques, une infection par le papillomavirus humain. La localisation de la tumeur peut être la suivante:

  • Anal
  • Ampullaire
  • Nadampulaire

Causes d'occurrence

Il n'y a pas de consensus sur la cause exacte du développement de l'adénocarcinome intestinal. Mais les médecins identifient des facteurs qui, à leur avis, peuvent causer un traumatisme avec une malignité ultérieure des cellules de la couche muqueuse intestinale:

Manger souvent des aliments gras.

Apport insuffisant de fibres végétales.

Consommation excessive de produits carnés.

Une histoire de colite et d'autres maladies inflammatoires de l'intestin.

Antécédents familiaux prédisposants. S'il y a eu des cas d'adénocarcinome intestinal dans la famille, le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.

Risques professionnels - travail avec de l'amiante, des métaux lourds.

Infection par une souche oncogène de papillomavirus humain.

Lésion de la membrane muqueuse pendant les relations sexuelles anales.

Adénocarcinome du côlon

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

L'adénocarcinome du côlon est un cancer qui occupe l'une des premières places parmi les lésions oncologiques des organes internes. Tenez compte des caractéristiques de cette maladie, des symptômes, des stades, des méthodes de traitement et du pronostic de guérison.

Un concept tel que le cancer du côlon inclut des tumeurs malignes de nature différente, qui sont localisées dans le canal anal, le caecum, le rectum et le côlon. La maladie se développe à partir des tissus épithéliaux et métastase avec le flux lymphatique, par conséquent un pronostic favorable n'est possible que dans les premiers stades. Le danger est qu'il est presque impossible de reconnaître le cancer dans les premiers stades..

Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez des patients âgés. Le risque de développer la maladie augmente considérablement si une personne a plus de cinquante ans. Mais un adénocarcinome détecté en temps opportun et correctement différencié facilite le processus de traitement. Il existe plusieurs degrés de différenciation du cancer, qui sont inclus dans la classification internationale des tumeurs intestinales, considérez-les:

  • Très différencié.
  • Modérément différencié.
  • Peu différencié (adénocarcinome muqueux)
  • Cancer indifférencié (évolution agressive et mauvais pronostic).

Code CIM-10

Causes d'adénocarcinome du côlon

Les causes de l'adénocarcinome du côlon sont dues à de nombreux facteurs. En identifiant la cause de la maladie, vous pouvez empêcher son développement. Un certain nombre de facteurs augmentent considérablement le risque de développer une oncologie:

  • Prédisposition héréditaire.
  • Âge avancé.
  • Mauvaise nutrition (carence en vitamines, minéraux et oligo-éléments).
  • Infection par le papillomavirus humain.
  • Effets indésirables de divers médicaments.
  • Sexe anal.
  • Constipation prolongée.
  • Maladies du gros intestin (fistules, tumeurs, colite, polypes).
  • Troubles nerveux.
  • Conditions de travail nuisibles, y compris le travail avec de l'amiante.

Bien sûr, le plus souvent, plusieurs facteurs sont combinés à l'origine de la maladie. En vous limitant aux facteurs prédisposants, vous pouvez empêcher le développement de l'oncologie.

Symptômes d'adénocarcinome du côlon

Les premiers symptômes de l'adénocarcinome du côlon sont vagues. Le patient se plaint de douleurs abdominales récurrentes, de constipation et de diarrhée, d'un manque d'appétit et même de nausées. Mais aucun de ces symptômes n'indique directement une lésion oncologique du gros intestin. Au premier stade de la maladie, des traces sanglantes et visqueuses apparaissent dans les selles, qui sont ensuite remplacées par des traces purulentes. De tels phénomènes sont permanents, mais n'atteignent pas un degré significatif. Au fil du temps, tous les symptômes ci-dessus augmentent. Lorsqu'il est examiné par un médecin, un spécialiste peut palper la tumeur à travers la paroi abdominale, elle est mobile, dense et bosselée.

  • Douleurs récurrentes dans l'abdomen.
  • Manque d'appétit, nausées, perte de poids rapide.
  • Faiblesse générale et fièvre.
  • Alternance de constipation et de diarrhée.
  • Flatulence, difficulté à défécation.
  • Pâleur de la peau.
  • Sang, mucus et pus dans les selles.

Dans le contexte des manifestations de la maladie décrites ci-dessus, des maux d'estomac apparaissent - nausées, sensation de lourdeur, brûlures d'estomac, vomissements. À mesure que la tumeur se développe, la douleur devient plus intense. Sa croissance est associée à la fusion d'un néoplasme malin avec les tissus et organes environnants. En raison de conditions spécifiques locales, c'est-à-dire de masses fécales et d'une exposition mécanique et chimique régulière, la tumeur s'ulcère. Dans ce contexte, une infection se développe, ce qui intensifie les symptômes locaux, provoque une élévation de la température, une intoxication et des changements dans la composition du sang. Si l'infection se propage au tissu rétropéritonéal, des sensations douloureuses dans la région lombaire et des phénomènes péritonéaux apparaissent.

Dans les premiers stades, le cancer ressemble à des formations en forme de champignon. La tumeur est divisée en trois types: les formes en forme d'anneau, en forme de champignon et infiltrantes. Une fois coupée, sa surface peut être granuleuse, dure ou blanc grisâtre. Si nous considérons la maladie du point de vue de la propagation du processus tumoral, il y a quatre étapes avec les symptômes suivants:

  • La tumeur ne s'étend pas au-delà de la sous-muqueuse et de la membrane muqueuse.
  • Il fait saillie dans la lumière interne de l'intestin, mais ne métastase pas. Si des métastases apparaissent à ce stade, elles affectent alors toute l'épaisseur de la paroi intestinale.
  • Metastase aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Le néoplasme atteint de grandes tailles, affectant les organes voisins, métastase vers les ganglions lymphatiques et les organes distants.

Adénocarcinome différencié du côlon

L'adénocarcinome différencié du côlon répond bien au traitement, contrairement aux autres variantes histologiques de la tumeur. Si la maladie a été détectée à un stade précoce de développement, une chimiothérapie ou une radiothérapie est utilisée pour le traitement. Cela vous permet de ralentir la croissance du néoplasme et d'éviter les métastases. Plus tard, le patient subit une opération et enlève complètement la tumeur maligne avec une restauration supplémentaire de l'intégrité intestinale.

Les cancers différenciés ont un taux de survie positif à cinq ans pour les patients de tous âges. Pour éviter son développement, il est nécessaire de subir des examens médicaux réguliers et, aux premiers symptômes pathologiques, ne pas reporter la visite chez le médecin.

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié du côlon a le pronostic et l'évolution les plus favorables. L'oncologie de ce type a un nombre minimal de cellules malignes. Au cours du processus pathologique, les cellules affectées augmentent en taille et leurs noyaux s'allongent.

Le taux de survie à cinq ans des patients atteints de ce type de maladie est de l'ordre de 50%. Les personnes âgées ont un pronostic positif, car le cancer ne métastase pratiquement pas et n'affecte pas les organes voisins. Mais les jeunes patients ont 40% de chances de guérison et de survie à cinq ans. Il y a un risque élevé de récidive de la maladie dans la première année après la chirurgie et de métastases à distance.

Adénocarcinome du côlon modérément différencié

L'adénocarcinome du côlon modérément différencié est la forme la plus courante de lésion maligne de cet organe. La progression de la maladie entraîne de graves conséquences, car les cellules épithéliales envahies remplissent toute la lumière de l'intestin, provoquant une obstruction intestinale. Si la tumeur atteint une taille importante, cela peut provoquer une rupture des parois intestinales et une hémorragie interne sévère..

Le traitement doit avoir lieu dès le stade le plus précoce, car avec la progression, des dommages aux organes voisins commencent. Très souvent, la maladie entraîne la formation de fistules et de péritonite, ce qui aggrave considérablement le pronostic et l'évolution générale de la maladie. L'oncologie ne répond pas bien au traitement, en raison des difficultés de sélection de médicaments efficaces pour la chimiothérapie. L'irradiation ou la chirurgie n'apportent pas les résultats escomptés sans traitement supplémentaire. Par conséquent, le pronostic dépend entièrement du diagnostic précoce de la maladie..

Adénocarcinome du côlon mal différencié

L'adénocarcinome mal différencié du côlon est caractérisé par un polymorphisme cellulaire prononcé. Le néoplasme se développe rapidement et métastase, et a donc un mauvais pronostic. Cette forme de cancer est beaucoup plus dangereuse que les autres types différenciés. Contrairement au carcinome muqueux, colloïde ou épidermoïde, qui a une évolution agressive, le pronostic et l'évolution de la forme mal différenciée sont bien pires.

Le traitement n'apporte pas de résultats positifs, donc le pronostic de survie est mauvais. La seule façon d'aider un patient atteint de cette maladie est une thérapie symptomatique. Il vise à réduire les sensations douloureuses, à soulager l'état du patient.

Adénocarcinome tubulaire du côlon

Pendant longtemps, l'adénocarcinome tubulaire du côlon n'a pas répondu au diagnostic. Cela est dû au fait que dans les premiers stades, il ne présente pas de symptômes prononcés, mais avec une progression ultérieure, il provoque des saignements intestinaux latents et une anémie. Dans certains cas, le néoplasme est capable de produire une grande quantité d'un substrat muqueux riche en protéines et en potassium, ce qui provoque le développement d'une hypokaliémie et d'une hypoprotéinémie. Le plus souvent, ce type de tumeur est découvert par hasard, par exemple lors d'un examen aux rayons X.

La forme tabulaire a une caractéristique implantée dans le stroma fibreux et une structure ramifiée. Les cellules tumorales peuvent être cylindriques et parfois de forme cubique. La maladie est difficile à traiter et a un mauvais pronostic.

Métastases d'adénocarcinome du côlon

Les métastases d'adénocarcinome du côlon affectent d'autres organes, ainsi que les ganglions lymphatiques. La métastase est réalisée de plusieurs manières: lors de l'implantation et de la croissance de la tumeur dans les tissus et organes environnants, hématogène et lymphogène. Une dissémination hématogène des cellules tumorales est observée chez 10% des patients, et lymphogène dans 60% des cas. Le plus souvent, des métastases sont trouvées chez des patients atteints d'un cancer avancé..

En plus des métastases, le cancer peut être compliqué par une ulcération, des saignements et des caries, qui provoquent une infection secondaire et, dans certains cas, une cachexie. Une lésion infectieuse entraîne la formation d'un abcès et une perforation supplémentaire de la zone nécrotique du néoplasme. Environ 40% des patients souffrent d'une obstruction partielle ou complète. Le processus pathologique peut nuire au système urinaire. Des fistules peuvent se former entre le gros intestin et la vessie, l'uretère, la prostate ou les organes génitaux féminins.

Diagnostic de l'adénocarcinome du côlon

Le diagnostic de l'adénocarcinome du côlon commence par une anamnèse. Le médecin interroge le patient sur les plaintes, effectue un examen externe et une palpation. Pour déterminer avec précision la maladie, on prescrit au patient une radiographie de contraste du gros intestin, des tests sanguins, urinaires et fécaux, des examens rectaux numériques et endoscopiques. La plupart des procédures ci-dessus sont désagréables mais très importantes. Sur la base des résultats obtenus, le médecin sera en mesure de diagnostiquer, de mener une thérapie et de donner un pronostic de guérison. Dans certains cas, les résultats du diagnostic ont complètement réfuté le diagnostic précoce..

Méthodes de diagnostic de base:

  • Sigmoïdoscopie - examen de la surface de la muqueuse intestinale à l'aide d'un endoscope. Cette méthode est particulièrement efficace aux premiers stades de la maladie..
  • Contraste X-ray. Les principaux signes d'une tumeur sont: des troubles du relief de la muqueuse, un défaut de remplissage (dentelé, unique, irrégulier), une expansion de l'intestin sur la tumeur, une augmentation du péristaltisme.
  • L'examen échographique est utilisé pour détecter le foyer de l'oncologie et des métastases à distance. Selon le tableau clinique, une échographie endorectale ou percutanée peut être utilisée.
  • Biopsie - réalisée par endoscopie. Les matériaux obtenus sont utilisés pour déterminer le type, le stade et le degré de différenciation des lésions tumorales..
  • Coloscopie - visualise les néoplasmes dans n'importe quelle partie du gros intestin.
  • IRM, CT - ont une grande précision, déterminent les caractéristiques de la structure et de l'emplacement de la tumeur, les signes de dommages aux organes voisins et la prévalence du processus pathologique.

Une attention particulière est portée au diagnostic différentiel avec d'autres maladies des intestins, des organes abdominaux et de l'espace rétropéritonéal. La tumeur se différencie des polypes, qui se trouvent le plus souvent chez les enfants. Dans ce cas, la radiographie de contraste est d'une importance décisive. Les calculs fécaux dans n'importe quelle partie du gros intestin peuvent simuler un néoplasme. Mais dans le processus d'anamnèse, c'est-à-dire à la palpation, ils ont une consistance molle et le soi-disant "symptôme de la fosse". Lors de la reconnaissance d'un cancer du côlon avec des maladies des organes abdominaux, une attention particulière est accordée aux anomalies congénitales des reins, des ovaires, du foie, de la rate et des uretères.

Qui contacter?

Traitement de l'adénocarcinome du côlon

Le traitement de l'adénocarcinome du côlon dépend de son stade et de sa forme. La thérapie combinée est le plus couramment utilisée parce que le cancer est sensible à l'exposition aux rayonnements. Après une cure de radiation chez la plupart des patients, la tumeur rétrécit, car les cellules malignes meurent. La radiothérapie améliore les résultats de la chirurgie en réduisant la probabilité d'inflammation tissulaire et de transfert de cellules tumorales. Le traitement médicamenteux et l'adhésion à un régime spécial sont obligatoires.

Considérez les principales méthodes de traitement des lésions malignes du côlon:

  1. Chimiothérapie - une combinaison de médicaments 5-fluorouracile avec de la leucovorine ou de l'irinotécan est utilisée. Les médicaments Capecitabine, Ftorafur et Raltitrexide sont efficaces. Les fonds cotés peuvent être utilisés en combinaison.
  2. L'irradiation est rarement utilisée pour traiter le cancer du côlon, car toutes ses parties sauf le rectum sont très mobiles et changent de position dans la cavité abdominale en fonction de la posture du patient. L'irradiation peut être utilisée comme préparation pour ou après la chirurgie. Il réduit le volume du néoplasme et supprime l'apparition de métastases..
  3. Il n'y a pas de régime spécial pour les patients atteints de ce type de cancer, mais il existe un certain nombre de recommandations diététiques. Le régime alimentaire doit être riche en fruits et légumes. Une attention particulière doit être accordée à la thérapie vitaminique. Si le patient a subi une résection intestinale, le régime alimentaire doit contenir des aliments légers qui ne s'attardent pas dans l'estomac, ne provoquent pas de flatulences et de nausées. Vous devez manger selon le régime, en observant l'équilibre hydrique.

Il existe des méthodes de traitement alternatives, elles peuvent être utilisées comme thérapie auxiliaire. Mais avant de commencer à les utiliser, vous devez consulter votre médecin..

  • Mélangez une cuillerée de racine de calamus, trois cuillères à soupe et demie de couleur pomme de terre, une cuillère à soupe et demie de fleurs de calendula et quatre cuillères à soupe de racine d'absinthe. Versez de l'eau bouillante sur le mélange et laissez reposer 5 à 6 heures. La perfusion obtenue doit être filtrée et prise dans 100 ml avant chaque repas..
  • Les lésions tumorales sont traitées par lavement. À ces fins, de l'eau purifiée avec du sulfate de cuivre est utilisée (deux litres d'eau pour 100 ml de concentré de sulfate). La durée du traitement ne doit pas dépasser 14 jours..
  • Versez une cuillère à soupe d'herbe de chélidoine avec 200 ml d'eau bouillante et laissez reposer 20-30 minutes. Filtrer le bouillon et prendre 1 cuillère 2 à 3 fois par jour avant les repas.
  • L'huile de Gopher a des propriétés anticancéreuses. Mangez 4 cuillères à soupe de graisse par jour ou faites cuire tous vos aliments avec. Une telle thérapie améliore considérablement l'état du patient en un mois..

Chirurgie de l'adénocarcinome du côlon

La chirurgie de l'adénocarcinome du côlon est considérée comme la méthode de traitement la plus efficace. Pendant l'opération, non seulement le néoplasme est éliminé, mais également les tissus affectés par les métastases. Avant l'opération, le patient recevra une formation spéciale, qui consiste en un régime sans laitier, en prenant des laxatifs et des lavements nettoyants 3 à 5 jours avant la chirurgie. De plus, il est possible de rincer le tube digestif à l'aide d'un outil spécial Lavage ou Fortrans..

Pendant l'opération, il est très important que les cellules tumorales ne soient pas transférées avec le flux sanguin à travers le corps, elles ne touchent donc pas le néoplasme. À ces fins, les vaisseaux sanguins sont pincés et la section de l'intestin affecté est coupée. Avec les métastases à distance, l'élimination n'est pas efficace, mais l'opération est toujours effectuée. La chirurgie est nécessaire pour prévenir d'éventuelles complications telles que les saignements, l'inflammation et la douleur. Si la maladie est sévère, l'opération est nécessaire pour normaliser la fonction intestinale en raison de la formation d'une colostomie.

Si le cancer entraîne des complications, une intervention chirurgicale est effectuée de toute urgence. Au premier stade, la tumeur est enlevée et les complications sont éliminées. Au deuxième stade, une colostomie est formée, elle peut être à simple ou double canon. Dans le premier cas, le processus d'excrétion des matières fécales passe par une colostomie et dans le second, le mouvement des matières fécales est possible de manière naturelle. La fonction intestinale normale est rétablie 2 à 7 mois après la chirurgie.

Prévention de l'adénocarcinome du côlon

La prévention de l'adénocarcinome du côlon vise à prévenir les maladies malignes. Les mesures préventives commencent par un examen par un proctologue, qui aidera à résoudre les problèmes du gros intestin à un stade précoce. Le traitement des maladies du tractus gastro-intestinal et des lésions infectieuses est obligatoire. Une alimentation saine et un mode de vie actif sont également des méthodes de prévention des maladies. Ayez beaucoup d'aliments végétaux riches en fibres dans votre alimentation.

La prédisposition héréditaire et le sexe anal sont des facteurs de risque, la prévention ne sera donc pas superflue en la matière. Il convient de savoir que la maladie survient très rarement lorsqu'elle est exposée à un seul facteur de risque. Moins il y a d'impact négatif sur votre corps, moins il y a de risque de développer la maladie.

Pronostic de l'adénocarcinome du côlon

Le pronostic de l'adénocarcinome du côlon dépend entièrement du stade auquel la maladie a été détectée et de la manière dont elle a été traitée. Le pronostic est basé sur l'étendue de la lésion, la présence de métastases et le stade de développement de la maladie. Si le patient a subi une intervention chirurgicale, les 5 prochaines années sont considérées comme critiques, car un retour de la maladie est possible. Avec la chirurgie radicale, qui implique l'ablation d'une grande partie de l'intestin, le taux de survie atteint 90%. Mais, plus le stade et la prévalence de la maladie sont élevés, moins de patients survivent pendant 5 ans après la chirurgie. Si le cancer s'est métastasé aux ganglions lymphatiques, le taux de survie est de 50%.

Les principaux facteurs affectant la survie des patients:

  • Taille, stade, profondeur de la croissance tumorale.
  • Résultats de l'analyse histologique.
  • Présence de métastases régionales.
  • Le degré de différenciation tumorale.

Pronostic de survie pour l'adénocarcinome du côlon de différenciation différente:

  1. Très différencié - a le pronostic le plus favorable. Taux de survie des patients à cinq ans de 50%. Chez les patients âgés, la tumeur ne métastase pratiquement pas et n'affecte pas les organes voisins. Mais le taux de survie des jeunes patients cancéreux au niveau de 40%.
  2. Modérément différencié - difficile à traiter, car il est difficile de trouver un médicament efficace pour la chimiothérapie. Une intervention chirurgicale est possible avec des méthodes de thérapie supplémentaires.
  3. Mal différencié - le type de cancer le plus dangereux, caractérisé par une évolution agressive et une croissance rapide. Ce type d'oncologie ne se prête pratiquement pas à un traitement, le pronostic est donc mauvais.

L'adénocarcinome du côlon est une maladie maligne qui nécessite un traitement urgent. Plus il est détecté tôt, plus le traitement efficace sera sélectionné rapidement, et donc plus les chances de rétablir le fonctionnement normal du corps sont élevées..

Adénocarcinome intestinal

L'adénocarcinome de l'intestin est une tumeur dans un organe. Le développement de la pathologie commence au niveau des cellules épithéliales-glandulaires, où se forme la membrane muqueuse interne. Un autre nom de la maladie est le cancer glandulaire. Au début du développement, le patient ne ressent pas d'inconfort, n'observe pas de signes cliniques. Le danger réside dans le diagnostic tardif, lorsque le cancer est à son dernier stade inopérable. De plus, pendant la période spécifiée, la thérapie ne donnera pas de résultats..

Les pathologies associées au développement de tumeurs malignes deviennent un cas fréquent dans les statistiques médicales. Un néoplasme peut affecter n'importe quel organe interne. Le cancer est dangereux car au début, le développement de la pathologie ne montre pas de signes externes, ne donne pas de symptômes. En conséquence, le diagnostic de la maladie survient dans les dernières étapes, lorsqu'il est trop tard ou n'a pas de sens pour opérer.

Les raisons

L'atteinte du côlon est un type de cancer colorectal. Aujourd'hui, les médecins ne peuvent pas dire quelle est la raison exacte du développement de la pathologie. Il existe certains facteurs qui provoquent le processus malin du développement du néoplasme:

  • Troubles intestinaux associés à la maladie. Il peut s'agir de polypose, de tumeurs bénignes.
  • Trouble de l'alimentation. La prédominance des aliments gras, épicés et salés dans l'alimentation, une diminution de la quantité d'aliments contenant des fibres.
  • Consommation d'alcool et tabagisme à des doses dépassant les forces réparatrices du corps.
  • Le lieu de travail est associé à un contact régulier avec des produits chimiques, des effets toxiques.
  • L'héritage de genre. Si la famille ou les proches ont souffert d'un cancer, le risque de développer la maladie est élevé.
  • Manque de selles pendant une longue période, présence de calculs fécaux qui peuvent se former à l'intérieur.
  • Le mode de vie implique une assise constante, ce qui provoque des moments stagnants dans les intestins.

La transformation d'une tumeur bénigne en cancer se produit rapidement en raison d'un apport insuffisant de sang et d'oxygène aux cellules endommagées. D'autres facteurs peuvent également influencer..

Symptômes

Le danger du cancer réside dans l'impossibilité d'un diagnostic précoce. L'adénocarcinome ne faisait pas exception. La détection d'une maladie se fait par hasard, lors du diagnostic d'un autre trouble.

La progression de la maladie conduit au développement d'une tumeur. Une personne ressent physiquement douloureusement la présence de l'éducation. Un processus inflammatoire se produit dans les ganglions lymphatiques, provoquant une augmentation des organes.

Au troisième stade, la tumeur se développe tellement que les organes voisins sont touchés. Les métastases se propagent aux tissus sains. Symptômes:

  • Douleur dans l'abdomen caractérisée par des contractions.
  • Selles douloureuses.
  • Les périodes de diarrhée alternent avec des périodes de constipation, de ballonnements et de gaz.
  • Perte de poids rapide, le patient refuse de manger.
  • Une augmentation de la température de 37 à 40 et plus est possible.
  • La matière fécale contient du sang, éventuellement du pus.
  • Nausées, vomissements, provoqués par chaque repas.

Les symptômes de la maladie en fonction de l'emplacement

La défaite de divers organes, provoquée par le développement d'une formation maligne, s'accompagne de signes cliniques différents des autres. Types de tumeurs existants:

  • Lésion de l'œsophage. Le patient ne peut pas avaler ou souffre de dysphagie. Souvent, le processus de déglutition s'accompagne de sensations douloureuses - odonophagie. En raison d'une augmentation de la taille de la formation, le canal œsophagien se rétrécit, la salive est libérée en abondance.
  • Néoplasme dans le foie. En règle générale, c'est la douleur à droite. Lorsque la tumeur grossit, les canaux sont bloqués. La bile cesse de partir, s'accumulant dans l'organe, ce qui affecte négativement le travail du duodénum. Les premiers symptômes de la jaunisse apparaissent: le blanc des yeux acquiert une couleur caractéristique. Le liquide s'accumule dans la cavité abdominale, une ascite se développe.
  • Adénocarcinome des reins. Lors du diagnostic, un organe agrandi sera visible à l'écran. Dans ce cas, le patient se plaint de douleurs dans la région lombaire. Dans l'urine, des taches de sang sont observées. Le corps entier du patient commence à gonfler. Pour prolonger la vie, le patient reçoit une dialyse.
  • Gonflement de la vessie. Il s'agit d'une douleur constante dans la région pubienne, le bas du dos. Plus le néoplasme devient gros, moins l'urine passe dans le canal urétéral. En médecine, ce processus est appelé dysurie. Les jambes gonflent, un dysfonctionnement des ganglions lymphatiques se produit.
  • Dommages intestinaux. Ici, une tumeur se distingue dans le côlon transverse, sigmoïde, aveugle, rectum et d'autres parties de l'organe..

Les étapes de développement

La maladie se développe progressivement ascendante. Les étapes sont accompagnées d'un signe clinique:

  • Zéro étape. A ce stade, les cellules tumorales restent à l'intérieur de l'organe, dans le polype, sans affecter la couche épithéliale..
  • Étape 1. Le néoplasme mesure 2 centimètres.
  • Étape 2. La tumeur grandit. Dans ce cas, la propagation des métastases aux ganglions lymphatiques situés à proximité.
  • Étape 3. Le néoplasme augmente en taille. La tumeur est capable d'affecter les parois de l'organe en traversant toute l'épaisseur. Les métastases se propagent aux organes voisins, affectant les tissus sains.
  • Étape 4. Les métastases pénètrent profondément dans le corps. Le système lymphatique fonctionne mal.

Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic d'adénocarcinome au stade terminal, le taux de survie est de 2%.

Types d'adénocarcinome

La base de la croissance du néoplasme est l'épithélium des parois internes de l'intestin, où sont produits la sécrétion, le mucus, les hormones et les enzymes. Souvent, lors de l'histologie de la cellule qui compose la formation et de la cellule qui compose le tissu de l'organe, une similitude est constatée. Ainsi, les médecins parviennent à déterminer où se trouve la source de la maladie. Lorsque les cellules tumorales diffèrent du tissu qui est devenu la base de la croissance, le diagnostic de l'organe affecté devient difficile..

La similitude ou la différence entre les tissus cancéreux et les cellules de l'organe affecté est déterminée par différenciation. Plus l'indicateur est élevé, plus le pronostic est positif pour le patient. En conséquence, un niveau bas indique une métastase précoce..

  • Tumeur hautement différenciée. Dans ce cas, la maladie forme des cellules identiques aux cellules matures qui forment les glandes et les muqueuses. La formation d'une tumeur tubulaire est notée, lorsque des tubes apparaissent dans les tissus, similaires aux conduits des glandes. Il y a une taille accrue du noyau des cellules affectées. Le type de maladie spécifié passe presque sans complications..
  • Éducation modérément différenciée. Adénocarcinome de nature maligne. À la suite du développement, des cellules apparaissent de formes et de tailles différentes. Dans ce cas, une division et une croissance non-stop des tissus affectés se produisent. L'épithélium cesse d'être ordonné. La cellule est dans un état instable, sous l'influence de facteurs négatifs elle peut changer. Des métastases se forment.
  • Adénocarcinome mal différencié. Cancer de la glande avec un pronostic négatif. Il n'y a pas de maturation complète, les cellules sont en division constante, la taille de la tumeur augmente. Un faible taux de différenciation indique que le tissu malin est séparé de la formation et est transporté dans tout le corps en pénétrant dans les vaisseaux sanguins et les ganglions lymphatiques. Les métastases se forment à un stade précoce. Pratiquement résistant à la thérapie.

Prédictions des patients

Le résultat du traitement, le pronostic du développement de la maladie et la durée de vie d'une personne lorsque la maladie est diagnostiquée dépendent du stade du cancer, du type de tumeur et de la mesure dans laquelle le corps est affecté par les métastases..

Lorsque l'adénocarcinome a une apparence très différenciée, le patient a toutes les chances d'être guéri. Le taux de survie est de 90%.

Avec une tumeur modérément différenciée, le nombre de patients guéris du cancer est de 50 pour cent, à condition que le cancer détecté soit à un stade précoce.

Avec une forme peu différenciée, le taux de survie est de 10 à 15% des patients.

Traitement

Les mesures thérapeutiques pour lutter contre l'adénocarcinome dépendent des résultats de l'examen. Le traitement de la maladie est effectué à l'aide de diverses méthodes. La thérapie complexe, y compris la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie, montre des résultats positifs. Le diagnostic détermine la technique à appliquer et la durée du traitement.

Intervention chirurgicale

Lorsqu'une tumeur cancéreuse est détectée, la chirurgie est considérée comme la principale méthode de lutte. À la suite d'une intervention chirurgicale, une partie de l'organe est enlevée ou complètement retirée. Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic d'adénocarcinome du caecum, la zone touchée est réséquée avec les ganglions lymphatiques voisins. Si le patient a un cancer rectal, le côlon et la sortie anale doivent être retirés.

Après l'opération, le patient entame une période de récupération. Pendant ce temps, des procédures de physiothérapie et des médicaments sont prescrits. Une approche intégrée favorise une récupération précoce dans la période postopératoire. S'il y a des contre-indications à l'opération, d'autres méthodes sont utilisées.

Chimiothérapie

Avec l'adénocarcinome, vous pouvez vous passer de la chirurgie. En règle générale, la chimiothérapie est administrée lorsque les métastases se propagent dans le corps. En outre, cette méthode peut prolonger considérablement la vie du patient dans les derniers stades de la maladie.

La chimiothérapie implique l'introduction de médicaments spéciaux dans la tumeur, visant à réduire la viabilité des cellules cancéreuses.

Radiothérapie

Pour les patients des centres de cancérologie, l'exposition aux radiations aide à réduire la douleur qui survient après la chirurgie.

Souvent, la radiothérapie est le principal moyen de lutter contre l'adénocarcinome. Cela se produit lorsque le patient est contre-indiqué pour la résection de l'organe affecté..

Le plus souvent, la radiothérapie fait partie d'un traitement complet, vous permettant de réduire la propagation des métastases dans le corps. Aide également à réduire le risque de réactions récurrentes..

Des moyens innovants de combattre

Une forme bénigne de néoplasme malin peut être traitée avec des méthodes modernes:

  • Les opérations sont effectuées à l'aide d'un laparoscope. Dans le même temps, le risque de développer des complications postopératoires est réduit du fait que la peau n'est pratiquement pas affectée.
  • Radiothérapie ciblée. Dans ce cas, des préparations chimiques sont injectées à certains points de la concentration la plus élevée de cellules cancéreuses..
  • Tomothérapie. CT et scanner 3D sont utilisés. Les appareils aident à contrôler la zone qui a subi une dissection, à limiter la zone excisée.